Rutebeuf


C’est la complainte dou roi de Navarre - Poem by Rutebeuf

Pitiez a compleindre m'enseigne
D'un home qui avoit seur Seinne
Et sor Marne maintes maisons;
Mais a teil bien ne vint mais hons
Com il venist, ne fust la mors
Qui en sa venue l'a mors:
C'est li rois Thiebauz de Navarre.
Bien a sa mort mis en auvarre
Tout son roiaume et sa contei
Por les biens c'on en a contei.
Quant li rois Thiebaus vint a terre,
Il fut asseiz qui li mut guerre
Et qui mout li livra entente,
Si que il n'ot oncle ne tente
Qui le cuer n'en eüst plain d'ire.
Mais je vos puis jureir et dire
Que, c'il fust son eage en vie,
De li cembleir eüst envie
Li mieudres qui orendroit vive,
Que vie si nete et si vive
Ne mena nuns qui soit ou monde.
Large, cortois et net et monde
Et boens au chans et a l'ostei:
Teil le nos a la mors ostei.
Ne croi que mieudres crestiens,
Ne jones hom ne anciens,
Remansist la jornee en l'ost;
Si ne croi mie que Dieux l'ost
D'avec les sainz, ainz l'i a mis,
Qu'il at toz jors esté amis
A sainte Eglize et a gent d'Ordre.
Mout en fait la mors a remordre
Qui si gentil morsel a mors:
Piesa ne mordi plus haut mors.
Jamais n'iert jors que ne s'en plaigne
Navarre et Brië et Champaingne.
Troie; Provins et li dui Bar,
Perdu aveiz votre tabar,
C'est a dire votre secours.
Bien fustes fondei en decours
Quant teil seigneur aveiz perdu.
Bien en deveiz estre esperdu.
Mors desloauz, qui rien n'entanz,
Se le laissasses soissante anz
Ancor vivre par droit aage,
Lors s'en preïsses le paage,
Si n'en peüst pas tant chaloir.
Or estoit venuz a valoir:
N'as tu fait grant descouvenue
Quant tu l'as mort en sa venue?
Mors desloiax, mors deputaire,
De toi blameir ne me puis taire
Quant il me sovient des bienz faiz
Que il a devant Tunes faiz,
Ou il a mis avoir et cors.
Li premiers issuz estoit fors
Et retornoit li darreniers.
Ne prenoit pas garde au deniers
N'auz garnizons qu'il despandoit;
Mais saveiz a qu'il entendoit?
A viseteir les bones genz.
Au mangier estoit droiz serjens;
Aprés mangier estoit compains
De toutes bones teches plains,
Pers auz barons, auz povres peires,
Et auz moiens compains et freres,
Boens en consoil et bien meürs,
Auz armes vistes et seürs
Si qu'en tout l'ost n'avoit son peir.
Douz fois le jor faisoit trampeir
Por repaistre les familleuz.
Qui deïst qu'il fust orguilleuz
Et il le veïst au mangier,
Il se tenist por mensongier.
Sa bataille estoit bone et fors,
Car ces semblanz et ces effors
Donoit aux autres hardiesse.
Onques home de sa jonesse
Ne vit nuns contenir si bel
En guait, en estour, en cembel.
Qui l'ot en Champaigne veü
En Tunes l'ot desconneü,
Qu'au besoig connoit hon preudome;
Et vos saveiz, ce est la soume,
Qui en pais est en son païs
Tenuz seroit por foux naÿx
C'il s'aloit auz paroiz combatre.
Par ceste raison vuel abatre
Vilonie, s'on l'en a dite,
Que sa vaillance l'en aquite.
Quant l'aguait faisoit a son tour,
Tout ausi com en une tour
Estoit chacuns asseüreiz,
Car touz li oz estoir mureiz.
Lors estoit chacuns a seür,
Car li siens gaiz valoit un mur.
Quant il estoient retornei,
Si trovoit hon tot atornei:
Tables et blanches napes mises.
Tant avoit laians de reprises
Donees si cortoisement,
Et roi de teil contenement,
Qu'a aise sui quant le recorde,
Por ce que [nuns ne] c'en descorde
Et que chacuns le me tesmoingne
De ceulz qui virent la besoigne,
Que n'en truis contraire nelui
Que tout ce ne soit voïrs de lui.
Rois Hanrris, freres au bon roi,
Dieux mete en vos si bon aroi
Com en roi Thiebaut votre frere:
Ja fustes vos de si boen peire.
Que vos iroie delaiant
Ne mes paroles porloignant?
A Dieu et au siecle plaisoit
Quanque li rois Thiebauz faisoit.
Fontainne estoit de cortoisie;
Toz biens i ert sanz vilonie.
Si com j'ai oï et apris:
De maitre Jehan de Paris,
Qui l'amoit de si bone amour
Com preudoms puet ameir seignor,
Vos ai la matiere descrite
Qu'em troiz jors ne seroit pas dite.
Messire Erars de Valeri,
A cui onques ne s'aferi
Nuns chevaliers de loiautei,
Diex par vos si l'avoit fait teil,
Et mieudres n'i est demoreiz
Qui au loig fust tant honoreiz.
Prions au Peire glorieuz
Et a son chier Fil precieus
Et le saint Esperit encemble,
En cui tout bonteiz s'asemble,
Et la douce Vierge pucele,
Qui de Dieu fu mere et ancele,
Qu'avec les sainz martirs li face
En paradix et lou et place.

Listen to this poem:

Comments about C’est la complainte dou roi de Navarre by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]