Treasure Island

Louis Honoré Fréchette

(16 November 1839 – 31 May 1908 / Lévis)

À Henry W. Longfellow


Poëte, on t'applaudit ! poëte, on te couronne !
Le laurier du vainqueur sur ta tête rayonne ;
Le passant jette à flots des fleurs sur ton chemin ;
Au tournoi de la lyre on t'a cédé l'arène ;
Ta muse à ses rivaux sourit en souveraine :
Et je ne suis plus là pour te serrer la main !


Pourtant, naguère encor, suivant la même étoile,
Nous n'avions qu'une nef, nous n'avions qu'une voile ;
Nos luths oom'rae nos cœurs vibraient à l'unisson.
Poètes de vingt ans, c'étaient luttes sans trêve :
C'était à qui de nous ferait le plus beau rêve,
C'était à qui ferait la plus belle chanson.

Nous rêvions, nous chantions, — c'était là notre vie.
Et, rivaux fraternels, sans fiel et sans envie,
Nous rendions à la Muse un hommage pareil.
Tu charmais les zéphyrs, je narguais la, bourrasque ;
Et noua voguions tous deux, toi songeur, moi fantasque,
L'âme ivre de parfums, de joie et de soleil.

Nos soirs étaient sereins, nos matins étaient roses,
Tout était calme et pur ; nuls nuages moroses
N'estompaient l'horizon, — ô présage moqueur !
J'aimais… et je croyais à l'amitié fidèle ;
Tout me parlait d'espoir, quand le sort d'un coup d'aile,
Brisa mes rêves d'or, ma boussole et mon cœur !

L'orage m'emporta loin de la blonde rive
Où ton esquif flottait toujours à la dérive,
Bercé par des flots bleus pleins d'ombrages mouvants.
Et depuis, ballotté par la mer écumante,
Hochet de l'ouragan, jouet de la tourmente,
J'erre de vague en vague à la merci des vents.

Oui, je suis loin, ami ! mais souvent les rafales
M'apportent des lambeaux de clameurs triomphales ;
Et j'écoute, orgueilleux, ton nom que l'on redit…
Alors je me demande, en secret, dans mon âme,
Si tu songes parfois, quand la foule t'acclame,
A celui qui jadis tant de fois t'applaudit,

Submitted: Saturday, April 28, 2012
Edited: Saturday, April 28, 2012

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

What do you think this poem is about?



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem ( À Henry W. Longfellow by Louis Honoré Fréchette )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

PoemHunter.com Updates

New Poems

  1. Lack of money does not mean lack of wisdom, MOHAMMAD SKATI
  2. On The T.V., Hannah Bryson Price
  3. Why do need wisdom anytime?, MOHAMMAD SKATI
  4. it is almost poetry, Mandolyn ...
  5. Wisdom's great aim, MOHAMMAD SKATI
  6. Our world is without any kind of wisdom, MOHAMMAD SKATI
  7. Dream packed drama, hasmukh amathalal
  8. A fool واحد احمق, MOHAMMAD SKATI
  9. Quite same, hasmukh amathalal
  10. Lack of wisdom, MOHAMMAD SKATI

Poem of the Day

poet Walt Whitman

ARM’D year! year of the struggle!
No dainty rhymes or sentimental love verses for you, terrible year!
Not you as some pale poetling, seated at a desk, lisping cadenzas
piano;
...... Read complete »

   

Trending Poems

  1. Dreams, Langston Hughes
  2. Annabel Lee, Edgar Allan Poe
  3. The Road Not Taken, Robert Frost
  4. If, Rudyard Kipling
  5. Phenomenal Woman, Maya Angelou
  6. Fire and Ice, Robert Frost
  7. Eating Alone, Li-Young Lee
  8. Still I Rise, Maya Angelou
  9. City That Does Not Sleep, Federico García Lorca
  10. Alone, Edgar Allan Poe

Trending Poets

[Hata Bildir]