Rutebeuf


Ci encoumence la complainte d ou conte huede de nevers - Poem by Rutebeuf

La mors, qui toz jors ceulz aproie
Qui plus sont de bien faire en voie,
Me fait descovrir mon corage
Por l'un de ceulz que plus amoie
Et que mieux recembleir vodroie
C'oume qui soit de nul langage.
Huedes ot non, preudome et sage,
Cuens de Nevers au fier corage,
Que la mors a pris en sa proie.
C'estoit la fleurs de son lignage;
De sa mort est plus granz damage
Que je dire ne vos porroie.
II
Mors est li cuens, Diex en ait l'ame!
Sainz Jorges et la douce Dame
Vuellent prier le sovrain maitre
Qu'en cele joie qui n'entame,
Senz redouteir l'infernal flame,
Mete le boen conte a sa destre!
Et il i doit par raison estre,
Qu'il laissa son leu et son estre
Por cele glorieuze jame
Qui a non la joie celestre.
Mieudres de li ne porra nestre,
Mien esciant, de cors de fame.
III
Li cuens fu tantost chevaliers
Com il en fu poinz et mestiers,
Qu'il pot les armes endureir;
Puis ne fu voie ne sentiers
Ou il n'alast mout volentiers
Se on s'i pot aventureir,
Si vos puis bien dire et jureir,
C'il peüst son droit tenz dureir,
C'onques ne fu mieudres terriers,
Tant se seüst amesureir
Au boenz, et les fauz forjureir:
Auz unz dolz et auz autres fiers.
IV
Ce pou qu'auz armes fu en vie,
Tuit li boen avoient envie
De lui resambleir de meniere.
Se Diex n'amast sa compaignie,
N'eüst pas Acre desgarnie
De si redoutee baniere
La mors a mis l'afaire ariere
D'Acre, dont nuns mestiers n'en iere;
La Terre en remaint esbahie.
Ci a mort delireuze et fiere
Que nuns hom n'en fait bele chiere,
Fors cele pute gent haïe.
V
Ha! Terre plainne de noblesce,
De charitei et de largesce,
Tant aveiz fait vilainne perde!
Ce morte ne fust Gentilesce
Et Vaselages et Proesce,
Vos ne fussiez pas si deserte.
Haï! haï! genz mal aperte,
La porte des cielz est overte:
Ne reculeiz pas por peresce.
En brief tanz l'a or Diex offerte
Au boen conte par sa deserte,
Qu'il l'a conquise en sa jonesce.
VI
Ne fist mie de sa croix pile,
Si com font souvent teil dis mile
Qui la prennent par grant faintize;
Ainz a fait selonc l'Ewangile,
Qu'il a maint borc et mainte vile
Laissié, por morir au servize
Celui Seigneur qui tot justize.
Et Diex li rent en bele guize
(Ne cuidiez pas que se soit guile),
Qu'il fait granz vertuz a devize:
Bien pert que Diex a s'arme prise
Por metre en son roial concile.
VII
Encor fist li cuens a sa mort
Qu'avec les plus povres s'amort:
Des plus povres vot estre el conte.
Quant la mors un teil home mort,
Que doit qu'ele ne ce remort
De mordre si tost un teil conte?
Car, qui la veritei nos conte,
Je ne cuit pas que jamais monte
Sor nul cheval, feble ne fort,
Nuns hom qui tant ai doutei honte
Ne mieulz seüst que honeurs monte:
N'a ci doleur et desconfort?
VIII
Li cuers le conte est a Citiaux,
Et l'arme la sus en sains ciaux,
Et li cors en gist outre meir.
Cist departirs est boens et biaux:
Ci a trois precieulz joiaux
Que tuit li boen doivent ameir.
La sus elz cielz fait boen semeir:
N'estuet pas la terre femeir
Ne ne c'i puet repaitre oiziaux.
Quant por Dieu se fist entameir,
Que porra Diex sor li clameir
Quant il jugera boens et maux?
IX
Ha! cuens Jehan, biau tres dolz sire,
De vos puisse hon tant de bien dire
Com hon puet dou conte Huede faire!
Qu'en lui a si bele matyre
Que Diex c'en puet joer et rire
Et sainz paradix s'en resclaire.
A iteil fin fait il bon traire,
Que hon n'en puet nul mal retraire;
Teil vie fait boen eslire.
Doulz et pitouz et debonaire
Le trovoit hon en tot afaire:
Sages est qu'en ses faiz ce mire.
X
Messire Erart, Diex vos maintiegne
Et en bone vie vos tiegne,
Qu'il est bien mestiers en la Terre:
Que, c'il avient que tost vos preigne,
Je dout li païs ne remeigne
En grant doleur et en grant guerre.
Com li cuers el ventre vos serre
Quant Diex a mis si tost en serre
Lou conte a la doutee enseigne!
Ou porroiz teil compaignon querre?
En France ne en Aingleterre
Ne cuit pas c'om le vos enseingne.
XI
Ha! rois de France, rois de France,
Acre est toute jor en balance:
Secoreiz la, qu'il est mestiers.
Serveiz Dieu de vostre sustance,
Ne faites plus ci remenance,
Ne vos ne li cuens de Poitiers.
Diex vos i verra volentiers,
Car toz est herbuz li santiers
C'on suet batre por penitance.
Qu'a Dieu sera amis entiers
Voit destorbeir ces charpentiers
Qui destorbent notre creance!
XII
Chevalier, que faites vos ci?
Cuens de Blois, sire de Couci,
Cuens de Saint Pol, fils au boen Hue,
Bien aveiz avant les cors ci;
Coument querreiz a Dieu merci
Se la mors en voz liz vos tue?
Vos veeiz la Terre absolue
Qui a voz tenz nos ert tolue,
Dont j'ai le cuer triste et marri.
La mors ne fait nule atendue,
Ainz fiert a massue estandue.
Tost fait nuit de jor esclarci.
XIII
Tornoiëur, vos qu'attendeiz,
Qui la Terre ne deffendeiz
Qui est a votre Creatour?
Vos aveiz bien les yex bandeiz
Quant ver Dieu ne vos desfendeiz
N'en vos ne meteiz nul atour.
Pou douteiz la parfonde tour
Dont li prison n'ont nul retour,
Ou par peresce descendeiz.
Ci n'a plus ne guanche ne tour
Quant la mors vos va si entour:
A Dieu cors et arme rendeiz.
XIV
Quant la teste est bien avinee,
Au feu, deleiz la cheminee,
Si nos croizonz de plain eslaiz.
Et quant vient a la matinee,
Si est ceste voie finee:
Teil coutume a et clers et lais;
Si lait sales, maisons, palais,
A doleur, a fort destinee;
Lai s'en va ou n'a nul relais.
De l'avoir rest il bone pais
Quant gist mors desus l'echinee!
XV
Or prions au Roi glorieux,
Qui par son sanc esprecieulz
Nos ota de destrucion,
Qu'en son regne delicieuz,
Qui tant est doulz et gracieuz,
Faciens la nostre mansion
Et que par grant devocion
Ailliens en cele region
Ou Diex soffri la mort crueulz.
Qui lait en teil confusion
La Terre de promission
Pou est de s'arme curieulz.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence la complainte d ou conte huede de nevers by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]