Hégésippe Moreau


Soyez bénie - Poem by Hégésippe Moreau

Je soupirais, triste et malade :
Que sont devenus le fuseau,
Et le baiser et la ballade
Qui m’endormaient dans mon berceau ?
Mes pleurs coulaient… lorsqu’une enchanteresse
Me dit : Enfant, verse-les dans mon sein.
Soyez bénie, ô vous dont la tendresse
Donne une mère à l’orphelin !

Je répètais : « Du moins que n’ai-je
Ton bras pour guide et pour appui,
Frère1 qu’en un linceul de neige
Le vent du nord berce aujourd’hui !…
Mais tout à coup, une chaste caresse
Sur mon front pâle essuya le chagrin :
Soyez bénie, ô vous dont la tendresse
Donne une sœur à l’orphelin !

En vain, ardent à me poursuivre,
Le destin flétrit mes beaux jours ;
De tous les bonheurs je m’enivre,
Car j’aime de tous les amours.
L’astre charmant levé sur ma jeunesse
Promet encor d’échauffer mon déclin :
Soyez bénie, ô vous dont la tendresse
Est le trésor de l’orphelin !

Listen to this poem:

Comments about Soyez bénie by Hégésippe Moreau

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, November 20, 2012

Poem Edited: Tuesday, November 20, 2012


[Report Error]