Rutebeuf


Ci encoumence la complainte dou conte de Poitiers - Poem by Rutebeuf

Qui ainme Dieu et sert et doute
Volentiers sa parole escoute.
Ne crient maladie ne mort
Qu'a lui de cuer ameir s'amort.
Temptacions li cemble vent,
Qu'il a boen escu par devant:
C'est le costei son Criatour,
Qui por nos entra en l'estour
De toute tribulation
Sans douteir persecution.
De son costei fait il son hiaume,
Qu'il desirre lou Dieu roiaume,
Et c'en fait escut et ventaille
Et blanc haubert a double maille,
Et si met le cors en present
Por Celui qui le fais pesent
Vout soffrir de la mort ameire.
De legier laisse peire et meire
Et fame et enfans et sa terre,
Et met por Dieu le cors en guerre
Tant que Dieux de cest siecle l'oste.
Lors puet savoir qu'il a boen hoste
Et lors resoit il son merite,
Que Dieux et il sont quite et quite.
Ainsi fut li cuens de Poitiers
Qui toz jors fu boens et entiers,
Chevaucha cest siecle terrestre
Et mena Paradix en destre.
Veü aveiz com longuement
At tenu bel et noblement
Li cuens la contei de Tholeuze,
Que chacuns resembleir goleuze,
Par son sanz et par sa largesse,
Par sa vigueur, par sa proesse,
C'onques n'i ot contens ne guerre,
Ainz a tenu en pais sa terre.
Por ce qu'il me fist tant de biens,
Vo wel retraire .I. pou des siens.
Vos saveiz et deveiz savoir:
Li commencemens de savoir
Si est c'om doit avoir paour
De correcier son Saveour
Et li de tout son cuer ameir,
Qu'en s'amitié n'a point d'ameir,
En s'amitié n'a fin ne fons.
Tant l'ama li boens cuens Aufons
Que ne croi c'onques en sa vie
Pensast un rain de vilonie.
Se por ameir Dieu de cuer fin
Dou bersuel jusques en la fin,
Et por sainte Eglize enoreir,
Et por Jhesucrist aoureir
En toutes les temptacions,
Et por ameir religions
Et chevaliers et povre gent,
Ou il a mis or et argent
C'onques ne fina en sa vie,
Ce por c'est arme en cielz ravie,
Dont i est ja l'arme le conte
Ou plus ot bien que ne vos conte.
Se que je vi puis je bien dire:
Onques ne le vi si plain d'ire
C'onques li issist de sa bouche
Choze qui tornast a reprouche,
Mais biaux moz, boenz enseignemens.
Li plus grans de ces sairemens
Si estoit: 'Par sainte Garie!'
Miraours de chevalerie
Fu il tant com il a vescu.
Moult orent en li boen escu
Li povre preudome de pris.
Sire Dieux, ou estoit ce pris
Qu'il lor donoit sens demandeir?
N'escouvenoit pas truandeir
Ne faire parleir a nelui:
Ce qu'il faisoit faisoit de lui,
Et donoit si cortoisement
Selonc chacun contenement
Que nuns ne l'en pooit reprandre.
Hom nos at parlei d'Alixandre,
De sa largesce, de son sans
Et de se qu'il fist a son tans:
S'en pot chacuns, c'il vot, mentir,
Ne nos ne l'osons desmentir
Car nos n'estions pas adonc.
Mais ce por bontei ne por don
A preudons le regne celestre,
Li cuens Aufons i doit bien estre.
Tant ot en son cuer de pitié,
De charitei et d'amistié,
Que nuns nel vos porroit retraire.
Qui porroit toutes ces mours traire
El cuer a .I. riche jone home,
Hon en feroit bien .I. preudome.
Boens fu au boens et boens confors,
Maus au mauvais et terriés fors,
Qu'il lor rendoit cens demorance
Lonc le pechié la penitance.
Et il le connurent si bien
C'onques ne li meffirent rien.
Dieux le tanta par maintes fois
Por connoistre queiz est sa foi,
Si connoist il et cuer et cors.
Et par dedens et par defors:
Job le trouva en paciance.
Et saint Abraham en fiance.
Ainz n'ot fors maladie ou painne,
S'en dut estre s'arme plus sainne.
Outre meir fu en sa venue,
Ou moult fist bien sa convenue
Avoec son boen frere le roi.
Plus bel hosteil, plus bel aroi
Ne tint princes emprés son frere.
Ne fist pas honte a son boen pere,
Ainz montra bien que preudons iere
De foi, de semblant, de meniere.
Or l'a pris Diex en son voiage,
Ou plus haut point de son aage,
Que, s'on en ceste region
Feïst roi par election
Et roi orendroit i fausist,
Ne sai prince qui le vausist.
Li vilains dist: 'Tost vont noveles.'
Voire, les bones et les beles.
Mais qui male novele porte
Tout a tantz vient il a la porte,
Et si i vient il toute voie.
Tost fu seü que en la voie
De Tunes, en son revenir,
Vout Dieux le conte detenir.
Tost fu seü et sa et la,
Par tout la renomee ala,
Par tout en fu faiz li servizes
En chapeles et en eglizes.
Partiz est li cuens de cest siecle,
Qui tant maintint des boens la riegle.
Je di por voir, non pas devin,
Que Tolozain et Poitevin
N'avront jamais meilleur seigneur:
Aussi boen l'ont il et greigneur.
Tant fist li cuens en cestui monde
Qu'avec li l'a Diex net et monde.
Ne croi que priier en conveigne:
Prions li de nos li soveigne!

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence la complainte dou conte de Poitiers by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]