Rutebeuf


Ci encoumence la voie d’umilitei - Poem by Rutebeuf

Mei mars tout droit, en ce termine
Que de souz terre ist la vermine
Ou ele at tout l'iver estei
Si s'esjoïst contre l'estei,
Cil aubre se cuevrent de fuele
Et de fleurs la terre s'orguele
Si ce cuevre de fleurs diverses,
D'yndes, de jaunes et de perses,
Li preudons, quant voit le jor nei,
Reva areir en son jornei.
Après areir, son jornei samme:
Qui lors sameroit si que s'amme
Messonnast semance devine,
Je di por voir, non pas devine,
Que buer seroit neiz de sa meire,
Car teiz meissons n'est pas ameire.
Au point dou jor, c'on entre en œuvre,
Rutebués qui rudement huevre,
Car rudes est, se est la soume,
Fu ausi com dou premier soume.
Or sachiez que gaires ne pense
Ou sera prise sa despance.
En dormant .I. songe sonja:
Or oeiz qu'il devizera,
Que pas dou songe ne bourdon.
En sonjant, escharpe et bourdon
Prist Rutebuéz, et si s'esmuet.
Or chemine, si ne se muet.
Quant la gent de moi dessembla,
Vers paradis, se me cembla,
Atornai mon pelerinage.
Des hostes que j'ou au passage
Vos wel conteir, et de ma voie.
N'a gaires que rien n'en savoie.
J'entrai en une voie estroite.
Moult i trouvai de gent destroite
Qui a alleir c'i atournoit.
Trop en vi qui s'en retornoit
Por la voie qui estoit male.
Tant vos di n'i a pas grant ale,
Mais mandre que je ne creüsse.
Ains que gaires aleir eüsse,
Trouvai .I. chemin a senestre.
Je vos deïsse de son estre
Ce je n'eüsse tant a faire,
Mais la gent qui dou mien repaire
Va celui si grant aleüre
Com palefrois va l'ambleüre.
Li chemins est biaus et plaisans,
Delitables et aaisans:
Chascuns i a a sa devise
Quanqu'il sohaide ne devise.
Tant est plaisans chacuns le va,
Mais de fort hore se leva
Qui le va, se il n'en repaire.
Li chemins va a un repaire
Ou trop a douleur et destresse.
Larges est, mais toz jors estresse.
Li pelerin ne sont pas sage:
Passeir lor estuet .I. passage
Dont ja nuns ne retornera.
Or sachiez qu'au retorner a
Une gent male et felonesse
Qui por loier ne por promesse
N'en laissent .I. seul eschapeir
Puis qu'il le puissent atrapeir.
Ce chemin ne vox pas tenir:
Trop me fu tart au revenir.
Le chemin ting a destre main.
Je, qui n'ai pas non d'estre main
Leveiz, jui la premiere nuit
(Por ce que mes contes n'anuit)
A la citei de Penitance.
Mout ou sel soir povre pitance.
Quan je fui entreiz en la vile,
Ne cuidiez pas que ce soit guile,
Un preudons qui venir me vit
(Que Diex consout ce ancor vit
Et, c'il est mors, Diex en ait l'arme)
Me prist par la main, et sa fame
Moi dist: 'Pelerins, bien veigniez!'
Laians trouvai bien enseigniez
La meignie de la maison
Et plains de sans et de raison.
Quant je fui en l'osteil, mon hoste
Mon bordon et m'escharpe m'oste
Il meïmes, sans autre querre,
Puis me demande de ma terre
Et dou chemin qu'alei avoie.
Je l'en dis ce que j'en savoie.
Tant l'en dis je, bien m'en souvient:
'Se teil voie aleir me couvient
Com j'ai la premiere jornee,
Je crierai la retornee.'
Li preudons me dist: 'Biaus amis,
Cil sires Diex qui vos a mis
En cuer de faire teil voiage
Vos aidera au mal passage.
Aidiez ceux que vos trouveroiz,
Conciliez sex que vos verroiz
Qui requerront votre consoil:
Ce vos lou ge bien et consoil.'
Ancor me dist icil preudom,
Ce ge faisoie mon preu, donc
Orroie je le Dieu servise,
Car trop petit en apetize
La jornee c'on at a faire.
Je le vi doulz et debonaire,
Si m'abelirent ces paroles
Qui ne furent vainnes ne foles.
