Rutebeuf


Ci encoumence li diz de la voie de tunes - Poem by Rutebeuf

De corrouz et d'anui, de pleur et de pitié
Est toute la matiere dont je tras mon ditié.
Qui n'a pitié en soi bien at Dieu fors getié:
Ver Dieu ne doit trouveir amour ne amistié.
II
Ewangelistre, apostre,/ martyr et confesseur
Por Jhesucrit soffrirent de la mort le presseur;
Or vos i gardeiz bien, qui estes successeur,
C'on n'at pas paradyx cens martyre pluseur.
III
Onques en paradix n'entra nuns fors par poinne;
Por c'est il foulz cheitis qui por l'arme ne poinne.
Cuidiez que Jhesucris en paradyx nos mainne
Por norrir en delices la char qui n'est pas sainne?
IV
Sainne n'est ele pas, de ce ne dout je point:
Or est chaude, or est froide; or est soeiz, or point;
Ja n'iert en un estat ne en un certain point.
Qui sert Dieu de teil char mainne il bien s'arme a point?
V
A point la moinne il bien a cele grant fornaize
Qui est dou puis d'enfer, ou ja nuns n'avra aise.
Bien se gart qui i vat, bien se gart qui i plaise,
Que Dieux ne morra plus por nule arme mauvaise.
VI
Dieux dist en l'Ewangile: 'Se li preudons seüst
A queil heure li lerres son suel chaveir deüst,
Il veillast por la criente / que dou larron eüst,
Si bien qu'a son pooir de rien ne li neüst.'
VII
Ausi ne savons nos quant Dieuz dira: 'Veneiz!'
Qui lors ert mal garniz moult iert mal aseneiz,
Car Dieux li sera lors com lions forseneiz.
Vos ne vos preneiz garde, qui les respis preneiz.
VIII
Li rois ne les prent pas, cui douce France est toute,
Qui tant par ainme l'arme que la mort n'en redoute,
Ainz va par meir requerre cele chiennalle gloute.
Jhesucriz, par sa grace, si gart lui et sa route!
IX
Prince, prelat, baron, por Dieu preneiz ci garde.
France est si grace terre, n'estuet pas c'om la larde:
Or la wet cil laissier qui la maintient et garde,
Por l'amor de Celui qui tout a en sa garde.
X
Des or mais se deüst li preudons sejourneir
Et toute s'atendue a sejour atourneir:
Or wet de douce France et partir et torneir.
Dieux le doint / a Paris a joie retorneir.
XI
Et li cuens de Poitiers, qui un pueple souztient,
Et qui en douce France si bien le sien leu tient
Que quinze jors vaut miex li leux par ou il vient,
Il s'en va outre meir, que riens ne le detient.
XII
Plus ainme Dieu que home qui emprent teil voiage
Qui est li souverains de tout pelerinage:
Le cors mettre a essil et meir passeir a nage
Por amor de Celui qui le fist a s'ymage.
XIII
Et messires Phelipes et li boens cuens d'Artois
Et li cuens de Nevers, qui sunt preu et cortois,
Refont en lor venue a Dieu biau serventois;
Chevalier qui ne[s] suit ne pris pas un nantois.
XIV
Li boens rois de Navarre, qui lait si bele terre
Que ne sai ou plus bele puisse on troveir ne querre
(Mais hon doit tout laissier por l'amor Dieu conquerre:
Ciz voiages est cleis qui paradix desserre),
XV
Ne prent pas garde a choze qu'il ait eü a faire;
S'a il asseiz eü et anui et contraire,
Mais si con Dieux trouva saint Andreu debonaire,
Trueve il le roi Thiebaut doulz et de boen afaire.
XVI
Et li dui fil le roi et lor couzins germains,
Ce est li cuens d'Artois, qui n'est mie dou mains,
Revont bien enz dezers laboreir de lor mains
Quant par meir vont requerre Sarrazins et Coumains.
XVII
Tot soit qu'a moi bien faire soient tardif et lant,
Si ai je de pitié por eulz le cueur dolant:
Mais ce me reconforte (qu'iroie je celant?)
Qu'en lor venues vont en paradix volant.
XVIII
