Rutebeuf


Ci encoumence li diz De Freire Denize Le Cordelier - Poem by Rutebeuf

Li abiz ne fait pas l'ermite.
S'uns hom en hermitage habite,
C'il est de povres draz vestus,
Je ne pris mie .II. festuz
Son habit ne sa vesteüre
C'il ne mainne vie ausi pure
coume ces habiz nos demoustre.
Mais mainte gens font bele moustre
Et mervilleuz semblant qu'il vaillent:
Il semblent les aubres qui faillent,
Qui furent trop bel au florir.
Bien dovroient teil gent morir
Vilainnement et a grant honte.
.I. proverbes dit et raconte
Que tout n'est pas ors c'on voit luire.
Por ce m'estuet, ainz que je muire,
Faire .I. flabel d'une aventure
De la plus bele criature
Que hom puisse troveir ne querre
De Paris juqu'en Aingleterre.
Vous dirai coument il avint.
Frans gentiz homes plus de vint
L'avoient a fame requise,
Mais ne voloit en nule guise
Avoit ordre de mariage,
Ainz ot fait de son pucelage
Veu a Deu et a Notre Dame.
La pucele fu gentilz fame:
Chevaliers ot estei ces peires.
Meire avoit, mais n'ot suer ne frere.
Moult s'entramoient, ce me semble,
La pucele et sa mere encemble.
Frere Meneur laianz hantoient,
Tuit cil qui par illec passoient.
Or avint c'uns en i hanta
Qui la damoizele enchanta,
Si vos dirai en queil maniere.
La pucele li fist proiere
Que il sa mere requeïst
Qu'en religion la meïst,
Et il li dist: 'Ma douce amie,
Se meneir voliez la vie
Saint Fransois, si com nos faison,
Vos ne porriez par raison
Faillir que vous ne fussi[ez] sainte.'
Et cele, qui fu ja atainte
Et conquise et mate et vaincue,
Si tost com ele ot entendue
La raison dou Frere Meneur,
Si dist: 'Ce Dieux me doint honeur,
Si grant joie avoir ne porroie
De nule riens come j'auroie
Ce de votre ordre pooie estre.
A bone heure me fist Dieux nestre
Se g'i pooie estre rendue.'
Quant li freres ot entendue
La parole a la damoizele,
Si li at dit: 'Gentilz pucele,
Si me doint Dieux s'amour avoir,
Se de voir pooie savoir
Qu'en nostre Ordre entrer vosissiez,
Et que sens fauceir peüssiez
Garder votre virginitei,
Sachiez de fine veritei
Qu'en nostre bienfait vos mettroie.'
Et la pucele li otroie
Qu'el gardera son pucelage
Trestoz les jors de son eage;
Et cil maintenant la resut.
Par sa guile cele desut
Qui a barat n'i entendi.
Desus s'arme li desfendi
Que riens son conseil ne deïst,
Mais si celeement feïst
Copeir ces beles treces blondes
Que ja ne le seüst li mondes,
Et feïst faire estauceüre
Et preïst tele vesteüre
Com a jone home couvandroit,
Et qu'en teil guise venist droit
En .I. leu dont il ert custodes.
Cil qui estoit plus fel qu'Erodes
S'en part atant et li mist terme;
Et cele a plorei mainte larme
Quant de li departir le voit.
Cil qui la glose li devoit
Faire entendre de sa leson
La mist en male soupeson:
Male mort le preigne et ocie!
Cele tint tout a prophecie
Quanque cil li a sermonei:
Cele a son cuer a Dieu donei,
Cil ra fait dou sien ateil don
Qui bien l'en rendra guerredon.
Moult par est contraire sa pence
Au bon pensei ou cele pence.
Moult est lor pencee contraire,
Car cele pence a li retraire
Et osteir de l'orgueil dou monde,
Et cil, qui en pechié soronde,
Qui toz art dou feu de luxure,
A mis sa pencee et sa cure
En la pucele acompaignier
Au baing ou il ce wet baignier,
Ou il s'ardra, ce Dieux n'en pence,
Que ja ne li fera desfence
Ne ne li saura contredire
Choze que il li welle dire.
