Rutebeuf


Ci encoumence li diz de la mensonge - Poem by Rutebeuf

Puis qu'autours et autoriteiz
S'acordent que c'est veriteiz
Qui est oiseus de legier pesche,
Et cil s'ame honist et tresche
Qui sans ouvreir sa vie fine,
Car teiz vie n'est mie fine,
Por ce me wel a oevre metre
Si com je m'en sai entremetre,
C'est a rimer une matire.
En leu d'ouvreir a ce m'atyre,
Car autre ouvrage ne sai faire.
Or entendeiz a mon afaire,
Si orreiz de .II. Ordres saintes
Que Dieux a eslues en maintes,
Qu'auz vices se sunt combatu
Si que vice sunt abatu
Et les vertuz sunt essaucies.
S'orroiz conment elx sunt haucies
Et coument vice sunt vaincu.
Humiliteiz par son escu
At Orgueil a la terre mis,
Qui tant estoit ces anemis.
Largesce i at mis Avarice,
Et Debonaireté .I. vice
C'om apele Ire la vilainne.
Et Envie, qui partout rainne,
Rest vaincue par Charitei.
(De ce dirai la veritei:
C'est or ce que pou de gent cuide.)
Proesce ra vaincue Accide,
Et Abstinance Gloutenie,
Qui mainte gent avoit honie
Et mainte richesce gastei.
S'orroiz coument dame Chasteiz,
Qui tant est fine et nete et pure,
At vaincue dame Luxure.
N'at pas bien .LX. et .X. ans,
Se bone gent sunt voir dizans,
Que ces .II. saintes Ordres vindrent,
Qui les faiz aux apostres tindrent
Por preschier et por laboreir,
Pour Dieu servir et aoreir.
Meneur et Freire Prescheeur,
Qui des armes sunt pescheeur,
Vindrent par volentei devine.
Je di por voir, non pas devine,
C'il ne fussent ancor venu,
Maint grant mal fussent avenu,
Qui sunt remeis et qui remeignent
Por les granz biens que il enseignent.
Por preeschier Humilitei,
Qui est voie de veritei,
Por l'essaucier et por l'ensivre
Si com il truevent en lor livre,
Vindrent ces saintes gens en terre.
Dex les envoia por nos querre.
Quant il vindrent premierement,
Si vindrent asseiz humblement.
Du pain quistrent, teiz fu la riegle,
Pour osteir les pechiez dou siecle.
C'il vindrent chiez povre provoire,
Teiz bienz com il ot, c'est la voire,
Pristrent en bone pacience
En non de sainte penitence.
Humiliteiz estoit petite
Qu'il avoient por eux eslite.
Or est Humiliteiz greigneur,
Que li Frere sont or seigneur
Des rois, des prelaz et des contes.
Par foi, si seroit or granz honte
C'il n'avoient autre viande
Que l'Escriture ne coumande,
Et ele n'i mest riens ne oste
Que ce c'om trueve enchiés son oste.
Humiliteiz est tant creüe
Qu'Orgueulz corne la recreüe.
Orgueulz s'en va, Dieux le cravant!
Et Humiliteiz vient avant.
Et or est bien droiz et raisons
Que si grant dame ait granz maisons
Et biaux palais et beles sales,
Maugrei toutes les langues males
Et la Rutebuef douz premiers,
Qui d'eulz blameir fu coustumiers.
Ne vaut il mieux c'Umiliteiz
Et la sainte Deviniteiz
Soit levee en roial palais,
C'om fist d'aumoennes et de lais
Et de l'avoir au meilleur roi
C'onques ancor haïst desroi,
Que [ce] c'om secorust la terre
Ou li foul vont folie querre,
Coustantinoble, Romenie?
Se sainte Esglise escomenie,
Li Frere pueent bien asoudre,
C'escommeniez at que soudre.
Por mieulz Humilitei deffendre,
S'Orguelz se voloit a li prendre,
Ont fondei .II. palais li Freire,
Que, foi que doi l'arme mon peire,
C'ele avoit leanz a mangier,
Ne sire Orguel ne son dangier
Ne priseroit vaillant .I. oef
Desa .VIII. mois, non desa nuef,
Ainz atendroit bien des le Liege
C'om li venist leveir le siege.