Quant il m'ot tot ce commandei,
Je li ai après demandei
Son non deïst par amistié,
Et il me dist: 'J'ai non Pitié.
- Pitié, di ge, c'est trop biaux nons.
- Voire, fait il, mais li renons
Est petiz, toz jors amenuise.
Ne truis nelui qui ne me nuize.
Dame Avarice et dame Envie
Se duelent moult quant suis en vie,
Et Vainne Gloire me ra mort,
Qui ne desirre que ma mort.
Et ma fame a non Charitei.
Or vos ai dit la veritei.
Mais de ce sonmes maubailli
Que souvent sommes asailli
D'Orgueil, le genre Felonie,
Qui nos fait trop grant vilonie.
Cil nos assaut et nuit et jor:
Li siens assaus est senz sejor.
De seulz dont je vos ai contei,
Ou il n'a amor ne bontei,
Vos gardeiz, je le vos commant.
- Hé! Diex, hostes, et je comment?
Ainz ne les vi ne ne connui,
Si me porront bien faire anui,
Ja ne saurai qui ce fera.
Hé! Diex, et qui m'enseignera
Lor connissance et lor maison?
- Je le vos dirai par raison,
Que moult bien les eschiveroiz.
Or escouteiz comment iroiz
Jusqu'a la maison de Confesse,
Car la voie est .I. pou engresse
Et c'est asseiz male a tenir
Ansois c'on i puisse venir.
Quant vos cheminerez demain,
Si verreiz a senestre main
Une maison moult orguilleuse.
Bele est, mais ele est perilleuse
Qu'ele chiet par .I. pou de vent.
Moult est bien faite par devant,
Asseiz mieulz qu'el n'est par derriere,
Et s'a escrit en la maisiere:
'Saians esta Orgueulz li cointes
Qu'a toz pechiez est bien acointes.'
Cil granz sires dont je vos conte
At moult souvent et duel et honte
Par sa maniere qui est fole
Et par sa diverse parole
Ou il n'a ne sens ne savoir,
Et s'en porte cors et avoir.
Sa maison que je vos devise
A il par son bobant assise
Seur .I. touret enmi la voie,
Por ce que chacuns miex la voie.
Moult a hostes en son hosteil
Qu'il a osteiz d'autrui hosteil,
Qui fasoient autrui besoigne,
Qui auroient honte et vergoigne
Qui de ce lor feroit reproche.
Mais li termes vient et aproche
Que Fortune, qui mest et oste,
Les ostera d'enchiez teil hoste
Et ceulz que li siecles aroe
Aroera desouz sa roe.
Sire Orguel lor promet l'avoir,
Mais n'ont pas plege de l'avoir.
Si vos dirai que il en fait
Par paroles, non pas par fait.
Il fait dou clerc arcediacre
Et grant doien dou soudiacre,
Dou lai fait provost ou bailli.
Mais en la fin sunt maubailli,
Car vos veeiz avenir puis
Qu'il chieent en si parfont puis,
Par Dieu lou pere esperitable,
Por dou pain curent une estable.
Icele gent que je vos nome,
Que Orguel essauce et asoume,
Sont vestu d'un cendal vermeil
Qui destaint contre le soloil.
Chapelez ont de fleur vermeille,
Qui trop est bele a grant merveille
Quant ele est freschement cueillie.
Mais quant li chauz l'a acuellie,
Tost est morte, marcie et mate.
Teil marchié prent qui teil l'achate.
Desouz Orguel .I. pou aval,
A l'avaleir d'un petit val,
A Avarice son manoir,
Et s'i sunt tuit li home noir,
Non pas trop noir, mais maigre et pale,
Por lor dame qui est trop male:
Ausi les tient com en prison.
Mais de ce fait grant mesprison
Qu'a nul home sa bontei n'offre.
Enmi sa sale seur .I. coffre
Est assise mate et pencive:
Mieulz cemble estre morte que vive.
Ja ne sera sa bource overte,
Et si est sa maison coverte
D'une grant pierre d'aÿment.
Li mur entour sunt a ciment.
Moult est bien fermeiz li porpris:
Cil se doit bien tenir por pris
Qui i vient en cele porprise,
Car el porpris at teil porprise
Qu'ele n'est faite que por prendre.
Grant espace li fist porprendre
Cil qui n'i fist c'une uxerie
Qui a l'ouvrir est si serie,
Si soeif clot, si soeif oewre
C'om ne voit gaires de teil oewre.
