Rutebeuf


Les Ordres de Paris - Poem by Rutebeuf

I
En non de Dieu l'esperité
Qui troibles est en unité,
Puissé je commancier a dire
Ce que mes cuers m'a endité!
Et ce je di la verité,
Nuns ne m'en doit tenir a pire.
J'ai coumencié ma matire
Sur cest siecle qu'adés empire
Ou refroidier voi charité
Ausi s'en vont sans avoir mire
La ou li diables les tire
Qui Dieu en a deserité.
II
Par maint samblant, par mainte guisse
Font cil qui n'ont ouvraingne aprise
Par qu'il puissent avoir chevance.
Li un vestent coutelle grise
Et li autre vont sans chemise,
Si font savoir lor penitance.
Li autre par fauce samblance
Sont signor de Paris en France,
Si ont ja la cité pourprise.
Diex gart Paris de mescheance,
Si la gart de fauce creance,
Qu'ele n'a garde d'estre prise!
III
Li Barré sont prés des Beguines:
.IX.XX. en ont a lor voisines.
Ne lor faut que passer la porte,
Que par auctorités devines,
Par essamples et par doctrines
Que li uns d'aus a l'autre porte,
N'ont povoir d'aler voie torte.
Honeste vie les desporte
Par jeünes, par deceplines,
Et li uns d'aus l'autre conforte.
Qui tel vie a, ne s'en ressorte,
Quar il n'a pas gité sans signes.
IV
L'Ordre as Beguines est legiere,
Si vous dirai en quel maniere:
L'en s'en ist bien pour mari prendre.
D'autre part qui baisse la chiere
Et a robe large et pleniere,
Si est beguine sans li randre.
Si ne lor puet on pas deffandre
Qu'eles n'aient de la char tandre.
S'eles ont .I. pou de fumiere,
Se Diex lor vouloit pour ce randre
La joie qui est sans fin prandre,
Sains Lorans l'achata trop chier.
V
Li Jacobin sosnt si preudoume
Qu'il ont Paris et si ont Roume,
Et si sont roi et apostole,
Et de l'avoir ont il grant soume.
Et qui se muert, se il nes noume
Pour executeurs, s'ame est fole.
Et sont apostre par parole:
Buer fut tes gens mise a escole.
Nus n'en dit voir c'on ne l'asoume:
Lor haïne n'est pas frivole.
Je, qui redout ma teste fole,
Ne vous di plus, mais qu'il sont houme.
VI
Se li Cordelier pour la corde
Pueent avoir la Dieu acorde,
Buer sont de la corde encordé.
La Dame de Misericorde,
Ce dient il, a eus s'acorde,
Dont ja ne seront descordé.
Mais l'en m'a dit et recordé
Que tes montre au disne cors Dé
Semblant d'amour, qui s'en descorde.
N'a pas granment que concordé
Fu par un d'aux et acordei
Uns livres dont je me descorde.
VII
L'Ordre des Sas est povre et nue,
Et si par est si tart venue
Qu'a envis seront soustenu.
Se Dex ot teil robe vestue
Com il portent parmi la rue,
Bien ont son abit retenu.
De ce lor est bien avenu.
Par un home sont maintenu:
Tant com il vivra, Dex aiüe!
Se Mors le fait de vie nu,
Voisent lai dont il sont venu,
Si voist chacuns a la charrue.
VIII
Li rois a mis en .I. repaire.
(Mais ne sai pas bien pour quoi faire)
Trois cens aveugles route a route.
Parmi Paris en va troi paire,
Toute jour ne finent de braire:
'Au .III. cens qui ne voient goute!'
Li uns sache, li autres boute,
Si se donent mainte sacoute,
Qu'il n'i at nul qui lor esclaire.
Se fex i prent, se n'est pas doute,
L'Ordre sera brullee toute:
S'aura li rois plus a refaire.
IX
Diex a non de filles avoir,
Mais je ne puis oncques savoir
Que Dieux eüst fame en sa vie.
Se vos creez mensonge a voir
Et la folie pour savoir,
De ce vos quit je ma partie.
Je di que Ordre n'est ce mie,
Ains est baras et tricherie
Por la fole gent decevoir.
Hui i vint, demain se marie.
[Le lingnage sainte Marie]
Est hui plus grant qu'il n'iere arsoir.
X
Li rois a filles a plantei,
Et s'en at si grant parentei
Qu'il n'est nuns qui l'osast atendre.
France n'est pas en orfentei!
Se Diex me doint boenne santei,
Ja ne li covient terre rendre
Pour paour de l'autre deffendre,
Car li rois des filles engendre,
Et ces filles refont auteil.
Ordres le truevent Alixandre,
Si qu'aprés ce qu'il sera cendre
Serat de lui .C. ans chantei.
XI
La Trinitei pas ne despris:
De quanqu'il ont l'annee pris
Envoient le tiers a mesure:
Outre mer raembre les pris.
Ce ce font que j'en ai apris,
Ci at charitei nete et pure.
Ne sa[i] c'il partent a droiture:
Je voi desai les poumiax luire
Des manoirs qu'il ont entrepris.
C'il font de la teil fornesture,
Bien oeuvrent selonc l'Escriture,
Si n'en doivent estre repris.
XII
Li Vaux des Escoliers m'enchante,
Qui quierent pain et si ont rante,
Et vont a chevaul et a pié.
L'Universitei, la dolante,
Qui se complaint et se demante,
Trueve en eux petit d'amistié,
Ce ele d'ex eüst pitié.
Mais il se sont bien aquitié
De ce que l'Escriture chante:
Quant om a mauvais respitié,
Trueve l'an puis l'anemistié,
Car li maux fruits est de male ante.
XIII
Cil de Chartrouse sont bien sage,
Car il ont laissié le boschage
Por aprochier la bone vile.
Ici ne voi je point d'outrage:
Ce n'estoit pas lor eritage
D'estre toz jors en iteil pile.
Nostre creance tourne a guille,
Mensonge devient Ewangile,
Nuns n'est mais saus sans beguinage,
Preudons n'est creüz en concile
Nes que .II. genz contre .II. mile:
A ci doleur et grant damage.
XIV
Tant com li Guillemin esturent
La ou li grant preudome furent
Ça en arrier comme rencluz,
Itant servirent Deu et crurent.
Mais maintenant qu'il se recrurent,
Si ne les dut on croire plus.
Issu s'en sunt comme conclus.
Or gart uns autres le renclus,
Qu'il en ont bien fait se qu'il durent.
De Paris sunt .I. pou ensus,
S'aprocheront de plus en plus:
C'est la raisons por qu'il s'esmurent.

Listen to this poem:

Comments about Les Ordres de Paris by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]