Rutebeuf


C’est li testament de l’Asne - Poem by Rutebeuf

Qui vuet au siecle a honeur viure
Et la vie de seux ensuyre
Qui beent a avoir chevance
Mout trueve au siecle de nuisance,
Qu'il at mesdizans d'avantage
Qui de ligier li font damage,
Et si est touz plains d'envieux,
Ja n'iert tant biaux ne gracieux.
Se dix en sunt chiez lui assis,
Des mesdizans i avra six
Et d'envieux i avra nuef.
Par derrier nel prisent un oef
Et par devant li font teil feste:
Chacuns l'encline de la teste.
Coument n'avront de lui envie
Cil qui n'amandent de sa vie,
Quant cil l'ont qui sont de sa table,
Qui ne li sont ferm ne metable?
Ce ne puet estre, c'est la voire.
Je le vos di por un prouvoire
Qui avoit une bone esglise,
Si ot toute s'entente mise
A lui chevir et faire avoir:
A ce ot tornei son savoir.
Asseiz ot robes et deniers,
Et de bleif toz plains ces greniers,
Que li prestres savoit bien vendre
Et pour la venduë atendre
De Paques a la Saint Remi.
Et si n'eüst si boen ami
Qui en peüst riens nee traire,
S'om ne li fait a force faire.
Un asne avoit en sa maison,
Mais teil asne ne vit mais hom,
Qui vint ans entiers le servi.
Mais ne sai s'onques tel serf vi.
Li asnes morut de viellesce,
Qui mout aida a la richesce.
Tant tint li prestres son cors chier
C'onques nou laissat acorchier
Et l'enfoÿ ou semetiere:
Ici lairai ceste matiere.
L'evesques ert d'autre maniere,
Que covoiteux ne eschars n'iere,
Mais cortois et bien afaitiez,
Que, c'il fust jai bien deshaitiez
Et veïst preudome venir,
Nuns nel peüst el list tenir:
Compeigne de boens crestiens
Estoit ces droiz fisiciens.
Touz jors estoit plainne sa sale.
Sa maignie n'estoit pas male,
Mais quanque li sires voloit,
Nuns de ces sers ne s'en doloit.
C'il ot mueble, ce fut de dete,
Car qui trop despent, il s'endete.
Un jour, grant compaignie avoit.
Li preudons qui toz bien savoit.
Si parla l'en de ces clers riches
Et des prestres avers et chiches
Qui ne font bontei ne honour
A evesque ne a seignour.
Cil prestres i fut emputeiz
Qui tant fut riches et monteiz.
Ausi bien fut sa vie dite
Con c'il la veïssent escrite,
Et li dona l'en plus d'avoir
Que trois n'em peüssent avoir,
Car hom dit trop plus de la choze
Que hom n'i trueve a la parcloze.
'Ancor at il teil choze faite
Dont granz monoie seroit traite,
S'estoit qui la meïst avant,
Fait cil qui wet servir devant,
Et c'en devroit grant guerredon.
- Et qu'a il fait? dit li preudom.
- Il at pis fait c'un Beduÿn,
Qu'il at son asne Bauduÿn
Mis en la terre beneoite.
- Sa vie soit la maleoite,
Fait l'esvesques, se ce est voirs!
Honiz soit il et ces avoirs!
Gautiers, faites le nos semondre,
Si orrons le prestre respondre
A ce que Robers li mest seure.
Et je di, se Dex me secoure,
Se c'est voirs, j'en avrai l'amende.
- Je vos otroi que l'an me pande
Se ce n'est voirs que j'ai contei.
Si ne vos fist onques bontei.'
Il fut semons. Li prestres vient.
Venuz est, respondre couvient
A son evesque de cest quas,
Dont li prestres doit estre quas.
'Faus desleaux, Deu anemis,
Ou aveiz vos vostre asne mis?
Dist l'esvesques. Mout aveiz fait
A sainte Esglise grant meffait,
Onques mais nuns si grant n'oÿ,
Qui aveiz votre asne enfoÿ
La ou on met gent crestienne.
Par Marie l'Egyptienne,
C'il puet estre choze provee
Ne par la bone gent trovee,
Je vos ferai metre en prison,
C'onques n'oÿ teil mesprison.'
Dist li prestres: 'Biax tres dolz sire,
Toute parole se lait dire.
Mais je demant jor de conseil,
Qu'il est droit que je me conseil
De ceste choze, c'il vos plait
(Non pas que je i bee en plait).
- Je wel bien le conseil aiez,
Mais ne me tieng pas apaiez
De ceste choze, c'ele est voire.
- Sire, ce ne fait pas a croire.'
Lors se part li vesques dou prestre,
Qui ne tient pas le fait a feste.
Li prestres ne s'esmaie mie,
Qu'il seit bien qu'il at bone amie:
C'est sa borce, qui ne li faut
Por amende ne por defaut.
Que que foz dort, et termes vient.
Li termes vient, et cil revient.
Vint livres en une corroie,
Touz sés et de bone monoie,
Aporta li prestres o soi.
N'a garde qu'il ait fain ne soi.
Quant l'esvesque le voit venir,
De parleir ne se pot tenir:
'Prestres, consoil aveiz eü,
Qui aveiz votre senz beü.
- Sire, consoil oi ge cens faille,
Mais a consoil n'afiert bataille.
Ne vos en deveiz mervillier,
Qu'a consoil doit on concillier.
Dire vos vueul ma conscience,
Et, c'il i afiert penitance,
Ou soit d'avoir ou soit de cors,
Adons si me corrigiez lors.'
L'evesques si de li s'aprouche
Que parleir i pout bouche a bouche.
Et li prestres lieve la chiere,
Qui lors n'out pas monoie chiere.
Desoz sa chape tint l'argent:
Ne l'ozat montreir pour la gent.
En concillant conta son conte:
'Sire, ci n'afiert plus lonc conte.
Mes asnes at lonc tans vescu,
Mout avoie en li boen escu.
Il m'at servi, et volentiers,
Moult loiaument vint ans entiers.
Se je soie de Dieu assoux,
Chacun an gaaingnoit vint soux,
Tant qu'il at espairgnié vint livres.
Pour ce qu'il soit d'enfers delivres
Les vos laisse en son testament.'
Et dist l'esvesques: 'Diex l'ament,
Et si li pardoint ses meffais
Et toz les pechiez qu'il at fais!'
Ensi con vos aveiz oÿ,
Dou riche prestre s'esjoÿ
L'evesques por ce qu'il mesprit:
A bontei faire li aprist.
Rutebués nos dist et enseigne,
Qui deniers porte a sa besoingne
Ne doit douteir mauvais lyens.
Li asnes remest crestiens,
A tant la rime vos en lais,
Qu'il paiat bien et bel son lais.
Explicit.

Listen to this poem:

Comments about C’est li testament de l’Asne by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]