Aprés Avarice la dame
Esta une vilainne fame
Et yreuze, si a non Yre.
Or vos wel sa maniere dire.
Ire, qui est male et vilainne,
Ne seit pas tant de charpir lainne
Com ele seit de chevoux rompre.
Tout ront quanqu'ele puet arompre.
Tant a corrouz, tant a doleur.
Qui tant li fait mueir coleur,
Que toz [jors] sunt ses denz serrees,
Que ja ne seront desserrees
Ce n'est por felonie dire.
Car teiz est la maniere d'Ire
Que ne lait les denz a estraindre
Et sospireir et parfont plaindre
Et correcier a li meïmes,
Et ce touz jorz li regeïsme.
Ja nel croiroiz por nule choze:
Teil maniere a que toz jors choze.
[Fols est qui enchiés li ira,
Que telle maniere en Ire a]
Qu'ele ce wet a chacun prendre:
De ce vos wel je bien aprendre.
Par ceste raison entendeiz,
Vos qui la voie demandeiz
Por aleir a Confession,
Que nul dedens sa mension
Ne se doit por riens nee embatre,
C'il ne wet tencier ou combatre.
Or oeiz de son habitacle,
Ou Dieux ne fait point de miracle.
Dou fondement de la maison
Vos di c'onques teil ne vit hom:
.I. mur i at de felonie
Tout destrempei a vilonie.
Li sueil sunt de desesperance
Et li poumel de mescheance.
Li torceÿs est de haÿne.
D'autre choze que de faÿne
Fu cele maisons porpalee,
Qu'a l'enduire fu enjalee,
Si en a estei courroucie
Quant sa maisons est depecie:
De tristesce est l'empaleüre.
Passeiz outre grant aleüre,
Car ce ne vos porroit adier.
Qui n'ainme rancune et plaidier,
Je ne loz pas que ci estoize,
Car preudons n'a cure de noize.
Por ce que tu ne t'i arives,
Les braz, les laz et les sallives
Et les chevilles et li trei
Sunt, par saint Blanchart de Vitrei,
D'un fust, s'a non dures noveles,
Et de ce resont les asteles.
Li cheuvron sunt d'autre marrien,
Mais teiz marrienz ne vaut mais rienz
Car il est de mesaventure,
C'en est la maisons plus ocure.
La ne vont que li forcenei
Qui ne sont pas bien assenei.
El fons d'une oscure valee
Dont la clarteiz s'en est alee,
C'est Envie reposte et mise.
Deviseir vos wel sa devise.
Ne sai s'ainz nuns la devisa,
Mais bien sai que pale vis a,
Car en lit ou ele se couche
N'a il ne chaelit ne couche,
Ainz gist en fienz et en ordure.
Moult a durei et ancor dure.
N'i a fenestre ne verriere
Ne par devant ne par derriere,
Ainz est la maisons si ocure
C'om n'i verrat ja soloil lure.
Ovides raconte en son livre,
Quant il parole de son vivre,
Qu'il dit: char de serpent manjue,
Dont mervelle est que ne se tue.
Mais Rutebuéz a ce respont,
Qui 'la char au serpent' despont:
C'est li venins qu'ele maintient,
Eiz vos la char qu'en sa main tient.
Moult a grant ocurtei laianz.
Ja n'enterront clerc ne lai enz
Que jamais nul jor aient joie.
Ne cuidiez pas qu'ele s'esjoie
C'ele ne ceit qu'autres se dueille.
Lors s'esjoïst et lors s'orgueille
Quant ele oit la dure novelle.
Mais lors li torne la roele
Et lors li sunt li dei changié
Et geu et ris bien estrangié
Quant ele seit autrui leesce.
Duelz l'esjoïst, joie la blece.
Moult est s'entree viz et sale,
Si est sa maison et sa sale
Et sa valeë orde et viz.
Aprés ces chozes or devis
De ceulz qui si fort se desvoient
Quant la maison Envie voient,
Que il welent veoir Envie
Qui ne muert pas, ainz est en vie.
Quant il aprochent dou repaire
Dont nuns en santei ne repaire,
Lors si lor troble la veü[e],
Et la joie qu'il ont eüe
Perdent il au passer la porte.
Or saveiz que chacuns emporte.
[Li cors ou Envie s'embat
Ne se solace ne esbat.
