Rutebeuf


Ci encoumence li diz de la Griesche D’Yver - Poem by Rutebeuf

Contre le tenz qu'aubres deffuelle,
Qu'il ne remaint en branche fuelle
Qui n'aut a terre,
Por povretei qui moi aterre,
Qui de toute part me muet guerre,
Contre l'yver,
Dont mout me sont changié li ver,
Mon dit commence trop diver
De povre estoire.
Povre sens et povre memoire
M'a Diex donei, li rois de gloire,
Et povre rente,
Et froit au cul quant byze vente:
Li vens me vient, li vens m'esvente
Et trop souvent
Plusors foïes sent le vent.
Bien le m'ot griesche en couvent
Quanque me livre:
Bien me paie, bien me delivre,
Contre le sout me rent la livre
De grand poverte.
Povreteiz est sus moi reverte:
Toz jors m'en est la porte overte,
Toz jors i sui
Ne nule fois ne m'en eschui.
Par pluie muel, par chaut essui:
Ci at riche home!
Je ne dor que le premier soume.
De mon avoir ne sai la soume,
Qu'il n'i at point.
Diex me fait le tens si a point,
Noire mouche en estei me point,
En yver blanche.
Ausi sui con l'ozière franche
Ou com li oiziaux seur la branche:
En estei chante,
En yver pleure et me gaimente,
Et me despoille ausi com l'ante
Au premier giel.
En moi n'at ne venin ne fiel:
Il ne me remaint rien souz ciel,
Tout va sa voie.
Li enviauz que je savoie
M'ont avoié quanque j'avoie
Et fors voiié,
Et fors de voie desvoiié.
Foux enviaus ai envoiié,
Or m'en souvient.
Or voi ge bien tot va, tot vient,
Tout venir, tout aleir convient,
Fors que bienfait.
Li dei que li decier on fait
M'ont de ma robe tot desfait,
Li dei m'ocient,
Li dei m'agaitent et espient,
Li dei m'assaillent et desfient,
Ce poize moi.
Je n'en puis mais se je m'esmai:
Ne voi venir avril ne mai,
Veiz ci la glace.
Or sui entreiz en male trace.
Li traÿteur de pute estrace
M'ont mis sens robe.
Li siecles est si plains de lobe!
Qui auques a si fait le gobe;
Et ge que fais,
Qui de povretei sent le fais?
Griesche ne me lait en pais,
Mout me desroie,
Mout m'assaut et mout me guerroie;
Jamais de cest mal ne garroie
Par teil marchié.
Trop ai en mauvais leu marchié.
Li dei m'ont pris et empeschié:
Je les claim quite!
Foux est qu'a lor consoil abite:
De sa dete pas ne s'aquite,
Ansois s'encombre;
De jor en jor acroit le nombre.
En estei ne quiert il pas l'ombre
Ne froide chambre,
Que nu li sunt souvent li membre,
Mais lou sien pleure.
Griesche li at corru seure,
Desnuei l'at en petit d'eure,
Et nuns ne l'ainme.
Cil qui devant cousin le claime
Li dist en riant: 'Ci faut traime
Par lecherie.
Foi que tu doiz sainte Marie,
Car vai or en la draperie
Dou drap acroire,
Se li drapiers ne t'en wet croire,
Si t'en revai droit à la foire
Et vai au Change.
Se tu jures saint Michiel l'ange
Qu'il n'at sor toi ne lin ne lange
Ou ait argent,
Hon te verrat moult biau sergent,
Bien t'aparsoveront la gent:
Creüz seras.
Quant d'ilecques te partiras,
Argent ou faille enporteras.'
Or ai ma paie.
Ensi chascuns vers moi s'espaie,
Si n'en puis mais.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence li diz de la Griesche D’Yver by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]