Treasure Island

Hebert Logerie

(Haiti)

Patronne, Madone


Oh! Mignonne, tu pars demain.
Tu ne seras guère à la lueur de mes tendres mains.
Tu as trouvé une nouvelle ruche,
Un beau nid et une jolie cruche.
Oh! Maintenant, il pleut quelques parts
Dont je ne pourrais ni toucher, ni voir.
Je suis damné, je me sens sans espoir.
J’ai l’esprit serein, blafard et bavard.
Je suis triste et seul; il fait sombre.
Je ne verrai plus ton ombre,
Ton image, tes gestes et ton sourire.
Je n’entendrai plus l’écho de tes rires.
Je n’aspirerai plus l’arome de ton haleine.
Oh! Dieu, je me sens malade; je suis en peine.
Je n’écouterai plus la cadence de tes pas.
Je ne te verrai plus œuvrer comme un chat.
Demain, tout sera morne, étrange et différent.
Il ne me restera au creux de l’oreille que les chants
Inventés pour calmer le vacarme qui brouillera mon silence,
Ma raison d’être et de vivre, ma paix, voire mon existence.

Submitted: Thursday, August 01, 2013
Edited: Thursday, August 01, 2013

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

What do you think this poem is about?



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (Patronne, Madone by Hebert Logerie )

Enter the verification code :

Read all 1 comments »
[Hata Bildir]