Rutebeuf


C’est le dit d’Aristotle - Poem by Rutebeuf

Aristotles a Alixandre
Enseigne et si li fait entendre
En son livre versefié,
Enz el premier quaier lié,
Conment il doit el siecle vivre.
Et Rutebués l'a trait dou livre.
'De tes barons croi le consoil,
Ce te loz je bien et consoil.
Ja serf de deus langues n'ameir,
Qu'il porte le miel et l'ameir.
N'essaucier home que ne doies,
Et par cest example le voies
C'uns ruissiaux acreüz de pluie
Sort plus de roit et torne en fuie
Que ne fait l'iaue qui decourt:
Ausi fel essauciez en court
Est plus crueuz et plus vilains
Que n'est ne cuens ne chatelains
Qui sont riche d'ancesserie.
Si te prie por sainte Marie,
Se tu voiz home qui le vaille,
Garde qu'a ton bienfait ne faille.
N'i prent ja garde a parentei,
C'om voit de teux a grant plantei
Qui sont de bone gent estrait
Dont on asseiz de mal retrait.
Jadiz ot en Egypte un roi
Sage, large, de grant arroi,
Liez et joians, haitiez et baux,
Et ces fils fu povres ribaux;
Et conquist asseiz anemis.
Puis que Nature en l'ome a mis
Sens et valour et cortoisie,
Il est quites de vilonie.
Tex est li hons com il se fait.
Uns homs son lignage refait,
Et uns autres lou sien depiece.
Ja ne porroie croire a piece
Que cil ne fust droiz gentiz hom
Qui fausetei et traïson
Heit et eschue, et honeur ainme,
Ou je ne sai pas qui s'en clainme
Jentil ne vilain autrement.
Or n'i a plus, je te demant
En don que tu ainmes preudoume,
Car de tout bien est ce la some.
Hon puet bien regneir une piece
Par faucetei avant c'om chiece,
Et plus qui plus seit de barat.
Mais il covient qu'il se barat
Li meïsmes, que qu'il i mete,
Ne jamais nuns ne s'entremete
De bareteir, que il ne sache
Que baraz li rendra la vache.
Se tu iez de querele juges,
Garde que tu si a droit juges
Que tu n'en faces a reprandre.
Juge le droit sans l'autrui prandre:
Juges qui prent n'est pas jugerres,
Ainz est jugiez a estre lerres.
Et se il te covient doneir,
Je ne t'i vuel plus sarmoneir:
Au doneir done en teil meniere
Que miex vaille la bele chiere
Que feras, au doneir le don,
Que li dons, car ce fait preudom.
Qui at les bones mours el cuer,
Les euvres moustrent par defuer.
Seule noblesce franche et sage
Emplit de tout bien le corage
Dou preudoume loiaul et fin.
Ses biens le moinne a boenne fin.
Au mauvais pert sa mauvistiez:
Tout adés fait le deshaitiez
Quant il voit preudoume venir.
Et ce si nos fait retenir
C'on doit connoistre boens et maus
Et desevrer les boens des faus.
Murs ne arme ne puet deffendre
Rois qu'a doneir ne vuet entendre.
Rois n'a mestier de forteresce
Qui a le cuer plain de largesse.
Hauz hom ne puet avoir nul vice
Qui tant li griet conme avarice.
A Dieu te coumant qui te gart.
Prent bien a ces choses regart...'

Listen to this poem:

Comments about C’est le dit d’Aristotle by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]