Iwan Gilkin


Amitié - Poem by Iwan Gilkin

Mon ami le plus cher ne m'a pas appelé
Bâtard, faussaire, escroc ni proxénète infame.
Comme je suis très pauvre, il ne m'a pas volé
Comme je suis garçon, il n'a pas pris ma femme.



Il ne m'a pas poussé dans un puits; il n'a pas
Mêlé de l'arsenic dans mon vin. Magnanime:
Il eût pu m'étouffer entre deux matelas, -
La peur des tribunaux l'a préservé du crime.



Même il a hasardé la générosité,
Le brave homme, jusqu'à ne pas prendre pour cible
Mon crâne ou pour fourreau ma gorge. Sois sensible



À cette hyperbolique et burlesque bonté,
Ô mon coeur; dans l'oubli noyons l'irréparable,
Et sous un lourd pardon broyons ce misérable.

Listen to this poem:

Comments about Amitié by Iwan Gilkin

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Thursday, August 9, 2012



[Report Error]