Joachim du Bellay

(1525 - 1 January 1560 / Château of La Turmelière, Lire)

Stats

» Click to list general statistics » OR, select a date :

General Statistics

Visitors of the poet

Number of visitors of the poet’s mainpage in PoemHunter.Com

Attention : Numbers in this table does not indicate the total hits of poems of the poet, but indicates the hits of the poet’s main page.

Date Hits
10/30/2014 Thursday 32
45%
10/29/2014 Wednesday 70
100%
10/28/2014 Tuesday 35
50%
10/27/2014 Monday 50
71%
10/26/2014 Sunday 62
88%
10/25/2014 Saturday 37
52%
10/24/2014 Friday 43
61%
10/23/2014 Thursday 53
75%
10/22/2014 Wednesday 44
62%
10/21/2014 Tuesday 52
74%
10/20/2014 Monday 26
37%
10/19/2014 Sunday 27
38%
10/18/2014 Saturday 39
55%
10/17/2014 Friday 49
70%
10/16/2014 Thursday 34
48%
10/15/2014 Wednesday 51
72%
10/14/2014 Tuesday 21
30%
10/13/2014 Monday 35
50%
10/12/2014 Sunday 28
40%
10/11/2014 Saturday 21
30%

Reader rating & num.of MyPoemList’s

Click the captions of columns to change the order.

