Rutebeuf


Ci encoumence de la Griesche d’este - Poem by Rutebeuf

En recordant ma grant folie
Qui n'est ne gente ne jolie,
Ainz est vilainne
Et vilains cil qui la demainne,
Me plaing .VII. jors en la semainne
Et par raison.
Si esbahiz ne fut mais hom,
Qu'en yver toute la saison
Ai si ouvrei
Et en ouvrant moi aouvrei
Qu'en ouvrant n'ai riens recouvrei
Dont je me cuevre.
Ci at fol ovrier et fole euvre
Qui par ouvreir riens ne recuevre:
Tout torne a perte,
Et la griesche est si aperte
Qu''eschac' dist 'a la descouverte'
A son ouvrier,
Dont puis n'i at nul recouvrier.
Juignet li fait sembleir fevrier:
La dent dit: 'Quac',
Et la griesche dit: 'Eschac'.
Qui plus en set s'afuble .I. sac
De la griesche.
De Griece vint si griez eesche.
Or est ja Borgoigne briesche,
Tant at venu
De la gent qu'ele at retenu;
Sont tuit cil de sa route nu
Et tuit deschauz,
Et par les froiz et par les chauz.
Nes ces plus maitres seneschaus
N'at robe entiere.
La griesche est de tel meniere
Qu'ele wet avoir gent legiere
En son servise:
Une hore en cote, autre en chemise.
Teil gent ainme com je devise,
Trop het riche home:
S'au poinz le tient, ele l'asoume
En court terme seit bien la soume
De son avoir:
Ploreir li fait son nonsavoir.
Souvent li fait gruel avoir,
Qui qu'ait avoinne.
Tremblei m'en a la maitre woinne.
Or vos dirai de lor couvainne:
G'en sai asseiz;
Sovent an ai estei lasseiz.
Mei mars que li froiz est passeiz,
Notent et chantent.
Li un et li autre se vantent
Que, se dui dei ne les enchantent,
Il auront robe.
Esperance les sert de lobe,
Et la griesche les desrobe:
La bourse est wide,
Li gieux fait ce que hon ne cuide:
Qui que teisse, chascuns deswide.
Lor pencers chiet.
Nul bel eschac ne lor eschiet;
N'en pueent mais qu'il lor meschiet,
Ainz lor en poize.
Qui qu'ait l'argent, Dieux at la noize.
Aillors couvient lor pencers voise,
Car .II. tournois,
Trois parisis, .V. viannois
Ne pueent pas faire .I. borjois
D'un nu despris.
Je ne di pas que jes despris,
Ainz di qu'autres conseus est pris
De cel argent.
Ne s'en vont pas longue chargent:
Por ce que li argens art gent,
N'en ont que faire,
Ainz entendent a autre afaire:
A[u] tavernier font dou vin traire.
Lors entre boule;
Ne boivent pas, chacuns le coule,
Tant en antonnent par la goule
Ne lor souvient
Se robe acheteir lor couvient.
Riche sont, mais ne sai dont vient
Lor granz richesce.
Chacuns n'a rien quant il se dresce,
Au paier sont plain de peresce.
Lor faut la feste,
Lors remaignent chansons de geste,
Si s'en vont nu comme une beste
Quant il s'esmuevent.
A l'endemain povre se truevent;
Li dui dei povrement se pruevent.
Or faut quaresmes,
Qui lor a estei durs et pesmes:
De poisson autant com de cresme
I ont eü.
Tout ont joei, tot ont beü
Li uns at l'autre deceü,
Dit Rutebués
Por lor tabar qui n'est pas nués,
Qui tot est venduz en .II. wes.
C'il ont que metre,
Lors les verriez entremetre
De deiz panrre et de [deiz] jus metre.
Et avris entre,
Et il n'ont riens defors le ventre.
Lors sunt il vite et prunte et entre,
Eiz vos la joie!
N'i a si nu qui ne s'esjoie,
Plus sunt seigneur que raz en moie
Tout cel estei
Trop ont en grant froidure estei;
Or lor at Dieux un tenz prestei
Ou il fait chaut,
Et d'autre choze ne lor chaut:
Tuit apris sunt d'aleir deschauz.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence de la Griesche d’este by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]