Treasure Island

Louis Honoré Fréchette

(16 November 1839 – 31 May 1908 / Lévis)

À M. de Berluc-Perussis, poète provençal.


Poète, hier, encore, en humant quelques verres
De votre fin muscat de Provence, ― frileux,
Je me pris à rêver aux climats fabuleux,
Où l'on retrouve encor la chanson des trouvères.

Souffles tièdes berçant de frais papillons bleus,
Ciel d'azur, rayons d'or, roses et primevères !…
Désespérant contraste avec les froids sévères
De nos zones qu'attriste un soleil nébuleux !

De vie et de parfums brises exhubérantes !
Aux chansons des oiseaux forêts toujours vibrantes !
Langue au rythme sonore et plein de nonchaloir !

Ces horizons vermeils ! cet hiver chimérique ! ―
Dites, n'est-ce pas là quelque monde féerique
Où pour être poète on n'a qu'à le vouloir ?
(1878)

Submitted: Monday, April 30, 2012
Edited: Monday, April 30, 2012

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

What do you think this poem is about?



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (À M. de Berluc-Perussis, poète provençal. by Louis Honoré Fréchette )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..
[Hata Bildir]