Philothée O'Neddy


Succube - Poem by Philothée O'Neddy

Je rêvais, l’autre nuit, qu’aux splendeurs des orages,
Sur le parquet mouvant d’un salon de nuages,
De terreur et d’amour puissamment tourmenté,
Avec une lascive et svelte Bohémienne,

Dans une valse aérienne,
Ivre et fou, j’étais emporté.

Comme mon bras cerclait sa taille fantastique !
D’un sein que le velours comprimait élastique
Oh ! comme j’aspirais les irritants parfums !
Et que j’étais heureux, lorsque, brusque et sauvage,
Le vent roulait sur mon visage
Les gerbes de ses cheveux bruns !

Certes il y avait bonheur et poésie
Dans le spasme infernal, la chaude frénésie,
L’émoi luxurieux, le corrodant languir,
Qui mordaient, harcelaient nos ames remuées,
En tournoyant ainsi sur les molles nuées
Que sous nos pieds nous sentions fuir !

Oh ! pitié ! — je me meurs. — Pitié ! ma blanche fée !
Disais-je d’une voix électrique, étouffée.

Regarde. — Tout mon corps palpite incandescent. —
Viens, viens, montons plus haut, montons dans une étoile ;
— Et là, que ta beauté s’abandonne sans voile
À ma fougue d’adolescent !

Un fou rire la prit… rire désharmonique,
Digne de s’éployer au banquet satanique.
— J’eus le frisson, mes dents jetèrent des strideurs. —
Puis soudain, plus de fée à lubrique toilette !
Plus rien dans mes bras qu’un squelette
M’étalant toutes ses hideurs !

Oh ! comme en ton amour se complait ta valseuse !
Murmurait sa voix rauque. Et sa poitrine osseuse
Pantelait de désir, râlait de volupté.
Et puis toujours, toujours, de nuage en nuage,
Avec elle au fort de l’orage,
Je bondissais épouvanté !


Pour me débarrasser de sa luxure avide,
Je luttais vainement dans la brume livide :
De ses bras anguleux l’enlacement profond
S’incrustait dans mes chairs ruisselantes de fièvre,
Et les baisers aigus de sa bouche sans lèvre
M’incisaient la joue et le front.

Comme pour un adieu, dans ma sombre détresse,
Je criai tout-à-coup le nom de ma maîtresse…
Quel trésor que ce nom ! quel divin talisman !
Le spectre me lâcha pour s’enfuir d’orbe en orbe.
— Et, joyeux du réveil, je touchai mon théorbe,
Mon théorbe de nécroman.




Comments about Succube by Philothée O'Neddy

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Wednesday, November 21, 2012

Poem Edited: Wednesday, November 21, 2012


[Report Error]