Rutebeuf


Ci coumence la repentance Rutebeuf - Poem by Rutebeuf

Laissier m'estuet le rimoier,
Car je me doi moult esmaier
Quant tenu l'ai si longuement.
Bien me doit li cuers larmoier,
C'onques ne me soi amoier
A Deu servir parfaitement,
Ainz ai mis mon entendement
En geu et en esbatement,
C'onques n'i dignai saumoier.
Ce pour moi n'est au Jugement
Cele ou Deux prist aombrement,
Mau marchié pris a paumoier.
II
Tart serai mais au repentir,
Las moi, c'onques ne sot sentir
Mes soz cuers que c'est repentance
N'a bien faire lui assentir.
Coment oserai je tantir
Quant nes li juste auront doutance?
J'ai touz jors engraissié ma pance
D'autrui chateil, d'autrui sustance:
Ci a boen clerc, a miex mentir!
Se je di: 'C'est par ignorance,
Que je ne sai qu'est penitance'.
Ce ne me puet pas garentir.
III
Garentir? Diex! En queil meniere?
Ne me fist Diex bontés entiere
Qui me dona sen et savoir
Et me fist en sa fourme chiere?
Ancor me fist bontés plus chiere,
Qui por moi vout mort resovoir.
Sens me dona de decevoir
L'Anemi qui me vuet avoir
Et mettre en sa chartre premiere,
Lai dont nuns ne se peut ravoir
Por priere ne por avoir:
N'en voi nul qui revaigne arriere.
IV
J'ai fait au cors sa volentei,
J'ai fait rimes et s'ai chantei
Sus les uns por aux autres plaire,
Dont Anemis m'a enchantei
Et m'arme mise en orfentei
Por meneir au felon repaire.
Ce Cele en cui toz biens resclaire
Ne prent en cure m'enfertei,
De male rente m'a rentei
Mes cuers ou tant truis de contraire.
Fusicien n'apoticaire
Ne m'en pueent doneir santei.
V
Je sai une fisicienne
Que a Lions ne a Vienne
Non tant com touz li siecles dure
N'a si bone serurgienne.
N'est plaie, tant soit ancienne,
Qu'ele ne nestoie et escure,
Puis qu'ele i vuelle metre cure.
Ele espurja de vie oscure
La beneoite Egyptienne:
A Dieu la rendi nete et pure.
Si com est voirs, si praigne en cure
Ma lasse d'arme crestienne.
VI
Puisque morir voi feble et fort,
Coument pantrai en moi confort,
Que de mort me puisse deffendre?
N'en voi nul, tant ait grant effort,
Que des piez n'ost le contrefort,
Si fait le cors a terre estendre.
Que puis je fors la mort atendre?
La mort ne lait ne dur ne tendre
Por avoir que om li aport.
Et quant li cors est mis en cendre,
Si couvient l'arme raison rendre
De quanqu'om fist jusqu'a la mort.
VII
Or ai tant fait que ne puis mais,
Si me covient tenir en pais.
Diex doint que ce ne soit trop tart!
J'ai touz jors acreü mon fait,
Et j'oi dire a clers et a lais:
'Com plus couve li feux, plus art.'
Je cuidai engignier Renart:
Or n'i vallent enging ne art,
Qu'asseür [est] en son palais.
Por cest siecle qui se depart
Me couvient partir d'autre part.
Qui que l'envie, je le las.

Listen to this poem:

Comments about Ci coumence la repentance Rutebeuf by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]