Rutebeuf


Ci encoumence la complainte de Monseigneur Joffroi de Sergines - Poem by Rutebeuf

Qui de loiaul cuer et de fin
Loiaument jusques en la fin
A Dieu servir defineroit,
Qui son tens i afineroit,
De legier devroit defineir
Et finement vers Dieu fineir.
Qui le sert de pensee fine,
Cortoisement en la fin fine.
Et por ce se sunt rendu maint
Qu'envers Celui qui lasus maint
Puissent fineir courtoizement,
S'en vont li cors honteuzement.
Se di ge por religieux,
Car chacuns d'eulz n'est pas prieux.
Et li autre ront getei fors
Le preu des armes por les cors,
Qui riens plus ne welent conquerre
Fors le cors honoreir seur terre.
Ainsi est partie la riegle
De ceulz d'ordre et de ceulz dou siecle.
Mais qui porroit en lui avoir
Tant de proesse et de savoir
Que l'arme fust et nete et monde
Et li cors honoreiz au monde,
Ci auroit trop bel aventage.
Mais de teux n'en sai je c'un sage,
Et cil est plains des Dieu doctrines:
Messire Joffrois de Sergines
A non li preudons que je noume,
Et si le tiennent a preudoume
Empereour et roi et conte
Asseiz plus que je ne vos conte.
Touz autres ne pris .II. espesches
Envers li, car ces bones tesches
Font bien partout a reprochier.
De ces teches vos wel touchier
Un pou celonc ce que j'en sai.
Car, qui me metroit a l'essai
De changier arme por la moie
Et je a l'eslire venoie,
De touz ceulz qui orendroit vivent,
Qui por lor arme au siecle estrivent,
Tant quierent pain trestot deschauz
Par les grans froiz et par les chauz
Ou vestent haire ou ceignent corde
Ou plus fassent que ne recorde,
Je panroie l'arme de lui
Plus tost asseiz que la nelui.
D'endroit dou cors vos puis je dire
Que, qui me metroit a eslire
L'uns des boens chevaliers de France
Ou dou roiaume a ma creance,
Ja autre de lui n'esliroie.
Je ne sai que plus vos diroie.
Tant est preudons, si com moi cemble,
Qui a ces .II. chozes encemble,
Valeurs de cors et bontei d'arme:
Garant li soit la douce dame,
Quant l'arme dou cors partira,
Qu'ele sache queil part ira,
Et le cors ait en sa baillie
Et le maintiegne en bone vie.
Quant il estoit en cest païs
(Que ne soie por folz naÿz,
De ce que je le lo, tenu),
N'i estoit jones ne chenuz
Qui tant peüst des armes faire.
Dolz et cortoiz et debonaires
Le trovoit hon en son osteil,
Mais aulz armes autre que teil
Le trouvast li siens anemis
Puis qu'il c'i fust mesleiz et mis.
Moult amoit Dieu et sainte Esglize,
Si ne vousist en nule guise
Envers nelui, feble ne fort,
A son pooir mespanrre a tort.
Ses povres voizins ama bien,
Volentiers lor dona dou bien,
Et si donoit en teil meniere
Que mieulz valoit la bele chiere
Qu'il faisoit au doneir le don
Que li dons. Icist boens preudon
Preudoume crut et honora,
Ainz entour lui ne demora
Fauz lozengiers puis qu'il le sot,
Car qui ce fait, jel teing a sot.
Ne fu mesliz ne mesdizans
Ne vanterres ne despizans.
Ainz que j'eüsse racontei
Sa grant valeur ne sa bontei,
Sa cortoisie ne son sens,
Torneroit a anui, se pens.
Son seigneur lige tint tant chier
Qu'il ala avec li vengier
La honte Dieu outre la meir:
Teil preudoume doit hon ameir.
Avec le roi demora la,
Avec le roi mut et ala,
Avec le roi prist bien et mal:
Hom n'at pas toz jors tenz igal.
Ainz pour poinne ne por paour
Ne corroussa son Sauveour.
Tout prist en grei quanqu'il soffri:
Le cors et l'arme a Dieu offri.
Ses consoulz fu boens et entiers
Tant com il fu poinz et mestiers,
Ne ne chanja por esmaier.
De legie[r] devra Dieu paier,
Car il le paie chacun jour.
A Jasphes, ou il fait sejour,
C'il at sejour de guerroier,
La wet il som tens emploier.
Felon voizin et envieuz
Et crueil et contralieuz
Le truevent la gent sarrazine,
Car de guerroier ne les fine.
Souvant lor fait grant envaïe,
Que sa demeure i est haïe.
Des or croi je bien sest latin:
'Maulz voizins done mau matin.'
Son cors lor presente souvent,
Mais il at trop petit couvent.
Se petiz est, petit s'esmaie,
Car li paierres qui bien paie
Les puet bien cens doute paier,
Que nuns ne se doit esmaier
Qu'il n'ait coroune de martyr
Quant dou siecle devra partir.
Et une riens les reconforte,
Car, puis qu'il sunt fors de la porte
Et il ont monseigneur Joffroi,
Nuns d'oulz n'iert ja puis en effroi,
Ainz vaut li uns au besoing quatre.
Mais cens lui ne s'ozent combatre:
Par lui jostent, par lui guerroient,
Jamais cens lui ne ce verroient
En bataille ne en estour,
Qu'il font de li chastel et tour.
A li s'asennent et ralient,
Car c'est lor estandars, ce dient.
C'est cil qui dou champ ne se muet:
El champ le puet troveir qui wet,
Ne ja, por fais que il soutaigne,
Ne partira de la besoigne.
Car il seit bien de l'autre part,
Se de sa partie se part,
Ne puet estre que sa partie
Ne soit tost sans li departie.
Sovent asaut et va en proie
Sor cele gent qui Dieu ne proie
Ne n'aime ne sert ne aeure,
Si com cil qui ne garde l'eure
Que Dieux en fasse son voloir.
Por Dieu fait moult son cors doloir.
Ainsi soffre sa penitance,
De mort chacun jor en balance.
Or prions donques a Celui
Qui refuzeir ne seit nelui
Qui le wet priier et ameir,
Qui por nos ot le mort ameir
De la mort vilainne et ameire,
En cele garde qu'il sa meire
Conmanda a l'ewangelistre,
Son droit maistre et son droit menistre,
Le cors a cel preudoume gart
Et l'arme resoive en sa part.
Explicit.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence la complainte de Monseigneur Joffroi de Sergines by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]