A ce va li freres pensant.
Et ces compains, en trespassant,
Qui c'esbahit qu'il ne parole,
Li a dite ceste parole:
'Ou penceiz-vous, frere Symon?'
- Je pens, fait il, a .I. sermon,
Au meilleur ou je pensasse onques.'
Et cil a dit: 'Or penceiz donques!'
Frere Symons ne puet desfence
Troveir en son cuer qu'il ne pence
A la pucele qui demeure,
Et cele desirre mout l'eure
Qu'ele soit ceinte de la corde.
Sa leson en son cuer recorde
Que li freres li ot donee.
Dedens tiers jor s'en est emblee
De la mere qui la porta,
Qui forment s'en desconforta.
Moult fut a malaise la mere
Qui ne savoit ou sa fille ere.
Grant doleur en son cuer demainne
Trestoz les jors de la semainne;
En plorant regrete sa fille,
Mais cele n'i done une bille,
Ainz pence de li esloignier.
Ces biaux crins a fait reoignier;
Comme vallez fu estaucee
Et fu de boens houziaus chauciee
Et de robe a home vestue
Qui estoit par devant fendue,
pointe devant, pointe derriere.
Et vint en icele meniere
La ou cil li ot terme mis.
Li freres, cui li Anemis
Contraint et semont et argüe,
Out grant joie de sa venue.
En l'Ordre la fist resouvoir:
Bien sot ces freres desouvoir.
La robe de l'Ordre li done,
Et li fist faire grant corone,
Puis la fist au moutier venir.
Bel et bien s'i sot contenir
En clostre et dedens moutier,
Et ele sot tot son sautier
Et fu bien a chanteir aprise.
O les freres chante en l'esglize
Moult bel et moult cortoisement.
Moult se contint honestement.
Or out damoizele Denize
Quanqu'ele vot a sa devise.
Onques son non ne li muerent:
Frere Denize l'apelerent.
Que vos iroie ge dizant?
Frere Symons fist vers li tant
Qu'il fist de li touz ces aviaux
Et li aprist ces geux noviaux
Si que nuns ne s'en aparsut.
Par sa contenance desut
Touz ses freres frere Denize:
Cortoiz fu et de grant servize.
Frere Denize mout amerent
Tuit li frere qui laianz erent.
Mais plus l'amoit frere Symons:
Sovent se metoit es limons
Com cil qui n'en ert pas retraiz
Et il c'i amoit mieulz qu'es traiz:
Moult ot en li boen limonier.
Vie menoit de pautonier
Et ot guerpi vie d'apostre.
Et cele aprist sa pater nostre,
Que volentiers la recevoit.
Parmi le païs la menoit,
N'avoit d'autre compaignon cure,
Tant qu'il avint par aventure
Qu'il vindrent chez .I. chevalier
Qui ot boens vins en son selier
Et volentiers lor en dona.
Et la dame s'abandona
A regardeir frere Denize.
Sa chiere et son semblant avise:
Aparseüe c'est la dame
Que frere Denize estoït fame.
Savoir wet ce c'est voirs ou fable.
Quant hon ot levee la table,
La dame, qui bien fu aprise,
Prist par la main frere Denize.
A son seigneur prist a souzrire;
En sozriant li dist: 'Biau sire,
Aleiz vos la defors esbatre
Et faisons .Il. pars de nos quatre:
Frere Symon o vos meneiz,
Frere Denize est aseneiz
De ma confession oïr.'
Lors n'ont talent d'eulz esjoïr
Li cordelier: dedens Pontoize
Vousissent estre; moult lor poize
Que la dame de ce parole.
Ne lor plot pas ceste parole,
Car paour ont de parsovance.
Frere Symons vers li s'avance,
puis li dit, quant de li s'apresse:
'Dame, a moi vos ferez confesse,
Car ciz freres n'a pas licence
De vos enjoindre penitance.'
