Clement Marot

(1494-1544 / France)

Celle qui m'a tant pourmené - Poem by Clement Marot

Celle qui m'a tant pourmené
A eu pitié de ma langueur :
Dedans son jardin m'a mené,
Où tous arbres sont en vigueur.
Adoncques ne usa de rigueur :
Si je la baise, elle m'accole ;
Puis m'a donné son noble coeur,
Dont il m'est avis que je vole.

Quand je vis son coeur être mien,
Je mis toute crainte dehors,
Et lui dis : ' Belle, ce n'est rien,
Si entre vos bras je ne dors. '
La Dame répondit alors :
'Ne faites plus cette demande :
Il est assez maître du corps,
Qui a le coeur à sa commande.'


Comments about Celle qui m'a tant pourmené by Clement Marot

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Friday, November 16, 2012



[Report Error]