Rutebeuf


C’est li diz des regles - Poem by Rutebeuf

Puis qu'il covient veritei taire,
De parleir n'ai ge plus que faire.
Veritei ai dite en mainz leuz:
Or est li dires perilleuz
A ceux qui n'aiment veritei,
Qui ont mis en autoritei
Teuz chozes que metre n'i doivent.
Ausi nos prennent et desoivent
Com li werpyz fait les oiziaux.
Saveiz que fait li damoiziaus?
En terre rouge se rooille,
Le mort fait et la sorde oreille,
Si viennent li oizel des nues,
Et il ainme mout lor venues,
Car il les ocist et afole.
Ausi vos di a briés parole:
Cil nos ont mort et afolei,
Qui paradix ont acolei.
A ceux le donent et delivrent
Qui les aboivrent et enyvrent
Et qui lor engraissent les pances
D'autrui chateil, d'autrui sustances,
Qui sunt, espoir, bougre parfait
Et par paroles et par fait,
Ou uzerier mal et divers
Dont on sautier nos dit li vers
Qu'il sont et dampnei et perdu.
Or ai le sens trop esperdu
S'autres paradix porroit estre
Que cil qui est le roi celestre,
Car a celui ont il failli,
Dont il sont mort et mal bailli.
Mais il croient ces ypocrites
Qui ont les enseignes escrites
Einz vizages d'estre preudoume,
Et il sont teil com je les noume.
Ha! las! qui porroit Deu avoir
Aprés la mort por son avoir,
Boen feroit embleir et tollir.
Mais il les couvanrrat boulir
El puis d'enfer cens jai raeimbre.
Teil mort doit on douteir et creimbre.
Bien sont or mort et aweuglei,
Bien sont or fol et desjuglei,
S'ainsi ce cuident deslivreir.
Au moins cerat Diex au livreir
De paradix, qui que le vende.
Je ne cuit que sains Pierres rende
Oan les cleix de paradix,
Et il i metent .X. et dix
Cex qui vivent d'autrui chateil!
Ne l'ont or bien cist achatei?
S'on at paradix por si pou,
je tieng por baretei saint Pou,
Et si tieng por fol et por nice
Saint Luc, saint Jaque de Galice,
Qui s'en firent martyrier,
Et saint Pierre crucefier.
Bien pert qu'il ne furent pas sage
Se paradix est d'avantage,
Et cil si rementi forment
Qui dist que poinne ne torment
Ne sont pas digne de la grace
Que Diex par sa pitié nos face.
Or aveiz la premiere riegle
De ceux qui ont guerpi le siecle.
La seconde vos dirai gié.
Nostre prelat sunt enragié,
Si sunt decretistre et devin.
Je di por voir, non pas devin:
Qui por paour a mal s'aploie
Et a malfaitour se souploie
Et por amor verité laisse,
Qui a ces .II. chozes se plaisse,
Si maint bone vie en cest monde,
Qu'il at failli a la seconde.
Je vi jadiz, si com moi semble,
.XXIIII. prelaz encemble
Qui, par acort boen et leal
Et par consoil fin et feal,
Firent de l'Universitei,
Qui est en grant aversitei,
Et des Jacobins bone acorde.
Jacobin rompirent la corde.
Ne fut lors bien nostre creance
Et notre loi en grant balance,
Quant les prelaz de sainte Eglize
Desmentirent en iteil guize?
N'orent il lors asseiz vescu
Quant on lor fist des bouches cul,
C'onques puis n'en firent clamour?
Li preudoume de Sainte Amour,
Por ce qu'il sermonoit le voir
Et le disoit par estouvoir,
Firent tantost semondre a Roume.
Quant la cours le trova preudoume,
Sans mauvistié, sens vilain cas,
Sainte Esglise, qui teil clerc as,
Quant tu le leissas escillier,
Te peüz tu mieux avillier?
Et fu banniz sens jugement.
Ou Cil qui a droit juge ment,
Ou ancor en prandra venjance.
Et si cuit bien que ja commance:
La fins dou siecle est mais prochienne.
Ancor est ceste gent si chienne,
Quant .I. riche home vont entour,
Seigneur de chatel ou de tour,
Ou uzerier, ou clerc trop riche
(Qu'il ainment miex grant pain que miche),
Si sunt tuit seigneur de laiens.
Ja n'enterront clerc ne lai enz.
Qu'il nes truissent en la maison.
A ci granz seignors cens raison!
Quant maladie ces gent prent
Et conscience les reprent,
Et Anemis les haste fort,
Qui ja les vorroit troveir mors,
Lors si metent lor testament
Sor cele gent que Diex ament.
Puis qu'il sunt saisi et vestu,
La montance d'un seul festu
N'en donrront ja puis pour lor armes.
Ainsi requeut qui ainsi sarme.
Senz avoir curë ont l'avoir,
Et li cureiz n'en puet avoir,
S'a poinne non, dou pain por vivre
Ne acheteir .I. petit livre
Ou il puisse dire complies.
Et cil en ont pances emplies,
Et Bibles et sautiers glozeis,
Que hon voit graz et repozeis.
Nuns ne puet savoir lor couvaine.
Je n'en sai c'une seule vainne:
Il welent faire lor voloir,
Cui qu'en doie li cuers doloir.
Il ne lor chaut, mais qu'il lor plaise,
Qui qu'en ait poinne ne mesaise.
Quant chiez povre provoire viennent
(Ou pou sovent la voie tiennent
C'il n'i at riviere ou vignoble),
Lors sont si cointe et sunt si noble
Qu'il semble que se soient roi.
Or couvient pour eux grant aroi,
Dont li povres hom est en trape.
C'il devoit engagier sa chape,
Si couvient il autre viande
Que l'Escriture ne commande.
C'il ne sunt peü cens defaut,
Ce li prestre de ce defaut,
Il iert tenuz a mauvais home,
C'il valoit saint Peire de Rome.
Puis lor couvient laveir les jambes.
Or i at unes simples fames
Qui ont envelopeiz les couz
Et sont barbees comme couz,
Qu'a ces saintes gens vont entour,
Qu'eles cuident au premier tour
Tolir saint Peire sa baillie;
Et riche fame est mau baillie
Qui n'est de teil corroie seinte.
Qui plus bele est, si est plus sainte.
Je ne di pas que plus en fascent,
Mais il cemble que pas nes hacent,
Et sains Bernars dit, ce me cemble:
'Converseit home et fame encemble
Sens plus ovrer selonc nature,
C'est vertuz si neste et si pure,
Ce tesmoigne bien li escriz,
Com dou Ladre fist Jhesucriz.'
Or ne sai plus ci sus qu'entendre:
Je voi si l'un vers l'autre tendre
Qu'en .I. chaperon a .II. testes,
Et il ne sunt angre ne bestes.
Ami se font de sainte Eglyse
Por ce que en plus bele guise
Puissent sainte Eglise sozmetre.
Et por ce nos dit ci la letre:
'Nule doleur n'est plus fervans
Qu'ele est de l'anemi servant.'
Ne sai que plus briement vos die:
Trop sons en perilleuze vie.

Listen to this poem:

Comments about C’est li diz des regles by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]