Jean Ogier de Gombauld

Vous implorez en vain, pauvre troupe insensée

Vous implorez en vain, pauvre troupe insensée,
Un injuste secours, par un injuste effort
La pitié qui previent le moment de la mort,
Quant c'est pour un amant, elle est trop avancée.

Vous m'appellez cruelle, et vostre ame offencée
Accuse mes rigueurs de son funeste sort.
Le Ciel en soit l'arbitre, et qu'il juge du tort,
S'il vient de mes effects, ou de vostre pensée.

Beaux esprits, vostre mort venge vos desplaisirs,
Et plus douce que moy, succede à vos desirs.
C'est lors que j'ay pitié de vos flames esteintes.

Le Sort ainsi m'afflige, et tous mes poursuivans.
Mon humeur est ingrate aux plaintes des vivans,
Et la cendre des morts est ingrate à mes plaintes.

Poem Submitted: Tuesday, November 6, 2012

Add this poem to MyPoemList
2,7 out of 5
10 total ratings
rate this poem

Comments about Vous implorez en vain, pauvre troupe insensée by Jean Ogier de Gombauld

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?