Rutebeuf


Ci encoumence la complainte de Coustantinoble - Poem by Rutebeuf

Sopirant pour l'umain linage
Et pencis au crueil damage
Qui de jour en jour i avient,
Vos wel descovrir mon corage,
Que ne sai autre laborage:
Dou plus parfont do[u] cuer me vient.
Je sai bien et bien m'en souvient
Que tout a avenir covient
Quanc'ont dit li prophete sage.
Or porroit estre, se devient,
Que la foi qui feble devient
Porroit changier nostre langage.
II
Nos en sons bien entrei en voie.
N'i at si fol qui ne le voie,
Quant Coustantinoble est perdue
Et la Moree se ravoie
A recevoir teile escorfroie
Dont sainte Eglize est esperdue,
Qu'en cors at petit d'atendue
Quant il at la teste fendue.
[Je ne sai que plus vous diroie:]
Se Jhesucriz n'i fait aïue
A la Sainte Terre absolue,
Bien li est esloigniee joie.
III
D'autre part viennent li Tartaire
Que hom fera mais a tart taire,
C'om n'avoit cure d'aleir querre.
Diex gart Acre, Jaffes, Cezeire!
Autre secors ne lor puis feire,
Car je ne suis mais hom de guerre.
Ha! Antioche, Sainte Terre,
Qui tant coutastes a conquerre
Ainz c'on vos peüst a nos trere!
Qui des ciels cuide ovrir la serre,
Conment puet teil doleur sofferre?
C'il at Dieu, c'iert donc par contrere.
IV
Isle de Cret, Cosse, Sezile,
Chipre, douce terre et douce isle
Ou tuit avoient recovrance,
Quant vos seroiz en autrui pile,
Li rois tanra desa concile
Conment Ayoulz s'en vint en France,
Et fera nueve remenance
A cex qui font nueve creance,
Novel Dieu et nueve Evangile,
Et laira semeir par doutance
Ypocrisie sa semance,
Qui est dame de ceste vile.
V
Se le denier que hon at mie
En celx qu'a Diex ce font amis
Fussent mis en la Terre Sainte,
Ele en eüst mains d'anemis
Et mains tost ce fust entremis
Cil qui l'a ja brisié et frainte.
Mais trop a tart en fais la plainte,
Qu'ele est ja si forment empainte
Que ces pooirs n'est mais demis.
De legier sera mais atainte
Quant sa lumiere est ja etainte
Et sa cire devient remis.
VI
De la Terre Dieu qui empire,
Sire Diex, que porront or dire
Li rois et li cuens de Poitiers?
Diex resueffre novel martyre.
Or faissent large cemetyre
Cil d'Acre, qu'il lor est mestiers.
Touz est plains d'erbe li santiers
C'om suet batre si volentiers
Por offrir s'arme en leu de cyre.
Et Diex n'a mais nuns cuers entiers
Ne la terre n'a uns rentiers,
Ansois se torne a desconfire.
VII
Jherusalem, ahi! haï!
Com t'a blecié et esbahi
Vainne Gloire qui toz maux brace!
Et cil qui ceront envaÿ,
Si cherront lai ou cil chaÿ
Qui par orguel perdi sa grace.
Or dou foïr! La mort les chace,
Qui lor fera de pié eschace.
Tart crieront: 'Trahi! Trahi!',
Qu'ele a ja entesei sa mace,
Ne jusqu'au ferir ne menace:
Lors harra Diex qui le haÿ.
VIII
Or est en tribulacion
La Terre de Promission,
A pou de gent, toute esbahie.
Sire Diex, porquoi l'oblion,
Quant por notre redemption
I fu la chars de Dieu trahie?
Hom lor envoia en aïe
Une gent despite et haïe,
Et ce fut lor destrucion.
Dou roi durent avoir la vie:
Li rois ne l'a pas assouvie.
Or guerroient sa nacion.
IX
Hom sermona por la croix prendre,
Que hom cuida paradix vendre
Et livreir de par l'apostole.
Hom pot bien le sermon entendre,
Mais a la croix ne vout nuns tendre
La main por pitouze parole.
Or nos deffent hon la quarole,
Que c'est ce que la terre afole:
Se nos welent li Frere aprendre.
Mais Fauceteiz qui partot vole,
Qui crestïens tient a escole,
Fera la Sainte Terre rendre.
X
Que sont li denier devenu
Qu'entre Jacobins et Menuz
Ont receüz de testamens
De bougres por loiaux tenuz
Et d'uzeriers vielz et chenuz
Qui se muerent soudainnement,
Et de clers ausi faitement,
Dont il ont grant aünement,
Dont li oz Dieu fust maintenuz?
Mais il en font tot autrement,
Qu'il en font lor granz fondemenz,
Et Diex remaint la outre nuz.
XI
De Grece vint chevalerie
Premierement d'anceserie,
Si vint en France et en Bretaingne.
Grant piece i at estei chierie.
Or est a mesnie escherie,
Que nuns n'est teiz qu'il la retaingne.
Mort sunt Ogiers et Charlemainne.
Or s'en vont, que plus n'i remaingne.
Loyauteiz est morte et perie:
C'estoit sa monjoie et s'ensaingne,
C'estoit sa dame et sa compaingne,
Et sa maistre habergerie.
XII
Coument amera sainte Eglize
Qui ceux n'ainme par c'on la prize?
Je ne voi pas en queil meniere.
Li rois ne fait droit ne justize
A chevaliers, ainz les desprize
(Et ce sunt cil par qu'ele est chiere),
Fors tant qu'en prison fort et fiere
Met l'un avant et l'autre arriere,
Ja tant n'iert hauz hom a devise.
En leu de Nainmon de Baviere
Tient li rois une gens doubliere
Vestuz de robe blanche et grise.
XIII
Tant fas je bien savoir le roi,
S'en France sorsist .I. desroi,
Terre ne fu si orfeline,
Que les armes et le conroi
Et le consoil et tout l'erroi
Laissast hon sor la gent devine.
Lors si veïst hon biau couvine
De cex qui France ont en saisine,
Ou il n'a mesure ne roi!
S'ou savoient gent tartarine,
Ja por paor de la marine
Ne laisseroient cest aroi.
XIV
Li rois, qui païens asseüre,
Pence bien ceste encloeüre.
Por ce tient il si prés son regne.
Teiz at alei simple aleüre
Qui tost li iroit l'ambleüre
Seur le destrier a lasche regne.
Corte folië est plus seigne
Que longue de fol consoil pleigne.
Or se teigne en sa teneüre.
S'outremer n'eüst fait estreigne
De li, miex en'vausist li reignes,
C'en fust la terre plus seüre.
XV
Messires Joffrois de Sergines,
Je ne voi par desa nul signes
Que hon orendroit vos secore.
Li cheval ont mal enz eschines
Et li riche home en lor poitrines.
Que fait Diex que nes paraqueure?
Ancor vanra tot a tenz l'eure
Que li maufei noir comme meure
Les tanront en lor decepline.
Lors auront il non Chantepleure,
Et senz secours lor corront seure
Qui lor liront longues matines.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence la complainte de Coustantinoble by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]