Guillaume Apollinaire

(26 August 1880 – 9 November 1918 / Rome)

Voie lactée ô soeur lumineuse...


Voie lactée ô soeur lumineuse
Des blancs ruisseaux de Chanaan
Et des corps blancs des amoureuses
Nageurs morts suivrons nous d'ahan
Ton cours vers d'autres nébuleuses

Regret des yeux de la putain
Et belle comme une panthère
Amour vos baisers florentins
Avaient une saveur amère
Qui a rebuté nos destins

Ses regards laissaient une traîne
D'étoiles dans les soirs tremblants
Dans ses yeux nageaient les sirènes
Et nos baisers mordus sanglants
Faisaient pleurer nos fées marraines

Mais en vérité je l'attends
Avec mon coeur avec mon âme
Et sur le pont des Reviens-t'en
Si jamais reviens cette femme
Je lui dirai Je suis content

Mon coeur et ma tête se vident
Tout le ciel s'écoule par eux
O mes tonneaux des Danaïdes
Comment faire pour être heureux
Comme un petit enfant candide

Je ne veux jamais l'oublier
Ma colombe ma blanche rade
O marguerite exfoliée
Mon île au loin ma Désirade
Ma rose mon giroflier

Les satyres et les pyraustes
Les égypans les feux follets
Et les destins damnés ou faustes
La corde au cou comme à Calais
Sur ma douleur quel holocauste

Douleur qui doubles les destins
La licorne et le capricorne
Mon âme et mon corps incertains
Te fuient ô bûcher divin qu'ornent
Des astres des fleurs du matin

Malheur dieu pâle aux yeux d'ivoire
Tes prêtres fous t'ont-ils paré
Tes victimes en robe noire
Ont-elles vainement pleuré
Malheur dieu qu'il ne faut pas croire

Et toi qui me suis en rampant
Dieu de mes dieux morts en automne
Tu mesures combien d'empans
J'ai droit que la terre me donne
O mon ombre ô mon vieux serpent

Au soleil parce que tu l'aimes
Je t'ai mené souviens-t'en bien
Ténébreuse épouse que j'aime
Tu es à moi en n'étant rien
O mon ombre en deuil de moi-même

L'hiver est mort tout enneigé
On a brûlé les ruches blanches
Dans les jardins et les vergers
Les oiseaux chantent sur les branches
Le printemps clair l'Avril léger

Mort d'immortels argyraspides
La neige aux boucliers d'argent
Fuit les dendrophores livides
Du printemps cher aux pauvres gens
Qui ressourient les yeux humides

Mais moi j'ai le coeur aussi gros
Qu'un cul de dame damascène
O mon amour je t'aimais trop
Et maintenant j'ai trop de peine
Les sept épées hors du fourreau

Sept épées de mélancolie
Sans morfil ô claires douleurs
Sont dans mon coeur et la folie
Veux raisonner pour mon malheur
Comment voulez-vous que j'oublie

Submitted: Thursday, October 11, 2012

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

What do you think this poem is about?



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (Voie lactée ô soeur lumineuse... by Guillaume Apollinaire )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

PoemHunter.com Updates

New Poems

  1. Truth is in south, gajanan mishra
  2. Student, Paul Sebastian
  3. "While drifting away..." / Bla.., Jeff Gangwer
  4. Teacher, Paul Sebastian
  5. A Wrenched Knee, Jeff Gangwer
  6. Leader, Paul Sebastian
  7. Gin Again, Harold R Hunt Sr
  8. Teardrops for flowers flow, Harold R Hunt Sr
  9. The witches teaparty, Harold R Hunt Sr
  10. The walking moon, Harold R Hunt Sr

Poem of the Day

poet Joyce Kilmer

(For the Rev. James J. Daly, S. J.)

Bright stars, yellow stars, flashing through the air,
Are you errant strands of Lady Mary's hair?
...... Read complete »

   

Trending Poems

  1. Still I Rise, Maya Angelou
  2. Phenomenal Woman, Maya Angelou
  3. I Know Why The Caged Bird Sings, Maya Angelou
  4. The Road Not Taken, Robert Frost
  5. A Dream Within A Dream, Edgar Allan Poe
  6. If You Forget Me, Pablo Neruda
  7. Annabel Lee, Edgar Allan Poe
  8. Fire and Ice, Robert Frost
  9. Like the Touch of Rain, Edward Thomas
  10. Daffodils, William Wordsworth

Trending Poets

[Hata Bildir]