Toz jors est ses viaires pales,
Toz jors sont ses paroles males.
Lors rist il que son voisin pleure,
Et lors li recort li deuls seure
Quant son voisin a bien assez.
Ja n'ert ses viaires lassez.
Or poez vous savoir la vie
Que cil maine qui a envie.
Envie fait hommes tuer
Et si fait bonnes remuer,
Envie fait rooingner terre,
Envie met ou siecle guerre,
Envie fet mari et fame
Haïr, Envie destruit ame,
Envie met descorde es freres,
Envie fait haïr les meres,
Envie destruit Gentillece,
Envie grieve, Envie blece,
Envie confont Charité
Et si destruit Humilité.
Ne sai que plus briement vous die:
Tuit li mal vienent par Envie.]
Accide, qui sa teste cuevre,
Qu'ele n'a cure de faire oevre
Qui Dieu plaise n'a saint qu'il ait,
Por ce que trop li seroit lait
Qui li verroit bone oevre faire,
Leiz Envie a mis son repaire.
Or escouteiz de la mauvaise
Qui jamais n'aura bien ne aise,
Si vous conterai de sa vie
Dont nul preudome n'ont envie.
Accide, la tante Peresce,
Qui trop pou en estant se drece
(Pou ou noiant), puis qu'il conveingne
Qu'ele fasse bone besoigne,
Voudroit bien que clerc et provoire
Fussent a marchié ou a foire,
Si c'om ne feïst ja servize
En chapele ne en eglize.
Car qui vodra de li joïr
Ne sa bele parole oïr,
Ne parout de saint ne de sainte,
Qu'el est de teil corroie ceinte,
C'ele va droit, maintenant cloche
Que ele ot clocheteir la cloche.
Lors vorroit bien que li metaus
Et li couvres et li batauz
Fussent ancor tuit a refondre.
La riens qui plus la puet confondre,
Qui plus li anuie et li grieve,
Si est quant deleiz li se lieve
Aucuns por aleir au moutier;
Et dit: 'Vos i futes mout ier.
Qu'aleiz vos querre si souvent?
Laissiez i aleir le covent
De Puilli ou d'autre abaïe!'
Ainsi remaint toute esbahie.
Ancor a ele teil meniere
Que ja ne fera bele chiere
Puis qu'ele voie les dens muevre,
Tant fort redoute la bone huevre.
Que vos iroie delaiant
Ne mes paroles porloignant?
Quanque Diex ainme li anuie
Et li est plus amers que suie.
Gloutenie, la suer Outrage,
Qui n'est ne cortoise ne sage,
Qui n'ainme Raison ne Mesure,
Refait sovent le mortier brure
Enchiés Hazart le tavernier,
Et si fu en la taverne ier
Autant com ele a hui estei:
Ce ne faut yver ne estei.
Quant ele se lieve au matin,
Ja en romans ne en latin
Ne quiert oïr que boule et feste.
Dou soir li refait mal la teste,
Or est tout au recommancier.
Asseiz ainme miex Monpancier
Que Marseille ne que Lyons.
Por ce vos di ge que li hom
Qui est ses keuz at asseiz painne:
.XIV. fois en la semainne
Demande bien son estovoir.
Mais il couvient chiez li plouvoir
Se tant avient que au chanz plueve,
Car [sa] maisons n'est mie nueve,
Ainz est par les paroiz overte
Et par deseure descouverte.
Or sachiez que mauvais maitre a,
Jamais plus mauvais ne naistra.
Si haberge ele mainte gent
Et leu qu'ele n'a bel ne gent,
Bediaux et bailliz et borjois
Que trois semainnes por un mois
Laissent aleir a pou de conte.
Por ce que de l'ovreir ont honte
Sont en se recet recetei.
Tant i sunt qu'il sunt endetei
Et creance lor est faillie.
Lors est la dame maubaillie,
Que ces hostes li couvient perdre,
Si ne s'en seit a cui aerdre.
Li chenoine des grans eglizes,
Por ce que grans est li servizes,
Si s'en descombrent en contant.
Que vos diroie? Il sunt tant,
Que clerc, que chenoine, que lai,
Trop i feroie grant delai.
Luxure, qui les foulz desrobe,
Qu'au fol ne lait chape ne robe,
Prent bien le loier de son hoste.
Le cors destruit, l'avoir enporte,
Et quant ele at si tout ostei,
S'oste l'oste de son hostei.