Saint Jehans eschuia compaignie de gent,
En sa venue fist de sa char son serjant,
Plus ama les desers que or fin ne argent,
Qu'Orgueulz ne li alast sa vie damagent.
XIX
Bien doit ameir le cors qui en puet Dieu servir,
Qu'il en puet paradix et honeur deservir:
Trop par ainme son aise/qui lait l'arme aservir,
Qu'en enfer sera serve par son fol messervir.
XX
Veiz ci moult biau sarmon: li rois va outre meir
Pour celui Roi servir ou il n'a point d'ameir.
Qui ces deus rois vodra et servir et ameir
Croize soi, voit aprés: mieulz ne peut il semeir.
XXI
Ce dit cil qui por nos out asseiz honte et lait:
'N'est pas dignes de moi qui por moi tot ne lait;
Qu'après moi vuer venir croize soi, ne delait!'
Qui aprés Dieu n'ira mal fu norriz de lait.
XXII
Vauvaseur, bacheleir plain de grant nonsavoir,
Cuidiez vos par desa pris ne honeur avoir?
Vous vous laireiz morir, et porrir votre avoir;
Et ce vos vos moreiz, Diex nou quiert ja savoir.
XXIII
Dites, aveiz vos pleges de vivre longuement?
Je voi aucun riche home faire maisonnement:
Quant il a assouvi trestout entierement,
Se li fait hon un autre, de petit coustement.
XXIV
Ja coars n'enterra en paradyx celestre,
Si n'est nuns si coars qui bien n'i vouxist estre;
Mais tant doutent mesaize et a guerpir lor estre
Qu'il en adossent Dieu et metent a senestre.
XXV
Dés lors que li hons nait, a il petit a vivre;
Quant il a quarante ans, or en a mains ou livre.
Quant il doit servir Dieu, si s'aboivre et enyvre;
Ja ne se prendra garde tant que mors le delivre.
XXVI
Or est mors: qu'a il fait,qu'au siecle a tant estei?
Il a destruiz les biens que Dieux li a prestei;
De Dieu ne li souvint ne yver ne estei.
Il avra paradix ce il l'a conquestei!
XXVII
Foulz est qui contre mort cuide troveir deffence:
Des biaux, des fors, des sages fait la mort sa despance;
La mors mort Absalon et Salemon et Sance;
De legier despit tout qu'adés a morir pance.
XXVIII
Et vos, a quoi penceiz, qui n'aveiz nul demain
Et qui a nul bien faire/ne voleiz metre main?
Se hom va au moustier, vos dites: 'Je remain';
A Dieu servir dou votre iestes vos droit Romain.
XXIX
Se hom va au moustier, la n'aveiz vos que faire:
N'est pas touz d'une piece, tost vos porroit maufaire.
A ceux qui y vont dites qu'ailleurs aveiz afaire:
'Sans oïr messe sunt maint biau serf en Biaire.'
XXX
Vous vous moqueiz de Dieu tant que vient a la mort,
Si li crieiz mercei lors que li mors vos mort
Et une consciance vos reprent et remort;
Si n'en souvient nelui tant que la mors le mort.
XXXI
Gardeiz dont vos venistes et ou vous revandroiz.
Diex ne fait nelui tort, n'est nuns juges si droiz;
Il est sires de loiz et c'est maitres de droiz:
Touz jors le trovereiz droit juge en toz endroiz.
XXXII
Li besoins est venuz qu'il a mestiers d'amis;
Il ne quiert que le cuer, de quanque en vos a mis.
Qui le cuer li aura et donei et promis
De resouvoir son reigne c'iert moult bien entremis.
XXXIII
Li mauvais demorront, nes couvient pas eslire;
Et c'il sunt hui mauvais, il seront demain pire;
De jor en jor iront de roiaume en empire:
Se nos nes retrouvons, si n'en ferons que rire.
XXXIV
Li Rois qui les trois rois en Belleem conduit
Conduie touz croiziez qui a mouvoir sunt duit,
Qu'osteir au soudant puissent et joië et deduit,
Si que bonnes en soient et notes et conduit!

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence li diz de la voie de tunes by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]