Rutebeuf


Ci encoumence li dis des Jacobins - Poem by Rutebeuf

Signour, moult me merveil que ciz siecles devient
Et de ceste merveille trop souvent me souvient,
Si que en mervillant a force me couvient
Faire un dit mervilleux qui de merveilles vient.
II
Orgueulz et Covoitise, Avarice et Envie
Ont bien lor enviaux sur cex qu'or sont en vie.
Bien voient envieux que or est la renvie,
Car Chariteiz s'en va et Largesce devie.
III
Humiliteiz n'est mais en cest siecle terrestre
Puis qu'ele n'est en cex ou ele deüst estre.
Cil qui onques n'amerent son estat ne son estre
Bien croi que de legier la meront a senestre.
IV
Se cil amessent Pais, Pacience et Acorde
Qui font semblant d'ameir Foi et Misericorde,
Je ne recordasse hui / ne descort ne descorde.
Mais je wel recordeir ce que chacuns recorde.
V
Quant Frere Jacobin vinrrent premiers el monde,
S'estoient par cemblant et pur et net et monde.
Grand piece ont or estei si com l'iaue parfonde
Qui sans corre tornoie entour a la reonde.
VI
Premiers ne demanderent c'un pou de repostaille
Atout un pou d'estrain ou de chaume ou de paille.
Le non Dieu sarmonoient a la povre pietaille
Mais or n'ont mais que faire d'oume qui a pié aille
VII
Tant ont eüz deniers et de clers et de lais
Et d'execucions, d'aumoennes et de lais,
Que des baces maisons ont fait si grans palais
C'uns hom, lance sor fautre, i feroit un eslais.
II
Ne vont pas aprés Dieu teil gent le droit sentier.
Ainz Dieux ne vout avoir tounel sor son chantier
Ne denier l'un sor l'autre ne blei ne pain entier,
Et cil sont changeor qui vindrent avant ier.
IX
Je ne di pas se soient / li Frere Prescheeur,
Ansois sont une gent qui sont boen pescheeur,
Qui prennent teil peisson dont il sunt mangeeur.
L'en dit: 'Licherres leche', mais il sont mordeeur.
X
Por l'amor Jhesu Crist laisserent la chemise
Et prirent povretei qu'a l'Ordre estoit promise.
Mais il ont povretei glozee en autre guise:
Humilitei sarmonent qu'il ont en terre mise.
XI
Je croi bien des preudomes i ait a grant plantei,
Mai cil ne sont oÿ fors tant qu'il ont chantei.
Car tant i at Orguel des orguilleux antei
Que li preudome en sont sorpris et enchantei.
XII
Honiz soit qui jamais croirat por nulle chouze
Que desouz povre abit n'ait mauvistié enclouze.
Car teiz vest rude robe ou felons cuers repouze:
Li roziers est poignans et c'est soeiz la roze.
XIII
Il n'at en tout cest mont ne bougre ne herite
Ne fort popelikant, waudois ne sodomite,
Se il vestoit l'abit / ou papelart habite,
C'om ne lou tenist jai a saint ou a hermite.
XIV
Ha! las! con vanrront or tart a la repentance,
S'entre cuer et abit a point de differance!
Faire lor convanrrat trop dure penitance.
Trop par aimme le siecle qui par ce s'i avance.
XV
Diviniteiz, qui est science esperitauble,
Ont il tornei le doz, et s'en font connestauble.
Chacuns cuide estre apostres quant il siet a la tauble,
Mais Diex pout ces apostres de vie plus metauble.
XVI
Cil Diex qui par sa mort vout le mort d'enfer mordre
Me welle, c'il li plait, a son amors amordre.
Bien sai qu'est granz corone, mais je ne sait qu'est Ordre,
Car il font trop de chozes qui mout font a remordre.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence li dis des Jacobins by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]