Andre Marie de Chenier

(30 October 1762 – 25 July 1794 / Istanbul)

Andre Marie de Chenier Poems

41. Non, Je Ne L’amime Plus 4/12/2010
42. O Delices D’amour! 4/12/2010
43. O Jeune Adolescent! 4/12/2010
44. O Jours De Mon Printemps 4/12/2010
45. O Muses, Accourez 4/12/2010
46. O Necessite Dure! 4/12/2010
47. Souffre Un Moment Encor 4/12/2010
48. Souvent Le Malheureux 4/12/2010
49. Sur La Mort D’un Enfant 4/12/2010
50. Sur Un Groupe De Jupiter Et D’europe 4/12/2010
51. Tel J’etais Autrefois 4/12/2010
52. Terre, Terre,Cherie 4/12/2010
53. Toujours Ce Souvenir M’attendrit 4/12/2010
54. Tout Homme A Ses Douleurs 4/12/2010
55. Reste, Reste Avec Nous 4/12/2010
56. Mon Visage Est Fletri 4/12/2010
57. Le Satyre Et La Flute 4/12/2010
58. L’invention 4/12/2010
59. Eh Bien! Je Le Voulais 4/12/2010
60. Ainsi, Lorsque Souvent 4/12/2010
61. A La Sante 4/12/2010
62. A Vesper 4/12/2010
63. L’art D’aimer 4/12/2010
64. Le Malade 4/12/2010
65. L'Aveugle 4/12/2010
66. La Jeune Tarentine 4/12/2010
67. Quand Au Mouton Belant 4/12/2010
68. Neere 4/12/2010
69. Fille Du Vieux Pasteur 4/12/2010
70. Aux Freres De Pange 4/12/2010
71. Sans Parents, Sans Amis 4/12/2010
72. Ode To Marie-Anne-Charlotte Corday 1/1/2004
73. La Frivolite 4/12/2010
74. De Nuit, La Nymphe Errante 4/12/2010
75. Hermes 4/12/2010
76. Pasiphae 4/12/2010
77. A Versailles 4/12/2010
78. A L’hirondelle 4/12/2010
79. La Jeune Captive 4/12/2010
80. Comme Un Dernier Rayon 4/12/2010

Comments about Andre Marie de Chenier

There is no comment submitted by members..
Best Poem of Andre Marie de Chenier

Comme Un Dernier Rayon

Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre
Animent la fin d'un beau jour,
Au pied de l'échafaud j'essaye encor ma lyre.
Peut-être est-ce bientôt mon tour;
Peut-être avant que l'heure en cercle promenée
Ait posé sur l'émail brillant,
Dans les soixante pas où sa route est bornée,
Son pied sonore et vigilant,
Le sommeil du tombeau pressera ma paupière.
Avant que de ses deux moitiés
Ce vers que je commence ait atteint la dernière,
Peut-être en ces murs effrayés
Le messager de mort, noir recruteur des ombres,
Escorté d'infâmes soldats,
Ébranlant de ...

Read the full of Comme Un Dernier Rayon

A L’hirondelle

Fille de Pandion, ô jeune Athénienne,
La cigale est ta proie, hirondelle inhumaine,
Et nourrit tes petits qui, débiles encor,
Nus, tremblants, dans les airs n'osent prendre l'essor.
Tu voles; comme toi la cigale a des ailes.
Tu chantes; elle chante. À vos chansons fidèles
Le moissonneur s'égaye, et l'automne orageux
En des climats lointains vous chasse toutes deux.
Oses-tu donc porter dans ta cruelle joie

[Report Error]