Marcel Aouizerate


Antisioniste, tu perds ton sang-froid!


Si je prends la liberté de développer le raisonnement qui suit, c’est que j’ai du le tenir avec ceux dont j’attendais la posture mais aussi avec ceux, moins prévisibles, dont je n’imaginais pas qu’ils puissent se perdre dans l'infernale mauvaise foi des autres. De deux choses l’une:

* Soit l’antisionisme consiste à contester l’existence de l’Etat d’Israël et dans ce cas, cette idéologie doit être considérée avec autant d’égards que celle qui trouverait illégitime l’existence de la France, l’Iran, les Etats Unis ou de tout autre pays reconnu par l’ONU. J’attends l’arrivée des antifrancistes ou des antiiranistes (antïranistes?) , pour cesser de rire. Et précisons ici qu’il ne s’agit pas pour l’antisioniste dégrossi entre les oreilles d'exciper du caractère contesté des frontières d’Israël – d'autres pays connaissent des situations similaires d'une définition problématique de leurs cartes –, ni d'une origine supposée artificielle et récente: à cette aune, la République Tchèque, la Slovaquie, la Croatie, et bien d’autres. auraient encore moins le droit d’exister qu’Israël;

* Ou bien l’antisionisme revient à refuser et combattre l’oppression des populations arabes ou musulmanes. Mais dans ce cas là pourquoi inventer un nom spécifique, pourquoi ne pas se réclamer de l’idéologie progressiste, ou si l’on veut, anticolonialiste, voire antifasciste (mais il faudra se boucher très hermétiquement les oreilles pour ignorer le vacarme bavard et continu de la Knesset et garder un regard singulièrement fixe pour traiter Israël de dictature sans lorgner ni à l'Ouest, ni à l'Est de Tel Aviv) . Et alors pourquoi ne réserver son courroux qu’à Israël et refuser d’élargir le champ de son indignation à la litanie de populations arabes ou musulmanes oppressées: celles de Syrie, d’Egypte, de l’ensemble du Maghreb ou d’Iran?

Une fois posé sur cette bascule, l’antisioniste cherche généralement son équilibre et défouraille son OBJECTION-MAÎTRESSE: le sionisme serait une idéologie essentiellement religieuse qui consiste à opprimer un peuple au motif d’une foi différente. Voyons donc.
Passons à nouveau sur le fait qu’il y a un nom pour l'opposition à une telle idée: l’anticléricalisme (cette langue est décidément sans pitié, mon bon monsieur) . Passons aussi en glissant sur le fait que si l’oppression religieuse est la cible, il n’y a pas de raisons d’ignorer les dictatures religieuses d’Arabie ou d’Iran - et même pourrait-on dire, il y a toutes les raisons de commencer par elles vu le pain de misère qu’elles trouvent indéfiniment la ressource de pétrir –. Considérons que le sionisme fut d’abord l'ouvrage de juifs séculaires, de gauche, du début du vingtième siècle, et que les premières manifestations de l’installation d'un foyer juif en Palestine ne furent pas marquées du sceau de la prière mais par celui, plus sanglant et moins transcendant, de la survie de ceux qui avaient subi une très sévère et très définitive crise de foi quelque part en Allemagne, en Pologne ou en Ukraine. D’ailleurs, si il fallait enfoncer le clou, rappelons enfin l’existence de rabbins orthodoxes fermement opposés à l’existence d’Israël, on les voit d’ailleurs de temps en temps s’asseoir aux cotés d’antisémites notoires; ils sont faciles à distinguer: ils portent des signes religieux ostentatoires.

Mais alors nous interroge, incrédule, l’antisioniste à l'exercice, il serait impossible de critiquer la politique d’Israël?

Et si, 'c’est possible' comme dirait la SNCF. C’est même nécessaire comme l’autorise le fait que nous partagions dans l’ensemble des pays où règne la liberté d’expression une compréhension similaire du socle de droits civils dont chacun devrait disposer.
Voici le secret de ce tour de magie extraordinaire que tout le monde peut faire sans aucune crainte: il suffit de critiquer la politique d’Israël. Point besoin pour autant de travestir cette critique d'une idéologie logiquement inconsistante (voir plus haut) , ni d'inventer des mots qui ne reflèteraient rien d’autre qu’une hystérie mal contenue (idem) . Il n’est pas d'exception à ce théorème, chers antisionistes inauthentiques: « mal nommer les choses consiste à rajouter aux malheurs du monde. »

Submitted: Saturday, December 28, 2013

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

What do you think this poem is about?



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (Antisioniste, tu perds ton sang-froid! by Marcel Aouizerate )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

PoemHunter.com Updates

Poem of the Day

poet Richard Lovelace

"Come, pretty birds, present your lays,
And learn to chaunt a goddess praise;
Ye wood-nymphs, let your voices be
Employ'd to serve her deity:
...... Read complete »

 

Modern Poem

poet Yevgeny Yevtushenko

 

Member Poem

Trending Poems

  1. Do Not Go Gentle Into That Good Night, Dylan Thomas
  2. If, Rudyard Kipling
  3. Daffodils, William Wordsworth
  4. Still I Rise, Maya Angelou
  5. Invictus, William Ernest Henley
  6. The Road Not Taken, Robert Frost
  7. Ozymandias, Percy Bysshe Shelley
  8. No Man Is An Island, John Donne
  9. I Know Why The Caged Bird Sings, Maya Angelou
  10. If You Forget Me, Pablo Neruda

Trending Poets

[Hata Bildir]