Rutebeuf


Ci encoumance de la dame qui ala .III. fois entor le moutier - Poem by Rutebeuf

Qui fame vorroit desovoir,
Je li fais bien apersovoir
Qu’avant decevroit l’anemis,
Le dyable, a champ arami.
Cil qui fame wet justicier
Chacun jor la puet combrizier,
Et l’andemain rest toute sainne
Por resouvoir autreteil painne.
Mais quant fame a fol debonaire
Et ele a riens de li afaire,
Ele li dist tant de bellues,
De truffes et de fanfellues,
Qu’ele li fait a force entendre
Que li cielz sera demain cendre.
Ainsi gaaigne la querele.
Jel dit por une damoizele
Qui ert fame a .I. escuier,
Ne sai chartain ou berruier.
La damoizele, c’est la voire,
Estoit amie a .I. provoire.
Mult l’amoit cil et ele lui,
Et si ne laissast por nelui
Qu’ele ne feïst son voloir,
Cui qu’en deüst li cuers doloir.
Un jor, au partir de l’eglize,
Out li prestres fait son servize.
Ces vestimenz lait a pliier
Et si va la dame proier
Que le soir en .I. boscher veigne :
Parler li wet d’une bezoigne
Dont je cuit que pou conquerroie
Se la bezoigne vos nomoie.
La dame respondi au prestre :
'Sire, veiz [me] ci toute preste,
Car il est et poinz et saisons :
Ausi n’est pas cil en maison.'
Or avoit en ceste aventure
Cens plus itant de mespresure
Que les maisons n’estoient pas
L’une leiz l’autre a quatre pas :
Bien i avoit, dont moult lor poize,
Le tiers d’une leue fransoize.
Chacune ert en un espinois,
Com ces maizons de Gastinois.
Mais li boschés que je vos nome
Estoit a ce vaillant preudome
Qui saint Arnoul doit la chandoile.
Le soir, qu’il ot ja mainte estoile
Parant el ciel, si com moi cemble,
Li prestres de sa maison s’amble
Et s’en vint au boschet seoir,
Que nuns ne le puisse veoir.
Mais a la dame mesavint,
Que sire Arnoulz ses mariz vint,
Touz moilliez et touz engeleiz,
Ne sai dont ou il ert aleiz.
Por ce remanoir la couvint.
De son provoire li souvint,
Si se haste d’apareillier :
Ne le vout pas faire veillier.
Por ce n’i ot .III. més ne quatre.
Aprés mangier, petit esbatre
Le laissa, bien le vos puis dire.
Souvent li a dit : 'Biau dolz sire,
Alez gezir, si fereiz bien :
Veilliers grieve sor toute rien
A home quant il est lasseiz.
Vos aveiz chevauchié asseiz.'
L’aleir gezir tant li reprouche,
Par pou le morcel en la bouche
Ne fait celui aleir gesir,
Tant a d’eschapeir grant desir.
Li boens escuiers i ala
Qui sa damoizele apela,
Por ce que mult la prize et aime.
'Sire, fait ele, il me faut traime
A une toile que je fais,
Et si m’en faut ancor granz fais,
Dont je ne me soi garde prendre,
Et je n’en truis nes point a vendre,
Par Dieu, si ne sai que j’en faisse.
— Au deable soit teiz fillace,
Dit li escuiers, con la vostre !
Foi que je doi saint Poul l’apostre,
Je vorroie qu’el fust en Seinne ! '
Atant se couche, si se seigne,
Et cele se part de la chambre.
Petit sejornerent si membre
Tant qu’el vint la ou cil l’atant.
Li uns les bras a l’autre tent :
Illuec furent a grant deduit
Tant qu’il fut prés de mienuit.
Du premier somme cil s’esvoille,
mais mout li vint a grant mervoille
Quant il ne sent leiz li sa fame.
'Chamberiere, ou est ta dame ?
— Ele est la fors en cele vile,
Chiez sa coumeire, ou ele file.'
Quant il oï que la fors iere,
Voirs est qu’il fist moult laide chiere.
Son seurquot vest, si se leva,
Sa damoizele querre va.
Chiez sa commeire la demande :
Ne trueve qui raison l’en rende,
Qu’ele n’i avoit esté mie.
Eiz vos celui en frenesie.
Par deleiz ceux qu’el boschet furent
Ala et vint. Cil ne se murent.
Et quant il fu outre passeiz :
'Sire, fait ele, or est asseiz,
Or covient il que je m’en aille.
— Vos orroiz ja noize et bataille,
Fait li prestres. Ice me tue
Que vos sereiz ja trop batue.
— Onques de moi ne vos soveingne,
Dan prestres, de vos vos couveingne',
Dit la damoizele en riant.
Que vos iroie controuvant ?
Chacuns s’en vint a son repaire.
Cil qui se jut ne se pout taire :
'Dame, orde vilz putainz provee,
Vos soiez or la mal trovee,
Dist li escuiers. Dont veneiz ?
Bien pert que por fol me teneiz.'
Cele se tut et cil s’esfroie :
'Voiz, por le sanc et por le foie,
Por la froissure et por la teste,
Ele vient d’enchiez notre prestre ! '
Ensi dit voir, et si nel sot.
Cele se tut, si ne dit mot.
Quant cil oit qu’el ne ce deffent,
Par .I. petit d’ireur ne fent,
Qu’il cuide bien en aventure
Avoir dit la veritei pure.
Mautalenz l’argüe et atize.
Sa fame a par les treces prize,
Por le trenchier son coutel trait.
'Sire, fait el, por Dieu atrait,
Or covient il que je vos die : '
— (Or orreiz ja trop grant voidie ! )
'J’amasse miex estre en la fosse.
Voirs est que je suis de vos grosse,
Si m’enseigna on a aleir
Entor le moutier sanz parleir
Trois tours, dire .III. pater notres
En l’onor Dieu et ces apostres ;
Une fosse au talon feïsse
Et par trois jors i revenisse.
S’au tiers jor overt le trovoie,
S’estoit .I. filz qu’avoir dovoie,
Et c’il estoit cloz, c’estoit fille.
Or ne revaut tot une bille,
Dit la dame, quanque j’ai fait,
Mais, par saint Jaque, il iert refait,
Se vos tueir m’en deviiez.'
Atant c’est cil desavoiez
De la voie ou avoiez iere,
Si parla en autre meniere :
'Dame, dist-il, je que savoie
Du voiage ne de la voie ?
Se je seüsse ceste choze
Dont je a tort vos blame et choze,
Je sui cil qui mot n’en deïsse,
Se je annuit de cet soir isse.'
Atant se turent, si font pais
Que cil n’en doit parleir jamais.
De choze que sa fame face,
N’en orrat noize ne menace.
Rutebués dist en cest flabel :
Quant fame at fol, s’a son avel.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumance de la dame qui ala .III. fois entor le moutier by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]