En tout mauvais effort s'efforce.
L'ame ocit et s'en trait la force.
Aprés tout ce, fiert si el maigre,
Les yeux trouble, la voiz fait aigre.
Ci a felonesse espouzee.
Sa chamberiere a non Rouzee
Et ces chambellains Fouz-c'i-fie.
Or ne sai que ce cenefie,
Car tant de gent la vont veoir
Qu'a grant poinnes ont ou seoir.
Li un s'en vont, li autre viennent,
Li revenant por foul se tiennent.
Luxure, qui est si granz dame,
Qui bien destruit le cors et l'arme,
Qui mainte gent a ja honie,
Est bien voizine Gloutenie:
Ne faut fors avaleir le val.
Teiz entre chiez li a cheval
Qui s'en revient nuz et deschauz.
Trop est vilainz ces seneschauz:
Tout prent, tout robe, tout pelice,
Ne lait peliçon ne pelice.
Des mauz qu'il fait ne sai le nombre;
La soume en est en un essombre,
En une reculee oscure.
Onques nuns preudons n'en ot cure
D'entreir laianz por l'ocurtei,
Qu'il n'i at point de seürtei.
Nuns n'i va ne riant ne baut,
Tant soit ne garson ne ribauz,
Qui correciez ne c'en reveigne.
Et ceste raisons nos enseigne
Que nuns hom ne c'i doit embatre
Por solacier ne por esbatre.
Cil dient qui i ont estei
Que la maisons est en estei
D'el que de glai jonchie a point.
Jonc ne mentastre n'i a point,
Ainz est la joncheüre estrange,
Si a non Folie et Lozenge.
La dame est moult plainne d'orguel.
Ces portiers a non Bel Acuel:
Bel Acuel, qui garde la porte,
Connoit bien celui qui aporte.
A celui met les bras au col,
Car bien ceit afoleir le fol.
Cil qui i va a bource wide
Est bien foux ce troveir i cuide
Biau geu, biau ris ne bele chiere.
De wide main, wide proiere,
Car vos oeiz dire a la gent:
'A l'uis, a l'uis, qui n'a argent!'
Biauz doulz hostes, ce dit Pitiez,
Bien vos devroie avoir getié
D'aleir au leuz que je vos nome.
Car vos veeiz, ce est la soume,
Que nuns n'i vit tot son eage,
Si lait hon l'arme de paage.
De l'autre voie vos devise,
Qui trop est bele a grant devise
Et trop plaisans, qui en a cure,
Et c'est assez la plus ocure,
La droite voie et le chemin
Ausi plain con un parchemin
Por aleir a Confesse droit.
Or vos wel je dire orendroit
Les destroiz qui sunt jusques lai,
Si las la voie par delai.
A destre main vers oriant
Verreiz une maison riant,
C'est a dire de boen afaire.
Humiliteiz la debonaire
Esta laianz, n'en douteiz mie.
Raconteir vos wel de sa vie:
Ne cuidiez pas que je vos mente,
Ne por ce qu'ele soit ma tante
Vos en die ce que j'en sai,
C'onques por ce ne me pensai.
Dame Humiliteiz la cortoize,
Qui n'est vilaine ne bufoise,
Mais douce, debonaire et franche,
At vestue une robe blanche
Qui n'est pas de blanc de Nichole,
Ansois vos di a brief parole
Que li draz a non bon eür.
Nuns n'est enchiez li aseür,
Car Danz Orgueulz li outrageuz
N'i a pas pris la guerre a geulz.
Soventes fois asaut nos livre.
Or oeiz coumant se delivre,
Si oeiz or en queil maniere.
C'ele rit et fait bele chiere
Et fait cemblant riens ne li grieve
Ce qu'Orgueulz contre li se lieve,
Lors aqueure de duel et d'ire
Orgueulz, si qu'il ne puet mot dire.
Atant s'en part, ne parle puis,
Mas et confus ferme son huis.
Lors, qui wet avoir pais, si l'a,
Qui ne wet, si vat par dela.
Or vos dirai de son hosteil,
Onques nuns riches hom n'ot teil.
Li fondemenz est de concorde.
La Dame de Misericorde
I estoit quant ele acorda
Le descort qu'Adans descorda,
Par quoi nos a touz acordei
A l'acort au digne Cors Dei
Qui a, si com nos recordons,
En sa corde les .III. cordons:
C'est la Trinitei toute entiere.
