Marcel Aouizerate


Féérie Des Vautours - Poem by Marcel Aouizerate

De mon raisonnement vient la tragédie:
Simplifier révèle en riant sa grande folie,
Celle qui rendait toujours les choses insupportables.

L'être patient traduit comme le temps le presse, instable,
Le temps de combustion de l'idée de l'homme nu,
Le temps de la scansion du tiers-exclu.

Plus inflammable est la matière l'en séparant,
Mais toi, à peine soucieuse car tu n'étais que l'enfant
En jupons, balançant les mots de pacotille,
D'une unité de médisance, du poids d'une vétille.

Je faisais partie du groupe de ceux qui préfèrent
Debout se tenir la main durant la prière,
De ceux qui complotent et pleurent dans le dos des prêtres,
Et laisse moi m'en vanter droit car j'étais l'honnête.

Oui, je suis le chanceux, je suis le rire des choses,
Faisant face, pire, que tu sois la honte bue des roses.


Comments about Féérie Des Vautours by Marcel Aouizerate

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Saturday, November 16, 2013

Poem Edited: Monday, November 18, 2013


[Hata Bildir]