# Poem Title Submit Date Reader Rating Num.of MyPoemList’s
Rating Num.R.
1 79 01/20/2003 5.2 72 2
2 A l'ambitieux et avare ennemi des bonnes lettres 05/15/2012 5.6 27 0
3 A Madame Marguerite, d'écrire en sa langue 05/15/2012 5.7 21 0
4 A monsieur d'Avanson 05/15/2012 5.6 28 0
5 A son livre 05/15/2012 5.5 20 0
6 A Sonnet To Heavenly Beauty 01/01/2004 5.4 70 3
7 A Vénus 05/15/2012 5.7 21 0
8 A Vow to Heavenly Venus 01/01/2004 5.3 61 1
9 Après avoir longtemps erré sur le rivage 05/15/2012 5.4 32 0
10 Astres cruels, et vous dieux inhumains 05/15/2012 5.5 30 0
11 Au fleuve de Loire 05/15/2012 5.5 20 0
12 Au Roi 05/15/2012 5.5 31 0
13 Autant comme l'on peut en un autre langage 05/15/2012 5.5 31 0
14 Ayant tant de malheurs gémi profondément 05/15/2012 5.5 21 0
15 Baif, qui, comme moi, prouves l'adversité 05/15/2012 5.5 20 0
16 Brusquet à son retour vous racontera, Sire 05/15/2012 5.5 20 0
17 Ce n'est l'ambition, ni le soin d'acquérir, 05/15/2012 5.5 20 0
18 Ce n'est le fleuve tusque au superbe rivage, 05/15/2012 5.5 31 0
19 Ce n'est pas sans propos qu'en vous le ciel a mis 05/15/2012 5.6 32 0
20 Celle que Pyrrhe et le Mars de Libye 05/15/2012 5.5 31 0
21 Celle qui de son chef les étoiles passait, 05/15/2012 5.5 20 0
22 Cent fois plus qu'à louer on se plaît à médire 05/15/2012 5.7 34 0
23 Cependant qu'au palais de procès tu devises, 05/15/2012 5.5 32 0
24 Cependant que la Cour mes ouvrages lisait, 05/15/2012 5.3 21 0
25 Cependant que Magny suit son grand Avanson 05/15/2012 5.3 21 0
26 Cependant que tu dis ta Cassandre divine, 05/15/2012 5.5 10 0
27 Cependant que tu suis le lièvre par la plaine 05/15/2012 5.5 10 0
28 Ces grands monceaux pierreux, ces vieux murs que tu vois 05/15/2012 5.5 10 0
29 C'est ores, mon Vineus, mon cher Vineus, c'est ore 05/15/2012 5.5 10 0
30 C'était alors que le présent des dieux 05/15/2012 5.5 10 0
31 C'était ores, c'était qu'à moi je devais vivre, 05/15/2012 5.5 10 0
32 Ceux qui sont amoureux, leurs amours chanteront, 05/15/2012 5.5 10 0
33 Chant du désespéré 05/15/2012 5.5 10 0
34 Combien que ton Magny ait la plume si bonne, 05/15/2012 5.5 10 0
35 Comme jadis l'ame de l'univers 05/15/2012 5.5 10 0
36 Comme le champ semé en verdure foisonne 05/15/2012 5.5 10 0
37 Comme le marinier, que le cruel orage 05/15/2012 5.5 10 0
38 Comme l'on voit de loin sur la mer courroucée 05/15/2012 5.5 10 0
39 Comme on passe en été le torrent sans danger, 05/15/2012 5.5 10 0
40 Comme un qui veut curer quelque cloaque immonde 05/15/2012 5.5 10 0
41 Comte, qui ne fis onc compte de la grandeur 05/15/2012 5.5 10 0
42 Cousin, parle toujours des vices en commun, 05/16/2012 5.5 10 0
43 Dans l'enfer de son corps mon esprit attaché 05/16/2012 5.5 10 0
44 De ce qu'on ne voit plus qu'une vague campagne 05/16/2012 5.5 10 0
45 De ce royal palais que bâtiront mes doigts, 05/16/2012 5.5 10 0
46 De quelque autre sujet que j'écrive, Jodelle, 05/16/2012 5.5 10 0
47 De voir mignon du roi un courtisan honnête, 05/16/2012 5.5 10 0
48 De votre Dianet 05/16/2012 5.5 10 0
49 Dedans le ventre obscur, où jadis fut enclos 05/16/2012 5.5 10 0
50 Déjà la nuit en son parc amassait 05/16/2012 5.5 10 0
51 Depuis que j'ai laissé mon naturel séjour 05/16/2012 5.5 10 0
52 Dessous ce grand François, dont le bel astre luit 05/16/2012 5.5 10 0
53 Dessus un mont une flamme allumée 05/16/2012 5.5 10 0
