Louis Honoré Fréchette

(16 November 1839 – 31 May 1908 / Lévis)

À ma femme, la veille de notre mariage. - Poem by Louis Honoré Fréchette

Play Poem Video

Hélas ! ma douce amie, elle fut bien ardue
La route que sans toi j'avais à parcourir ;
Et de tout ce qu'on peut endurer sans mourir
Mon cœur a bien des fois mesuré l'étendue.

Souvent j'ai failli croire, à force de souffrir,
À la Fatalité sur mon front suspendue ;
Et si mon âme, enfant, dans le doute éperdue,
N'a pas senti parfois son courage tarir,

C'est que, lorsque le vent du Nord battait ma voile,
L'Espérance était là, resplendissante étoile
Dont le rayon béni venait sécher mes pleurs.

Cette étoile, aujourd'hui, c'est ton regard céleste,
Enfant ! et, pour payer ce bonheur qui me reste,
C'est encore trop peu que vingt ans de douleurs !
(1876)


Comments about À ma femme, la veille de notre mariage. by Louis Honoré Fréchette

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Monday, April 30, 2012

Poem Edited: Monday, April 30, 2012


[Hata Bildir]