Rutebeuf


C’est la complainte d’outremer - Poem by Rutebeuf

Empereour et roi et conte
Et duc et prince, a cui hom conte
Romans divers por vous esbatre
De cex qui se suelent combatre
Sa en arrier por sainte Eglise,
Car me dites par queil servise
Vos cuidiez avoir paradix.
Cil le gaaignerent jadiz
Dont vos oeiz ces romans lire
Par la poinne, par le martyre
Que li cors soffrirent sus terre.
Veiz ci le tens, Diex vos vient querre,
Braz estanduz, de son sanc tainz,
Par quoi li fex vos iert estainc
Et d'enfer et de purgatoire.
Reconmenciez novele estoire,
Serveiz Deu de fin cuer entier,
Car Dieux vous moustre le sentier
De son pays et de sa marche,
Que hom cens raison le sormarche.
Por ce si devriiez entendre
A revangier et a deffendre
La Terre de Promission
Qui est en tribulacion
Et perdue, ce Diex n'em pence,
Se prochainnement n'a deffence.
Soveigne vos de Dieu le Peire,
Qui por soffrir la mort ameire
Envoia en terre son fil.
Or est la terre en grant peril
Lai ou il fut et mort et vis.
Je ne sai plus que vos devis.
Qui n'aidera a ceste empointe,
Qui si fera le mesacointe,
Pou priserai tout l'autre afaire,
Tant sache lou papelart faire,
Ains dirai mais et jor et nuit:
'N'est pas tout ors quanque reluit.'
Ha! rois de France, rois de France,
La loiz, la foiz et la creance
Vat presque toute chancelant.
Que vos iroie plus celant?
Secorez la, qu'or est mestiers,
Et vos et li cuens de Poitiers,
Et li autre baron encemble.
N'atendeiz pas tant que vos emble
La mort l'arme, por Deu, seigneur!
Mais qui vorra avoir honeur
En paradix, si la deserve,
Car je n'i voi nule autre verve.
Jhesucriz dist en l'Ewangile,
Qui n'est de truffe ne de guile:
'Ne doit pas paradix avoir
Qui fame et enfans et avoir
Ne lait por l'amour de celui
Qu'en la fin iert juges de lui.'
Asseiz de gens sunt mout dolant
De ce que hom trahi Rollant
Et pleurent de fauce pitié,
Et voi[en]t ax [i]eux l'amistié
Que Deux nos fist, qui nos cria,
Qui en la sainte Croix cria
Au[s] Juÿs que il moroit de soi.
Ce n'ert pas por boivre a guersoi,
Ainz avoit soi de nos raiembre.
Celui doit hon douteir et criembre,
Por teil seigneur doit hom ploreir
Qu'ensi se laissat devoreir,
Qu'il ce fist percier le costei
Por nos osteir de mal hosteil.
Dou costei issi sancz et eigue,
Qui ces amis netoie et leive.
Rois de France, qui aveiz mis.
Et vostre avoir et voz amis
Et le cors por Dieu en prison,
Ci aurat trop grant mesprison
Ce la sainte Terre failhez.
Or covient que vos i ailliez
Ou vos i envoiez des gent,
Cens apairgnier or et argent,
Dont li droiz Dieu soit chalangiez.
Diex ne wet faire plus lons giez
A ces amis ne longue longe,
Ansois i wet metre chalonge
Et wet cil le voisent veoir
Qu'a sa destre vauront seoir.
Haÿ! prelat de saint Eglise,
Qui por gardeir les cors de byse
Ne voleiz leveir aux matines,
Messires Joffrois de Sergines
Vos demande dela la mer.
Mais je di: cil fait a blameir
Qui nule riens plus vos demande
Fors boens vins et boenne viande
Et que li poivres soit bien fors.
C'est votre guerre et votre effors,
C'est vostre Diex, c'est votre biens.
Votre Peires i trait le fiens.
Rutebués dit, qui riens ne soile,
Qu'assez aureiz d'un poi de toile,
Se les pances ne sont trop graces.
Et que feront les armes lasses?
Elz iront la ou dire n'oze.
Diex iert juge de ceste choze.
[Quar envoiez le redeïsme
A Jhesucrist du sien meïsme,
Se li fetes tant de bonté,
Puisqu'il vous a si haut monté!]
Haï! grant clerc, grant provendier,
Qui tant estes grant vivendier,
Qui faites Dieu de votre pance,
Dites moi par queil acointance
Vos partireiz au Dieu roiaume,
Qui ne voleiz pas dire .I. siaume
Dou sautier, tant estes divers,
Fors celui ou n'a que .II. vers:
Celui dites aprés mangier.
Diex wet que vos l'aleiz vengier
Sanz controuver nule autre essoinne,
Ou vos laissiez le patrimoinne
Qui est dou sanc au Crecefi.
Mal le teneiz, jou vos afi.
Se vos serveiz Dieu a l'eglise,
Dieux vos resert en autre guise,
Qu'il vos paist en votre maison.
C'est quite a quite par raison.
Mais ce vos ameiz le repaire
Qui sanz fin est por joie faire,
Achateiz le, car Diex le vent.
Car il at mestier par couvent
D'acheteours, et cil s'engignent
Qui orendroit ne le bargignent,
Car teil fois le vorront avoir
C'om ne l'aurat pas por avoir.
Tornoieur, et vos que dirois
Qui au jor dou Juïse irois?
Devant Dieu que porroiz respondre?
Car lors ne se porront repondre
Ne genz clergies ne gens laies,
Et Dieux vous monterra ces plaies.
Ce il vos demande la terre
Ou por vos vout la mort soffere,
Que direiz vos? Je ne sai quoi.
Li plus hardi seront si quoi
C'om les porroit panrre a la main.
Et nos n'avons point de demain,
Car li termes vient et aprouche
Que la mort nos clourat la bouche.
Ha! Antioche, Terre sainte,
Con ci at delireuze plainte
Quant tu n'as mais nuns Godefrois!
Li feux de charitei est frois
En chacun cuer de crestiien,
Ne jone home ne ancien
N'ont por Dieu cure de combatre.
Asseiz se porroit ja debatre
Et Jacobins et Cordeliers
Qu'il trovassent nuns Angeliers,
Nuns Tangreiz ne nuns Bauduÿns.
Ansois lairont aux Beduÿns
Maintenir la Terre absolue
Qui par defaut nos est tolue,
Et Dieux l'at ja d'une part arse.
D'autre part vienent cil de Tarse,
Et Coramin et Chenillier
Revanrront por tot escillier.
Ja ne serat qui la deffande.
Ce mes sires Joffrois demande
Secours, si quiere qui li fasse,
Car je n'i voi nulle autre trasce.
Car com plus en sarmoneroie,
Et plus l'afaire empireroie.
Cils siecles faut: qui bien fera,
Aprés la mort le trovera.

Listen to this poem:

Comments about C’est la complainte d’outremer by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]