54 Digne fils de Henri, notre Hercule gaulois, 05/16/2012 5.5 10 0
55 Divins esprits, dont la poudreuse cendre 05/16/2012 5.5 10 0
56 Doulcin, quand quelquefois je vois ces pauvres filles 05/16/2012 5.5 10 0
57 D'un vanneur de blé aux vents 05/16/2012 5.5 10 0
58 En mille crespillons les cheveux se friser, 05/16/2012 5.5 10 0
59 Encore que l'on eût heureusement compris 05/16/2012 5.5 10 0
60 Espérez-vous que la postérité 05/16/2012 5.5 10 0
61 Esprit royal, qui prends de lumière éternelle 05/16/2012 5.5 10 0
62 Et je pensais aussi ce que pensait Ulysse, 05/16/2012 5.5 10 0
63 Et puis je vis l'arbre dodonien 05/16/2012 5.5 10 0
64 Finalement sur le point que Morphée 05/16/2012 5.5 10 0
65 Flatter un créditeur, pour son terme allonger, 05/16/2012 5.5 10 0
66 France, mère des arts, des armes et des lois, 05/16/2012 5.5 10 0
67 Fuyons, Dilliers, fuyons cette cruelle terre 05/16/2012 5.5 10 0
68 Gordes, il m'est avis que je suis éveillé, 05/16/2012 5.5 10 0
69 Gordes, que Du Bellay aime plus que ses yeux, 05/16/2012 5.5 10 0
70 Heureux celui qui peut longtemps suivre la guerre 05/16/2012 5.5 10 0
71 Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage 05/16/2012 5.5 10 0
72 Heureux, de qui la mort de sa gloire est suivie 05/16/2012 5.5 10 0
73 Hymm to the Winds 01/01/2004 5.3 52 1
74 Ici de mille fards la traïson se déguise 05/16/2012 5.5 10 0
75 Il fait bon voir, Paschal, un conclave serré 05/16/2012 5.5 10 0
76 J'aime la liberté, et languis en service 05/16/2012 5.5 10 0
77 Je fus jadis Hercule, or Pasquin je me nomme, 05/16/2012 5.5 10 0
78 Je hais du Florentin l'usurière avarice 05/16/2012 5.5 10 0
79 Je hais plus que la mort un jeune casanier 05/16/2012 5.5 10 0
80 Je me ferai savant en la philosophie 05/16/2012 5.5 10 0
81 Je n'ai jamais pensé que cette voûte ronde 05/16/2012 5.5 10 0
82 Je ne commis jamais fraude ni maléfice 05/16/2012 5.5 10 0
83 Je ne découvre ici les mystères sacrés 05/16/2012 5.5 10 0
84 Je ne suis pas de ceux qui robent la louange 05/16/2012 5.5 10 0
85 Je ne te conterai de Bologne et Venise 05/16/2012 5.5 10 0
86 Je ne veux feuilleter les exemplaires Grecs 05/16/2012 5.3 11 0
87 Je ne veux point fouiller au sein de la nature 05/16/2012 5.5 10 0
88 Je n'escris point d'amour, n'estant point amoureux 05/16/2012 5.5 10 0
89 Je vis haut élevé sur colonnes d'ivoire 05/16/2012 5.5 10 0
90 Je vis l'oiseau qui le soleil contemple 05/16/2012 5.5 10 0
91 Je vis sourdre d'un roc une vive fontaine 05/16/2012 5.5 10 0
92 Je vis un fier torrent, dont les flots écumeux 05/16/2012 5.5 10 0
93 La Complaînte du désespéré 05/16/2012 5.5 10 0
94 La grecque poésie orgueilleuse se vante 05/16/2012 5.5 10 0
95 La jeunesse, Du Val, jadis me fit écrire 05/16/2012 5.5 10 0
96 La nef qui longuement a voyagé, Dillier 05/16/2012 5.5 10 0
97 La terre y est fertile, amples les édifices 05/16/2012 5.5 10 0
98 Las où est maintenant ce mespris de Fortune 05/16/2012 5.5 10 0
99 Le Babylonien ses hauts murs vantera 05/16/2012 5.5 10 0
100 Le Breton est savant et sait fort bien écrire 05/16/2012 5.5 10 0
101 Le grand flambeau gouverneur de l'année 05/16/2012 5.5 10 0
102 Les Antiquités de Rome 12/07/2011 5.5 20 0
103 Les Boys fueilluz, et les herbeuses Ryves 05/16/2012 5.5 10 0
104 L'olive 05/16/2012 5.5 10 0
105 Loyre fameux, qui ta petite Source 05/16/2012 5.5 10 0
