Émile Nelligan

(24 December 1879 – 18 November 1941 / Montreal / Quebec)

Five O'clock - Poem by Émile Nelligan

Comme Litz se dit triste au piano voisin !

Le givre a ciselé de fins vases fantasques,
Bijoux d'orfèvrerie, orgueils de Cellini,
Aux vitres du boudoir dont l'embrouillamini
Désespère nos yeux de ses folles bourrasques.

Comme Haydn est triste au piano voisin !

Ne sors pas ! Voudrais-tu défier les bourrasques,
Battre les trottoirs froids par l'embrouillamini
D'hiver ? Reste. J'aurais tes ors de Cellini,
Tes chers doigts constellés de leurs bagues fantasques.

Comme Mozart est triste au piano voisin !

Le Five o'clock expire en mol ut crescendo.
— Ah ! qu'as-tu ? Tes chers cils s'amalgament de perles.
— C'est que je vois mourir le jeune espoir des merles
Sur l'immobilité glaciale des jets d'eau.

...sol, la, si, do.

— Gretchen, verse le thé aux tasses de Yeddo.


Comments about Five O'clock by Émile Nelligan

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Wednesday, May 2, 2012

Poem Edited: Wednesday, May 2, 2012


[Report Error]