Paul Arène


ΘΕΡΕΣΑ - Poem by Paul Arène

Ainsi qu'aux temps lointains où les agonothètes
Provoquaient des jeux grecs le transport convulsif,
Tu trônes, Θερεσα dans l'Alcazar massif,
Colossale, au-dessus d'un océan de têtes.

Σάλπινξ[3] dont les éclats font cabrer les poëtes,
Sous ta lèvre s'agite un Lhomond subversif
Et ton corps sidéral a le frisson lascif
Des jaléas murciens ruisselants de paillettes.

Lorsque frémit ta voix, — ce cor de cristal pur,
Dans mon cœur le Démon pousse des cris atroces
Et fait trêve au travail sourd de ses dents féroces.

C'est pourquoi je viens, Moi, qu'habite un Diable impur,
Lâchement enivrer mon âme pécheresse
Dans ton vin capiteux, sonore enchanteresse !

Listen to this poem:

Comments about ΘΕΡΕΣΑ by Paul Arène

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Friday, October 12, 2012

Poem Edited: Friday, October 12, 2012


[Hata Bildir]