106 Magny, je ne puis voir un prodigue d'honneur, 05/16/2012 5.5 10 0
107 Maintenant je pardonne à la douce fureur 05/16/2012 5.5 10 0
108 Malheureux l'an, le mois, le jour, l'heure et le point, 05/16/2012 5.5 10 0
109 Maraud, qui n'es maraud que de nom seulement, 05/16/2012 5.5 10 0
110 Marcher d'un grave pas, et d'un grave sourcil, 05/16/2012 5.5 10 0
111 Mars, vergogneux d'avoir donné tant d'heur 05/16/2012 5.5 10 0
112 Maudit soit mille fois le Borgne de Libye, 05/16/2012 5.5 10 0
113 Morel, quand quelquefois je perds le temps à lire 05/16/2012 5.5 10 0
114 Muse, qui autrefois chantas la verte Olive 05/16/2012 5.5 10 0
115 Ne lira-t-on jamais que ce dieu rigoureux 05/16/2012 5.5 10 0
116 Ne pense pas, Bouju, que les nymphes latines 05/16/2012 5.5 10 0
117 Ne t'ébahis, Ronsard, la moitié de mon âme 05/16/2012 5.5 10 0
118 N'étant de mes ennuis la fortune assouvie 05/16/2012 5.5 10 0
119 Non autrement qu'on voit la pluvieuse nue 05/16/2012 5.5 10 0
120 Non pour ce qu'un grand roi ait été votre père, 05/16/2012 5.5 10 0
121 Nous ne faisons la cour aux filles de Mémoire, 05/16/2012 5.5 10 0
122 Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome 05/16/2012 5.5 10 0
123 Ny par les bois les Driades courantes, 05/16/2012 5.5 10 0
124 Ô beaux cheveux d'argent mignonnement retors ! 05/16/2012 5.5 10 0
125 Ô combien est heureux qui n'est contraint de feindre, 05/16/2012 5.5 10 0
126 Ô marâtre nature 05/16/2012 5.5 10 0
127 Ô que celui était cautement sage, 05/16/2012 5.5 10 0
128 Ô que tu es heureux, si tu connais ton heur 05/16/2012 5.5 10 0
129 Ô qu'heureux est celui qui peut passer son âge 05/16/2012 5.5 10 0
130 Ô trois et quatre fois malheureuse la terre 05/16/2012 5.5 10 0
131 On donne les degrés au savant écolier 05/16/2012 5.5 10 0
132 Ores, plus que jamais, me plaît d'aimer la Muse 05/16/2012 5.5 10 0
133 Où que je tourne l'oeil, soit vers le Capitole 05/16/2012 5.5 10 0
134 Pâles esprits, et vous ombres poudreuses 05/16/2012 5.5 10 0
135 Panjas, veux-tu savoir quels sont mes passe-temps 05/16/2012 5.5 10 0
136 Par armes et vaisseaux Rome dompta le monde 05/16/2012 5.5 10 0
137 Plus qu'aux bords Aetëans le brave fils d'Eson 05/16/2012 5.5 10 0
138 Plus qu'aux bords Aetëans le brave fils d'Eson 05/16/2012 -- 0 0
139 Plus riche assez que ne se montrait celle 05/16/2012 5.5 10 0
140 Prélat, à qui les cieux ce bonheur ont donné 05/16/2012 5.5 10 0
141 Puis m'apparut une pointe aiguisée 05/16/2012 5.5 10 0
142 Quand ce brave séjour, honneur du nom Latin 05/16/2012 5.5 10 0
143 Quand cette belle fleur premièrement je vis 05/16/2012 5.5 10 0
144 Quand je te dis adieu, pour m'en venir ici 05/16/2012 5.5 10 0
145 Quand je vois ces messieurs, desquels l'autorité 05/16/2012 5.5 10 0
146 Quand je voudrai sonner de mon grand Avanson 05/16/2012 5.5 10 0
147 Quand le Soleil lave sa tête blonde 05/16/2012 5.5 10 0
148 Que dirons-nous, Melin, de cette cour romaine 05/16/2012 5.5 10 0
149 Que ferai-je, Morel ? Dis-moi, si tu l'entends 05/16/2012 5.5 10 0
150 Que n'ai-je encor la harpe thracienne 05/16/2012 5.5 10 0
151 Quel est celui qui veut faire croire de soi 05/16/2012 5.5 10 0
152 Qu'heureux tu es, Baïf, heureux, et plus qu'heureux 05/16/2012 5.5 10 0
153 Qui a vu quelquefois un grand chêne asséché 05/16/2012 5.5 10 0
154 Qui est ami du coeur est ami de la bourse 05/16/2012 5.5 10 0
