Remy Belleau

(1528 - 1577 / France)

La pierre du coq - Poem by Remy Belleau

Oyseau qui de garde fidelle
Dessillé fais la sentinelle
Sous le silence de la nuit,
Réveillant d'une voix hardie
La troupe de somme engourdie
Et de paresse, à ton haut bruit.

Oyseau à la creste pourprée
Compagnon de l'Aube dorée,
Trompete des feux du Soleil,
Qui te perches à la mesme heure
Qu'il plonge en mer sa cheveleure
Pour se rendre alaigre au travail.

N'estoit-ce assez que l'arrogance
De vostre oeil domtast la puissance
Et l'ire des Lyons plus fiers,
Sans que pour la vaillance acquerre
S'endurcist encor ceste pierre
Au ventre creux de vos gosiers ?

Tesmoin ce luteur indomtable,
Ce fort Milon inexpugnable,
Qui remparé de la vertu
De ceste pierre, pour sa gloire
A tousjours gaigné la victoire,
Quelque part qu'il ait combatu.

On dit plus, que cil qui la porte
A l'esprit net, la grace accorte
De bien dire, et qu'en rechaufant
La froide glace de son ame,
Des fieres rigueurs de sa Dame
En fin demeure triomphant.

Dedans la bouche elle modere
La soif qui bruslant nous altere :
Elle est noirastre, ou de couleur
De crystal : et point ne s'en treuve
Qui retienne plus qu'une febve
Ou de longueur ou de grosseur.

Fay que la race surnommée
De ton nom, dont la renommée
Est esparse par l'Univers,
N'altere jamais la puissance
Qu'elle a quise par sa vaillance,
Par force et par assauts divers.


Comments about La pierre du coq by Remy Belleau

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Monday, October 15, 2012



[Hata Bildir]