Marcel Aouizerate


Mes Reines - Poem by Marcel Aouizerate

J'aime ses absences inexcusées, est-ce une infamie?
Avec tant d'autres, il s'agit d'articuler tant de mélopées;
Son excuse est superbe, je marche quand-et-devant
Au balancement intime de sa timbale. Car elle m'appelle,
Est-ce que deux amants réfléchissent à deux fois
Avant de s'enlacer? Je ne verserai aucune rançon de roi,
Les privilèges continuèrent après la nuit du quatre Août.

Allez, je vais avouer que l'éducation précède l'instruction et
Que bien sûr, on connait des miracles, il y a des exceptions.
A quoi bon me plaindre de la fréquence des transports,
Personne ne m'empêche de suivre les rêveries retaillées
Dont me protège sa statuette par ses caritatives fesses.
J'aime ses orages sonores et lents, c'est mon obscénité:
J'ai manqué de sommeil au matin, mais là, je m'exagère.

Depuis que j'ai dix-sept ans, elle m'adresse à haute voix
Et j'en ai quarante-trois, voici le bout de chemin où
Quand j'eu le temps, je fis tout un métier de sa nostalgie.


Comments about Mes Reines by Marcel Aouizerate

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Thursday, April 17, 2014

Poem Edited: Friday, April 18, 2014


[Hata Bildir]