Treasure Island

Louis Honoré Fréchette

(16 November 1839 – 31 May 1908 / Lévis)

À Henry W. Longfellow


Un soir, tu t'envolas comme l'oiseau de mer
Dont le coup d'aile altier nargue le gouffre amer :
Et moi, debout sur la colline,
Murmurant à la brise un chant d'Hiawatha,
Longtemps je regardai le flot qui t'emporta,
O doux chantre d'Evangeline !

Comme on voit l'astre d'or, plongeant an sein des eaux,
Laisser derrière lui de lumineux réseaux
Dorer les vagues infinies,
Quand ta barque sombrait à l'horizon brumeux,
On entendit longtemps sur l'abîme écumeux
Flotter d'étranges, harmonies.

Tu caressais ton luth d'un doigt mélodieux,
O barde ! et ; je t'ai vu d'un long regard d'adieux
Embrasser nos rives aimées,
Rêvant pour ton retour d'innombrables moissons
De poëmes ailés, de sublimes chansons
Et de légendes parfumées.

Tu partis, et longtemps ta lyre résonna
Des vallons de Kildare aux penchants de l'Etna,
Sur le Danube et sur la Loire ;
Et, brillante fanfare ou fier coup de canon,
La brise qui soufflait nous apportait ton nom
Dans un long murmure de gloire !

Dans ces pays dorés où l'art a des autels,
Tu passais, saluant tous les fronts immortels
De l'Europe, en grands noms féconde ;
Et, de Rome à Paris, de Londre à Guernesey,
Les maîtres t'acclamaient, rival improvisé
Qui surgissais du Nouveau-Monde…

Mais, comme une aile blanche ouverte dans le vent,
J'ai vu poindre une voile aux lueurs du Levant,
Dans un rayonnement féerique !
Le bronze de Cambridge a grondé dans sa tour ;
Et, dans son noble orgueil, d'un long frisson d'amour
Tressaille la jeune Amérique !

Ecoutez ! — mille voix s'élèvent dans les airs.
De la cité vivante et du fond des déserts
Monte une immense symphonie.
Ecoutez ces accents, par la brise portés
Des bords de la Floride aux coteaux enchantés
De la blonde Pensylvanie !

Des gorges du Catskill au rivage lointain
Ou le vieux Missouri, dans son cours incertain,
Roule ses eaux couleur d'orange ;
Sous les arceaux touffus des grands bois ténébreux,
Au bord des lacs géants et des bayous ombreux,
S'élève une cantate étrange.

Hozanna ! ces rumeurs, ces chants mystérieux,
C'est un monde hélant son barde glorieux ; —
Car le flot dont tu t'environnes,
O vieux roc de Plymouth, berce encor ton enfant,
Poëte bien-aimé qui revient triomphant,
Le front tout chargé de couronnes !

Submitted: Saturday, April 28, 2012
Edited: Saturday, April 28, 2012

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (À Henry W. Longfellow by Louis Honoré Fréchette )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

Top Poems

  1. Phenomenal Woman
    Maya Angelou
  2. The Road Not Taken
    Robert Frost
  3. If You Forget Me
    Pablo Neruda
  4. Still I Rise
    Maya Angelou
  5. Dreams
    Langston Hughes
  6. Annabel Lee
    Edgar Allan Poe
  7. If
    Rudyard Kipling
  8. Stopping by Woods on a Snowy Evening
    Robert Frost
  9. I Know Why The Caged Bird Sings
    Maya Angelou
  10. A Dream Within A Dream
    Edgar Allan Poe

PoemHunter.com Updates

New Poems

  1. Portrait of Life (Cinquain), Cynthia BuhainBaello
  2. Anxiety, Aydia Thompson
  3. Words (Cinquain), Cynthia BuhainBaello
  4. Rocking chair, Emmanuel chibuike
  5. Riverside (Cinquain), Cynthia BuhainBaello
  6. Demure (Ottava Rima Poem), Cynthia BuhainBaello
  7. Poetry liberated me, Ananta Madhavan
  8. Giver of The Pen (Ottava Rima Stanza Poem), Cynthia BuhainBaello
  9. Kites Still Fly (Ottava Rima Poem), Cynthia BuhainBaello
  10. Temporal Millenial (Ottava Rima poem), Cynthia BuhainBaello

Poem of the Day

poet John Gay

Friendship, as love, is but a name,
Save in a concentrated flame;
And thus, in friendships, who depend
On more than one, find not one friend.

A hare who, in a civil way,
...... Read complete »

   
[Hata Bildir]