Rutebeuf


Ci encoumence li diz de Puille - Poem by Rutebeuf

Cil Damediex qui fist air, feu et terre et meir,
Et qui por notre mort senti le mors ameir,
Il doint saint paradix, qui tant fait a ameir,
A touz ceulz qui orront mon dit sans diffameir!
II
De Puille est la matyre que je wel coumancier
Et dou roi de Cezile, que Dieux puisse avancier!
Qui vodrat elz sainz cielz semance semancier
Voisse aidier au bon roi qui tant fait a prisier.
III
Li boens rois estoit cuens d'Anjou et de Provance,
Et c'estoit filz de roi, freres au roi de France.
Bien pert qu'il ne vuet pas faire Dieu de sa pance
Quant por l'arme sauveir met le cors en balance.
IV
Or preneiz a ce garde, li groz et li menu,
Que, puis que nos sons nei et au siecle venu,
S'avons nos pou a vivre, s'ai je bien retenu.
Bien avons mains a vivre quant nos sommes chenu.
V
Conquerons paradix quant le poons conquerre;
N'atendons mie tant meslee soit la serre.
L'arme at tantost son droit que li cors est en terre;
Quant sentance est donee, noians est de plus querre.
VI
Dieux done paradix a touz ces bienvoillans:
Qui aidier ne li wet bien doit estre dolans.
Trop at contre le roi d'Yaumons et d'Agoulans;
Il at non li rois Charles, or li faut des Rollans.
VII
Saint Andreuz savoit bien que paradix valoit
Quant por crucefier a son martyre aloit.
N'atendons mie tant que la mors nos aloit,
Car bien serions mort se teiz dons nos failloit.
VIII
Cilz siecles n'est pas siecles, ainz est chans de bataille,
Et nos nos combatons a vins et a vitaille;
Ausi prenons le tens com par ci le me taille,
S'acreons seur noz armes et metons a la taille.
IX
Quant vanra au paier, coument paiera l'arme,
Quant li cors selon Dieu ne moissone ne same?
Se garans ne li est Dieux et la douce Dame,
Gezir l'escovanra en parmenable flame.
X
Picheour vont a Roume querre confession
Et laissent tout encemble avoir et mansion,
Si n'ont fors penitance. Ci at confusion:
Voisent un pou avant, s'avront remission.
XI
Bien est foulz et mauvais qui teil voie n'emprent
Por eschueir le feu qui tout adés emprant;
Povie est sa conciance quant de [rien] nou reprent;
Pou prise paradix quant a ce ne se prent.
XII
Gentilz cuens de Poitiers, Dieux et sa douce Meire
Vous doint saint paradyx et la grant joie cleire!
Bien li aveiz montrei loiaul amour de frere;
Ne vos a pas tenu Couvoitize l'aveire.
XIII
Bien li meteiz le votre, bien l'i aveiz ja mis;
Bien moustreiz au besoing que vos iestes amis.
Se chacuns endroit soi c'en fust si entremis,
Ancor oan eüst Charles mains d'anemis.
XIV
Prions por le roi Charle: c'est por nos maintenir;
Por Dieu et sainte Eglize c'est mis au couvenir.
Or prions Jhesucrit que il puist avenir
A ce qu'il a empris et son ost maintenir.
XV
Prelat, ne grouciez mie dou dizeime paier,
Mais priez Jhesucrit qu'il pance d'apaier;
Car se ce n'a mestier, sachiez sanz delaier
Hom panrra a meïmes, si porroiz abaier.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence li diz de Puille by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]