Cil sainz aubres et cele ante iere
Enchiez Humilitei la sage
Quant Dieux prit chiez li haberjage.
Lors porta l'ante fleur et fruit,
Qui puis laissa enfer destruit.
Li sueil i sont de pacience.
Sages hons et de grant sciance
Fut cil qui ovra teil ovreigne.
La maisons siet en une pleingne,
Si sunt les paroiz d'amistié.
N'i esta pas de la mistié
Tant gent com il i soloit estre,
Ainz vont le chemin a senestre.
Post et chevron, si com moi membre,
Si com je croi et il me semble,
Sunt d'une ovraigne moult jolive,
Si apele hon le fuit olive.
Por ce le fist, je vos afie,
Que pais et amour senefie.
La coverture atout les lates
Et li chevron et li chanlates
Son[t] faites de bone aventure,
S'en est la maison plus seüre.
En la maison a .VI. verrieres,
.III. par devant et .III. derrieres.
Les .II. en sunt, si Dieux me gart,
D'une huevre, s'a non doulx regart.
Les .II. autres si sunt de grace,
Plus luisanz que critauz ne glace.
Les .II. autres, si com je croi,
Sunt de loiautei et de foi,
Mais ces .II. sunt piesa brisiees
Et fendues et effrisiees.
Moult par fust bele la maisons
Ce il i repairast mais hons.
Mais teil gent i ont repairié
Qui se sont mis en autre airié.
Biaux hostes, Largesce, ma niece,
Qui a langui si longue piece
Que je croi bien qu'ele soit morte,
Verroiz a l'entreir de la porte.
C'ele puet parleir ne veoir,
Si vos fera leiz li seoir,
Car plus volentiers se demente,
Sachiez, qu'ele ne rit ne chante.
N'a en l'osteil home ne fame
Qui gart ne l'osteil ne la dame,
Fors Gentilesce et Cortoizie,
Et cil ont mais si courte vie
Qui ne gart l'eure que tot muire.
Qui orroit une beste mu[i]re,
S'en auroit il au cuer mesaize.
Biauz douz hostes, ne vos desplaise,
Aleiz i, ces reconforteiz,
Car trop est li leuz amorteiz.
Preneiz en grei, se pou aveiz.
Se cest proverbe ne saveiz,
Je wel que l'apreneiz de mi:
Hom doit panrre chiez son ami,
Pou ou auques, ce c'on i trueve,
Qu'amis est au besoig l'esprueve.
Mainte gent s'en sunt departi
Qui dou leur i ont departi
Sa en arrier une partie.
Or est la choze mal partie,
Car la mors, qui les bons depart,
Les a departiz d'autre part.
Hostes, ja ne vos quier celer,
La se soloient hosteleir
Empereour et roi et conte
Et cil autre dont hon vos conte,
Qui d'amors ont chanson chantei.
Mais Avarice a enchantei
Si les chenuz et les ferranz
Et toz les bachelers errans
Et chenoignes et moinnes noirs,
Que toz est gasteiz li manoirs.
Hom soloit par amors ameir,
Hom soloit tresors entameir,
Hom soloit doneir et prometre.
Or ne s'en wet nuns entremettre.
Voirs est qu'Amors ne vaut mais riens,
Amors est mais de viez marrien,
Amors est mais a mainz ameire,
Se la borce n'est dame et meire.
[Amors estoit sa chambellaine,
Qui n'estoit fole ne vilaine.]
Largesce muert et Amors change.
L'une est mais trop a l'autre estrange,
Car hom dit, et bien l'ai apris:
'Tant az, tant vauz et tant te pris.'
Debonaireteiz, qui jadiz
Avoit les hostes dix et dix
Et .XIX. et dix et nuef,
N'est prisie vaillant .I. oef,
Car bien a .LX. et .X. ans,
Ce Rutebuez est voir dizans,
Qu'ele prist a Envie guerre,
Qui or est dame de la terre.
Envie, qui plus ot meignie,
A la querele desreignie,
Si a regnei des lors en reigne,
Et reignera et ancor regne.
Jamais a regneir ne finra.
Mais, se jamais en la fin ra
Debonairetei en prison
Sens mesfait et sanz mesprison,
Croi je que tenir la vorra,
Se ne sai je c'ele porra.
