Treasure Island

John Lars Zwerenz

(1-5-69 / Kew Gardens, New York, USA)

Le Chateau


Le Chateau

Nous sommes montés la turquoise l'escalier tapissé,
Avec la grâce aromatique De vraie félicité dans l'air.
Le soleil a brillé par les rideaux sur votre visage.
Dehors, les peupliers ont mêlé avec la rosée.
Ils ont été oscillés par les vents de
l'ouest, de même qu'étaient les tamarins,
Les myrtes et le lindens,
Les roses de la tonnelle.
Nous sommes reposés dans les repaires somptueux et dorés
Et aimer de l'amour doux a pénétré chaque fleur rayonnante
Qui a revêtu la vanité ornée
Dans les vases faits de tiffany.
Nous avons embrassé pour une heure langoureuse et rayonnante
Dans le petit salon après notre promenade dans le jardin
Où les fleurs ont caressé votre crinière d'ébène
Avec leurs pétales rappelants, leur violet, rose et bleu.
La surface des étangs a commencé à durcir
Comme quelque neige est tombée dans la lumière du soleil, avec une tension glorieuse
D'une teinte en albâtre.
Je vous ai pris et vous a embrassé là en dessous du frémir,
l'if sanctifié Parmi les colonnades qui ont réfléchi à vos cheveux
UNE teinte romaine de tacheté allume.
Nous avons pris la retraite au chateau pour la nuit solennelle
Et se sommes perdus dans un rêve mystique
Dans la cour de marbre où un ruisseau d'azur
A Couru par les statues et à côté de la calèche noire.
Dans la lueur de la lune j'ai demandé votre main dans le mariage
Et votre fiévreux « oui »! était une faveur en extase.
Le chablis de vos lèvres que je peux goûter toujours à la suite de l'aube qui a tenu
Chaque roseau
Avec l'ambre et le jaspe, sur la tonnelle, sur le mead,
Sur les étangs vent-motivés, le virginal, le blanc et chaste.
Alors nous sommes augmentés à la deuxième histoire
Et aux cigarettes allumées parmi la cheminée.
Nous sommes délectés de notre gloire nuptiale, hors du royaume de temps et d'espace.
Et j'ai tenu votre tête intensément, avec la passion,
Et j'ai embrassé une fois plus votre visage immaculé,
Et nous avons allumé en feu la chambre dans le bastion
Comme le soleil fleurissant est monté avec la grâce.

- John Lars Zwerenz

Submitted: Saturday, November 16, 2013

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (Le Chateau by John Lars Zwerenz )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

Top Poems

  1. Phenomenal Woman
    Maya Angelou
  2. The Road Not Taken
    Robert Frost
  3. If You Forget Me
    Pablo Neruda
  4. Still I Rise
    Maya Angelou
  5. Dreams
    Langston Hughes
  6. Annabel Lee
    Edgar Allan Poe
  7. If
    Rudyard Kipling
  8. Stopping by Woods on a Snowy Evening
    Robert Frost
  9. I Know Why The Caged Bird Sings
    Maya Angelou
  10. A Dream Within A Dream
    Edgar Allan Poe

PoemHunter.com Updates

New Poems

  1. Poetry liberated me, Ananta Madhavan
  2. Giver of The Pen (Ottava Rima Stanza Poem), Cynthia BuhainBaello
  3. Kites Still Fly (Ottava Rima Poem), Cynthia BuhainBaello
  4. Temporal Millenial (Ottava Rima poem), Cynthia BuhainBaello
  5. SATURDAY WITH MILKA, Terry Collett
  6. Labels (Ottava Rima Stanza Poem), Cynthia BuhainBaello
  7. THERE WERE CHILDREN TOO, Cynthia BuhainBaello
  8. Smile, Key Carmack
  9. End of the Road, Tommy Stroller
  10. Kështu u ndanë udhët tona, skender iljaz braka

Poem of the Day

poet John Gay

Friendship, as love, is but a name,
Save in a concentrated flame;
And thus, in friendships, who depend
On more than one, find not one friend.

A hare who, in a civil way,
...... Read complete »

   
[Hata Bildir]