Rutebeuf


Ci encoumence li diz de Renart le bestournei - Poem by Rutebeuf

Renars est mors: Renars est vis!
Renars est ors, Renars est vilz:
Et Renars reigne!
Renars at moult reinei el reigne.
Bien i chevauche a lasche reigne,
Coul estendu.
Hon le devoit avoir pendu,
Si com je l'avoie entendu,
Mais non at voir:
Par tanz le porreiz bien veoir.
Il est sires de tout l'avoir
Mon seigneur Noble,
Et de la brie et dou vignoble.
Renars fist en Coustantinoble
Bien ces aviaux;
Et en cazes et en caviaux
Ne laissat vaillant .II. naviaux
L'empereour,
Ainz en fist povre pescheour.
Par pou ne le fist pescheour
Dedens la meir.
Ne doit hon bien Renart ameir,
Qu'en Renart n'at fors que l'ameir:
C'est sa droiture.
Renars at mout grant norreture:
Mout en avons de sa nature
En ceste terre.
Renars porra mouvoir teil guerre
Dont mout bien se porroit sofferre
La regions.
Mes sires Nobles li lyons
Cuide que sa sauvacions
De Renart vaigne.
Nou fait, voir (de Dieu li sovaigne!),
Ansois dout qu'il ne l'en aveigne
Damage et honte.
Se Nobles savoit que ce monte
Et les paroles que om conte
Parmi la vile
- Dame Raimbors, dame Poufille,
Qui de lui tiennent lor concile,
Sa .X., sa vint,
Et dient c'onques mais n'avint
N'onques a franc cuer ne souvint
De teil gieu faire!
Bien li deüst membreir de Daire
Que li sien firent a mort traire
Por s'avarice.
Quant j'oi parleir de si grant vice,
Par foi toz li peuz m'en herice
De duel et d'ire
Si fort que je n'en sai que dire,
Car je voi roiaume et empire
Trestout ensemble.
Que dites vous que vos en semble
Quant mes sires Nobles dessemble
Toutes ces bestes,
Qu'il ne pueent metre lor testes,
A boens jors ne a bones festes,
En sa maison,
Et si ne seit nule raison,
Fors qu'il doute de la saison
Qui n'encherisse?
Mais ja de ceste annee n'isse
Ne mais coustume n'estaublisse
Qui se brassa,
Car trop vilain fait embrassa!
Roniaux li chiens le porchassa
Avec Renart.
Nobles ne seit enging ne art
Nes c'uns des asnes de Senart
Qui buche porte:
Il ne set pas de qu'est sa porte.
Por ce fait mal qui li ennorte
Se tout bien non.
Des bestes orrois ci le non
Qui de mal faire ont le renon
Touz jors eü.
Moult ont grevei, moult ont neü;
Au seigneurs en est mescheü,
Et il s'en passent.
Asseiz emblent, asseiz amassent,
C'est merveilles qu'il ne se lassent.
Or entendeiz
Com Nobles at les yeux bandeiz:
Et ce ces oz estoit mandeiz,
Par bois, par terre,
Ou porroit il troveir ne querre
En cui il se fiast de guerre
Ce mestiers iere?
Renart porteroit la baniere;
Roniaus, qu'a toz fait laide chiere,
Feroit la bataille premiere,
O soi nelui:
Tant vos puis dire de celui
Ja nuns n'aura honeur de lui
De par servise.
Quant la choze seroit emprise,
Ysangrins, que chascuns desprise,
L'ost conduiroit,
Ou, se devient, il s'en furoit.
Bernars l'asnes les deduroit
A tout sa crois.
Cist quatre sont fontainne et doix,
Cist quatre ont l'otroi et la voix
De tout l'ostei.
La choze gist en teil costei
Que rois de bestes ne l'ot teil.
Le bel aroi!
Se sunt bien maignie de roi!
Il n'aiment noise ne desroi
Ne grant murmure.
Quant mes sires Nobles pasture,
Chacun s'en ist de la pasture,
Nuns n'i remaint:
Par tanz ne saurons ou il maint.
Ja autrement ne se demaint
Por faire avoir,
Qu'il en devra asseiz avoir
Et cil seivent asseiz savoir
Qui font son conte.
Bernars gere, Renars mesconte,
Ne connoissent honeur de honte.
Roniaus abaie;
Et Ysangrins pas ne s'esmaie,
Le soel porte: 'Tropt! Que il paie!':
Gart chacuns soi!
Ysangrins at .I. fil o soi
Qui toz jors de mal faire a soi,
S'a non Primaut;
Renars .I. qui at non Grimaut:
Poi lor est coument ma rime aut,
Mais que mal fassent
Et que toz les bons us effacent.
Diex lor otroit ce qu'il porchacent,
S'auront la corde!
Lor ouvragne bien c'i acorde,
Car il sunt sens misericorde
Et sens pitié,
Sens charitei, sens amistié.
Mon seigneur Noble ont tot gitié
De boens usages:
Ses hosteiz est .I. rencluzages.
Asseiz font paier de muzages
Et d'avaloignes
A ces povres bestes lontoignes,
A cui il font de grans essoignes.
Diex les confonde,
Qui sires est de tot le monde!
Et je rotroi que l'en me tonde
Se maux n'en vient;
Car d'un proverbe me sovient
Que hon dit: 'Tot pert qui tot tient.'
C'est a boen droit.
La choze gist en teil endroit
Que chacune beste vorroit
Que venist l'Once.
Se Nobles copoit a la ronce,
De mil n'est pas .I. qui en gronce:
C'est voirs cens faille.
Hom senege guerre et bataille:
Il ne m'en chaut mais que bien n'aille.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence li diz de Renart le bestournei by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]