Franchize me dist l'autre jor,
Qui en maison ert a sejour,
Que Debonaireteiz n'avoit
Recet, ne home ne savoit
Qui se meslast de son afaire
Ne qui point amast son repaire.
Or a teil honte qu'el ne s'oze
Montreir au gent por nule choze,
Car bien saveiz c'est la coustume:
Qu'au desouz est, chacuns le plume.
Biaux doulz hostes, ce dit Pitiez,
Gardeiz c'onques ne despiziez
Vostre hostesse, se la veeiz,
Car d'une choze me creeiz,
Que teiz fait feste et va tripant
Qui ne seit pas qu'a l'uel li pant.
L'osteil trovereiz povre et gaste,
Qu'il n'a laianz ne pain ne paste.
Bien sai que pou i demorreiz.
Saveiz por quoi? Vos ne porreiz,
Car qui a compaignie aprise,
Bien sai de voir que petit prise
L'aise qu'il a cens compaignie
Nequedent, aise n'est ce mie.
Hostes, dites li de par moi
Ne c'esmait ne que je m'esmoi,
Car je sai bien que tout faudra,
Ja nule rien ne nos vaudra
Fors que l'amour de Jhesucrit.
Se trovons nos bien en escrit.'
Dit Pitiez: 'Chariteiz, ma fame,
Qui at estei si vaillanz dame,
Est bien pres voizine celui
Qui tant a afaire de lui,
Qui at non Debonairetei,
Qui chierement a achetei
Les enviaux aux envieuz
Et les maus au malicieux.
Nostre hosteil verroiz bel et cointe,
Mais mainte gent s'en desacointe.
Qu'au soir i vient s'en va au main.
Fransois sunt devenu Romain
Et li riche home aveir et chiche.
Cil sunt preudome qui sunt riche,
A ceuz met hon les braz au couz.
Li povres hons est li droiz foulz,
Et bien sachiez en veritei
Que, ce il ainme Charitei,
Hon dira: 'C'est par sa folie
Et par sa grant melancolie
Qui li est entree en la teste!'
Ice me fait perdre la feste
Et le solaz que g'i avoie.
Nuns n'i wet mais tenir la voie,
Fors li moinne de saint Victor,
Car je vos di nuns ne vit or
Si preude gent, c'est sanz doutance.
Ne font pas lor dieu de lor pance
Comme li autre moinne font,
A cui toz biens dechiet et font.
Ce sunt cil qui l'osteil maintiennent,
Ce sunt cil qui en lor main tiennent
Charitei et Misericorde,
Si com lor oevre me recorde.
Ancor raconte li Escriz
Que Chariteiz est Jhesucriz.
Por ce dient maintes et maint
Que cil qui en Charitei maint,
Il maint en Dieu et Dieux en lui.
Chariteiz n'espairgne nelui.
Por ce si me mervoil moult fort
C'om ne li fait autre confort.
Nus n'i va ireuz n'a malaise
Que la maisons tant ne li plaise
Que toute rancune la pert.
Ce poeiz veoir en apert.
Por ce loz que vos i ailliez,
Car, ce vos estes travilliez,
Laianz repozer vos porroiz
Et tant estre com vos vorroiz.
Nos vorrions, por vos esbatre,
Por .I. jor vos i fussiez quatre,
Tant vos verriens volentiers.
Et bien sachiez que li sentiers
I fu moult plus batuz jadiz
De ceulz qu'or sunt en paradix.
Proesce, qui des cielz abonde,
Qui n'est pas en servir le monde
Mais en sel Seigneur honoreir
Que toute gent doit aoreir,
A des or mais mestier d'aïde,
Car je vos di que dame Accide,
Qu'a toz preudomes doit puïr,
L'en cuide bien faire fuïr.
Moult i at ja des siens lasseiz.
L'uns est bleciez, l'autre quasseiz,
Li autres, par sa lecherie,
Est entreiz en l'anfermerie
Por le cors esbatre et deduire.
Li autres doute la froidure.
A l'autre trop forment renuit
Ce que il veilla l'autre nuit,
Si doute dou cors amaigrir.
Iteiz gent si font enaigrir
Le chant de Dieu et les chansons.
Il ainment mieulz les eschansons
Et les queuz et les boutilliers
Que les chanters ne les veilliers.
Je ne vos oste de la riegle
Ne seulz d'ordre ne seulz dou siecle.
Tuit ont a bien faire laissié
Et s'en fuient col eslaissié,
Tant que la mors lor tolt le cors.
