Vincent Voiture


Lors qu'avecque deux mots que vous daignâtes dire


Lors qu'avecque deux mots que vous daignâtes dire,
Vous sûtes arrêter mes peines pour jamais,
Et qu'après m'avoir fait endurer le martyre,
Vous m'ouvrîtes les Cieux, et me mîtes en paix.

Mille attraits, dont encor le souvenir me touche,
Couvrirent à mes yeux vôtre extrême rigueur,
Tous les charmes d'Amour furent sur vôtre bouche,
Et tous ses traits aussi passèrent en mon coeur.

Vous prîtes tout à coup une beauté nouvelle,
Toute pleine d'éclat, de rayons, et de feux ;
Bons Dieux ! ha que ce soir mes yeux vous virent belle,
Et que vos yeux ce soir me virent amoureux !

Le Pasteur qui jugea les trois Déesses nues,
Ne vit point à la fois tant de charmes secrets,
De divines beautés, de grâces inconnues,
Que j'en vis éclater en vos moindres attraits.

Je crois qu'en ce moment la Reine de Cythère,
Sans pas un de ses fils se trouva dans les Cieux,
Et que tous les Amours abandonnant leur Mère,
Etaient dedans mon âme, ou bien dedans vos yeux.

Ils brillaient dans vos yeux, et brûlaient dans mon âme,
Perçant d'un si beau feu les ombres d'alentour.
Que je vivais heureux au milieu de la flamme !
Et que j'avais de joie aussi bien que d'amour !

Depuis, ils ont toujours gardé la même place,
Admirant vos beautés et mon extrême foi ;
Et quoi que vous fassiez, Aminte, ou que je fasse,
Je les vois tous en vous, et je les sens en moi.

Eux qui faisaient brûler le Ciel, la Terre et l'Onde,
Avecque tous leurs feux embrasent mon désir,
Et laissent en repos tout le reste du monde,
Pour me faire la guerre avec plus de loisir.

Tandis qu'ils vont doublant mes peines rigoureuses,
Tous les autres captifs ont du soulagement,
Et l'air n'est plus troublé de plaintes amoureuses,
De pleurs, ni de regrets, que par moi seulement.

Echo ne languit plus d'une flamme inutile,
Daphné ne brûle plus le bel Astre du jour,
Et si le cours d'Alphée est encore en Sicile,
Ce n'est que par coutume, et non pas par amour.

Diane aux yeux de Pan n'a plus rien d'estimable,
Neptune n'aime plus les Nymphes de la mer,
Et comme en l'Univers vous êtes seule aimable,
Je suis le seul aussi qui sache bien aimer.

Submitted: Thursday, January 03, 2013

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (Lors qu'avecque deux mots que vous daignâtes dire by Vincent Voiture )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

Trending Poets

Trending Poems

  1. The Road Not Taken, Robert Frost
  2. If, Rudyard Kipling
  3. Annabel Lee, Edgar Allan Poe
  4. Daffodils, William Wordsworth
  5. If You Forget Me, Pablo Neruda
  6. Dreams, Langston Hughes
  7. Invictus, William Ernest Henley
  8. Alone, Edgar Allan Poe
  9. A Late Walk, Robert Frost
  10. I Know Why The Caged Bird Sings, Maya Angelou

Poem of the Day

poet Alfred Edward Housman

The time you won your town the race
We chaired you through the market-place;
Man and boy stood cheering by,
And home we brought you shoulder-high.

...... Read complete »

   

Member Poem

New Poems

  1. Open the floodgate.., veeraiyah subbulakshmi
  2. A Dream Of Death,, Luo Zhihai
  3. Feeling Your Spirit, Michael P. McParland
  4. Word, Birgitta Heikka
  5. Ganjaraja And His Associates/Ganjaraja W.., Bijay Kant Dubey
  6. Royal Presidio Chapel, Monterey California, Steven Federle
  7. the apple of my I, Prophmatt . . .
  8. And Then There Was Love, Sandra Feldman
  9. Sigh, Erwick Brandon
  10. Marwari Businessman Father-in-law Want I.., Bijay Kant Dubey
[Hata Bildir]