155 Qui niera, Gillebert, s'il ne veut résister 05/16/2012 5.5 10 0
156 Qui voudra voir tout ce qu'ont pu nature 05/16/2012 5.5 10 0
157 Qui voudrait figurer la romaine grandeur 05/16/2012 5.5 10 0
158 Qui voudrait figurer la romaine grandeur 05/16/2012 -- 0 0
159 Quiconque, mon Bailleul, fait longuement séjour 05/16/2012 5.5 10 0
160 Ronsard, j'ai vu l'orgueil des colosses antiques 05/16/2012 5.5 10 0
161 Sacrés coteaux, et vous saintes ruines 05/16/2012 5.5 10 0
162 Scève, je me trouvai comme le fils d'Anchise 05/16/2012 5.5 10 0
163 Seigneur, je ne saurais regarder d'un bon oeil 05/16/2012 5.5 10 0
164 Si après quarante ans de fidèle service 05/16/2012 5.5 10 0
165 Si celui qui s'apprête à faire un long voyage 05/16/2012 5.5 10 0
166 Si fruits, raisins et blés, et autres telles choses 05/16/2012 5.5 10 0
167 Si je monte au Palais, je n'y trouve qu'orgueil 05/16/2012 5.5 10 0
168 Si la perte des tiens, si les pleurs de ta mère 05/16/2012 5.5 10 0
169 Si la vertu, qui est de nature immortelle 05/16/2012 5.5 10 0
170 Si l'aveugle fureur, qui cause les batailles 05/16/2012 5.5 10 0
171 Si les larmes servaient de remède au malheur 05/16/2012 5.5 10 0
172 Si mes écrits, Ronsard, sont semés de ton los 05/16/2012 5.5 10 0
173 Si nostre vie est moins qu'une journée 05/16/2012 5.5 10 0
174 Si onques de pitié ton âme fut atteinte 05/16/2012 5.5 10 0
175 Si par peine et sueur et par fidélité 05/16/2012 5.5 10 0
176 Si pour avoir passé sans crime sa jeunesse 05/16/2012 5.5 10 0
177 Si tu m'en crois, Baïf, tu changeras Parnasse 05/16/2012 5.5 10 0
178 Si tu ne sais, Morel, ce que je fais ici 05/16/2012 5.5 10 0
179 Si tu veux sûrement en cour te maintenir 05/16/2012 5.5 10 0
180 Sire, celui qui est a formé toute essence 05/16/2012 5.5 10 0
181 Sur la croupe d'un mont je vis une fabrique 05/16/2012 5.5 10 0
182 Sur la rive d'un fleuve une nymphe éplorée, 05/16/2012 5.5 10 0
183 Sur un chapelet de roses du Bembe 05/16/2012 5.5 10 0
184 Tant que l'oiseau de Jupiter vola, 05/16/2012 5.5 10 0
185 Telle que dans son char la Bérécynthienne 05/16/2012 5.5 10 0
186 Tels que l'on vit jadis les enfants de la Terre 05/16/2012 5.5 10 0
187 To a Friend in Elysium 01/01/2004 5.2 39 1
188 Toi qui de Rome émerveillé contemples 05/16/2012 5.5 10 0
189 Tout ce qu'Egypte en pointe façonna 05/16/2012 5.5 10 0
190 Tout effrayé de ce monstre nocturne 05/16/2012 5.5 10 0
191 Tout le parfait dont le ciel nous honore 05/16/2012 5.5 10 0
192 Tu dis que Du Bellay tient réputation 05/16/2012 5.5 10 0
193 Tu ne crains la fureur de ma plume animée 05/16/2012 5.5 10 0
194 Tu ne me vois jamais, Pierre, que tu ne die 05/16/2012 5.5 10 0
195 Tu sois la bienvenue, ô bienheureuse trêve ! 05/16/2012 5.5 10 0
196 Tu t'abuses, Belleau, si pour être savant 05/16/2012 5.5 10 0
197 Un plus savant que moi, Paschal, ira songer 05/16/2012 5.5 10 0
198 Une louve je vis sous l'antre d'un rocher 05/16/2012 5.5 10 0
199 Veux-tu savoir, Duthier, quelle chose c'est Rome 05/16/2012 5.5 10 0
200 Villanelle 05/16/2012 5.5 10 0
201 Vision (original French) 01/01/2004 5.2 48 2
202 Vivons, Gordes, vivons, vivons, et pour le bruit 05/16/2012 5.5 10 0
203 Voyant l'ambition, l'envie, et l'avarice, 05/16/2012 5.5 10 0
204 Vu le soin ménager dont travaillé je suis 05/16/2012 5.5 10 0
[Hata Bildir]