Or dient aucun mesdizant
Qui par le paÿs vont dizant
Que, se Dieux avoit le roi pris,
Par quoi il ont honeur et pris,
Mout seroit la choze changie
Et lor seignorie estrangie,
Et teiz lor fait or bele chiere
Qui pou auroit lor amor chiere,
Et teiz lor fait cemblant d'amour
Que ne le fait fors par cremour.
Et je respont a lor paroles
Et di qu'elx sont vainnes et voles.
Se li rois fait en eux s'aumoenne
Et il de ces biens lor aumoenne,
Et il en prennent, il font bien,
Car il ne sevent pas combien
Ne com longues ce puet dureir.
Li sages hom se doit mureir
Et garnir por crienmne d'assaut.
Por ce vos di, se Diex me saut,
Qu'il n'en font de rien a blameir.
Ce hom lor fait cemblant d'ameir,
Il en seivent aucune choze.
Por ce ont si bien lor cort cloze
Et por ce font il ce qu'il font.
L'om dit: 'Mauvais fondemens font':
Por ce font il lor fondemens
En terre si parfondement,
Car, c'il estoit demain chaÿz
Et il rois Loÿs fust fenis,
Il se pencent bien tout l'afaire,
Que il auroient mout a faire
Ainz qu'il eüssent porchacié
Teil joel com il ont bracié.
Le bien preigne l'en quant hon puet,
C'om ne le prent pas quant hom wet.
Humiliteiz est si grant dame
Qu'ele ne crient home ne fame,
Et li Frere qui la maintiennent
Tout le roiaume en lor main tiennent.
Les secreiz enserchent et quierent,
Partout s'embatent et se fierent.
S'om les lait entreir enz maisons,
Il i at trois bones raisons:
L'une, qu'il portent bone bouche,
Et chacuns doit douteir reprouche.
L'autre, c'om ne se doit amordre
A vileneir nule gent d'Ordre.
La tierce si est por l'abist
Ou hom cuide que Dieux habist,
Et si fait il, je n'en dout mie,
Ou ma pensee est m'anemie.
Par ces raisons et par mainte autre
Font il aleir lance sor fautre
Largesce desus Avarice,
Car trestoute la chars herice
Au mauvais qui les voit venir.
Tart li est qu'il puisse tenir
Choze qui lor soit bone et bele,
Car il seivent mainte novele.
Si lor fait cil et joie et feste
Por ce qu'il ce doute d'enqueste,
Et font teil tenir a proudoume
Qui ne tient pas la loi de Roume.
Ensi font large de l'aveir,
De teil qu'il devroient laveir
Le don qu'il resoivent de lui.
Li Frere ne doutent nelui,
Ce puet on bien jureir et dire.
De Debonaireté et d'Ire
Orroiz le poigneÿs morteil.
Mais en l'estor il ot mort teil
Dont damages fu de sa mort.
La mors, qui a mordre s'amort,
Qui n'espairgne ne blanc ne noir,
Mena celui a son manoir;
Si n'estoit pas mout anciens,
Et ot non maistre Crestiens.
Maistres ert de devinetés:
Pou verroiz mais devin iteil.
Debonaireteiz et dame Ire,
Qui souvent a mestier de mire,
Vindrent, lor gens toutes rangies,
L'une des autres estrangies,
Devant l'apostoile Alixandre
Por droit oïr et por droit prandre.
Li Freire Jacobin i furent
Por oïr droit, si com il durent,
Et Guillaumes de Saint Amour,
Car il avoient fait clamour
De ces sermons, de ces paroles.
Si m'est avis que l'apostoles
Banni ice maistre Guillaume
D'autrui terre et d'autrui roiaume.
C'il a partout teil aventage,
Baron i ont honte et damage,
Qu'ensi n'ont il riens en lor terre,
Qui la veritei wet enquerre.
Or dient mult de bone gent,
Cui il ne fu ne bel ne gent
Qu'il fu baniz, c'om li fit tort.
Mais se sachent et droit et tort
C'om puet bien trop dire de voir:
Bien le poiez aparsouvoir
Par cestui qui en fu baniz.
Et si ne fu mie feniz
Li plaiz, ainz dura puis grant piece.
Car la cours, qui fait et depiece,
Nuit Guillaume de Saint Amour
[Et] par priere et par cremour.
Cil de court font bien ce qu'il font,
Car il font ce qu'autre defont,
Et si defont ce qu'autre fait:
Ainsi n'auront il jamais fait.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence li diz de la mensonge by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]