Or n'a la dame nul secors,
Et ele si vodroit veillier
Et geüneir et travillier
Et escouteir le Dieu servise.
Mais orendroit nuns ne s'avise
A faire ce qu'ele commande,
Car nuns envers li ne s'amande,
Fors une gent qui est venue,
Qui dient qu'il l'ont retenue,
Et cil sont de sas ensachïé
Et dient que il ont sachié
Lor ordre des faiz aux apotres.
Por lor meffaiz et por les notres
Dient il bien tout sanz doutance
Que il font auteil penitance
Com Dieu et ses apostre firent.
Se ne sai ge ce il empirent
Ne c'il feront si com maint autre
Qui soloient gesir en pautre,
Or demandent a briez paroles
Les boens vins et les coutes moles
Et ont en leu d'umilitei
Pris orgueil et iniquitei.
Abstinance, la suer Raison,
Est presque seule en sa maison
Qui tant est delitable et bele.
Si n'est pas en orde ruele,
Ainz la porroiz veoir a plain.
Or n'i sont mais li doiz si plain
De gent con il soloient estre.
Or vos wel dire de son estre.
Toz les .VII. jors de la semainne
Est vanrrediz et quarentainne
Laianz, ce vos faiz a savoir.
Et ce n'i puet hom pas avoir
Teil choze a hom en la taverne.
Por ce dit hom qu'asseiz espergne
De bien li preudons qui ne l'a.
Qui Abstinance l'apela,
Je di qu'il la baptiza bel,
Car ne fu pui le tenz Abel
Maisons si bele ne si nete.
Maisons fu, or est maisonnete.
Consirrers en fu charpentiers:
Bien fu ces cuers fins et entiers
A la maison fondeir et faire.
Mout est li leuz de bel afaire
Et mout i dure grant termine
Cil qui laians sa vie fine.
Li preudome, li ancien
Ont laianz un fusicien:
C'est Diex, qui fusique seit toute,
Qui mout ainme la gent trestoute,
Qui tant par est de fine orine
Qu'il garit sanz veoir orine
Ceulz qui viennent chiez Abstinance,
Car mout en ist bele semance.
Chasteeiz, la nete, la pure,
Qui sanz pechié et sanz ordure
A estei et est et sera,
Ce Dieu plait, vos convoiera
Tant que vos verreiz la citei.
Et ce sachiez bien c'une itei
Com ele est ne verreiz jamais.
Ansois que soit toz passeiz mais
La porroiz vos veoir asseiz.
Jamais nuns n'en seroit laseiz
Ce la citei avoit aprise.
N'est pas preudons qui la desprise
Et si n'en fait de riens a croire.
Entour Paques i est la foire:
XL jors devant la livrent
Cil qui la gent laianz delivrent.
Je sai bien que laianz gerroiz.
Asseiz teiz chozes i verroiz
Dont anuiz seroit a retraire,
Et qui at grant jornee a faire
Couchier doit tost et main leveir,
Si que mains se puisse greveir
Lonc ce que la jornee est grans.'
Ce soir fu moult Pitiez engranz
De moi gentiment osteleir:
Ce ne porroie je celeir.
Repantance, qui tant est sainte
Que l'ireurs Dieu en fu refrainte,
Me plot plus que riens a veoir,
Car il ne porroit mescheoir
A home qui esta dedens.
S'autant de langues com de dens
M'avoit donei li Rois de gloire
Por raconteir toute l'estoire
De la citei de Repentance,
Si seroie je en doutance
Que poi ou noiant en deïsse
Et que dou tot n'i mespreïsse.
Quant Jhesus fu resusciteiz,
Lors fu fondeie la citeiz
Le jor de Pentecouste droit
En ce point et en cel endroit
Que Sainz Esperiz vint en terre
Por faire auz apostres conquerre
Le pueple des Juÿs divers.
Cele citei, ce dit li vers,
Est fermee de quatre portes
Qui ne sont esclames ne tortes.
La premiere a non Remembrance,
Et l'autre a non Bone Esperance
C'om doit avoir au Sauveour,
Et la tierce s'a non Paour.
La quarte est faite d'Amor fine,
Et c'est cele qui s'achemine
A Confesse, qui tout netoie.
Mout i a entrapeuze voie
Ansois c'on i puisse venir,
Qui n'i met grant poinne ou tenir.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence la voie d’umilitei by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]