Et la dame li dit: 'Biau sire,
A cestui wel mes pechiez dire
Et de confession parleir.'
Lors la fait en sa chambre aleir,
Et puis clot l'uis et bien le ferme.
O li frere Denize enferme,
Puis li a dit: 'Ma douce amie,
Qui vos concilla teil folie
d'entreir en teil religion?
Si me doint Diex confession
Quant l'arme dou cors partira,
Que ja pis ne vos en sera
Se vos la veritei m'en dites.
Si m'aïst li sainz Esperites,
Bien vos poez fieir en moi.'
Et cele qui ot grant esmoi
Au mieulz qu'el puet de ce s'escuze.
Mais la dame la fist concluze
Par les raisons qu'el li sot rendre,
Si que plus ne c'i pot desfendre.
A genoillons merci li crie;
Jointes mains li requiert et prie
Que ne li fasse faire honte.
Trestot de chief en chief li conte
Com il l'a trait d'enchiez sa mere,
Et puis li conta qui ele ere
Si que riens ne li a celei.
La dame a le frere apelei,
Puis li dist, oiant son seigneur,
Si grant honte c'onques greigneur
Ne fu mais a nul home dite:
'Fauz papelars, fauz ypocrite,
Fauce vie meneiz et orde.
Qui vos pendroit a votre corde
Qui est en tant de leuz noee
Il auroit fait bone jornee.
Teil gent font bien le siecle pestre
Qui par defors cemblent boen estre
Et par dedens sunt tuit porri.
La norrice qui vos norri
Fist mout mauvaise norreture,
Qui si tres bele creature
Aveiz a si grant honte mise.
Iteiz Ordres, par saint Denise,
N'est mie boens ne biaux ne genz.
Vos desfendeiz au jones gens
Et les dances et les quaroles,
Violes, tabours et citoles
Et toz deduiz de menestreiz!
Or me dites, sire haut reiz,
Menoit sainz Fransois teile vie?
Bien aveiz honte deservie
Comme faulz traïtres proveiz,
Et vos aveiz moult bien trovei
Qui vos rendra votre deserte.'
Lors a une grant huche overte
Por metre le frere dedens,
Et freres Simons toz adent
Leiz la dame se crucefie.
Et li chevaliers s'umelie,
Qui de franchise ot le cuer tendre;
Quant celui vit en croix estendre,
Suz l'en leva par la main destre:
'Frere, dit il, voleiz vos estre
De cest afaire toz delivres?
Porchaciez tost .IV. cent livres
A marier la damoizele.'
Quant li freres oit la novele,
Onques n'ot teil joie en sa vie.
Lors a sa fiance plevie
Au chevalier des deniers rendre.
Bien les rendra cens gage vendre:
Auques seit ou il seront pris.
Atant s'en part, congié a pris.
La dame par sa grant franchise
Retint damoizele Denise,
C'onques de riens ne l'esfrea,
Mais mout doucement li proia
Qu'ele fust trestout seüre,
Que ja de nule creature
Ne sera ces secreiz seüz,
Ne qu'ele ait a home geü,
Ainz sera moult bien mariee:
Choisisse en toute la contree
Celui que mieulz avoir vodroit,
Ne mais qu'il soit de son endroit.
Tant fist la dame envers Denize
Qu'ele l'a en boen penceir mise.
Ne la servi mie de lobes:
Une de ces plus beles robes
Devant son lit li aporta;
A son pooir la conforta
Com cele qui ne s'en faint mie,
Et li at dit: 'Ma douce amie,
Ceste vestireiz vos demain.'
Ele meïmes de sa main
La vest ansois qu'ele couchast;
Ne soffrist pas qu'autre i touchast,
Car priveement voloit faire
Et cortoisement son afaire,
Car sage dame et cortoize ere.
Priveement manda la mere
Denize par un sien mesage.
Moult ot grant joie en son corage
Quant ele ot sa fille veüe
Qu'ele cuidoit avoir perdue.
Mais la dame li fist acroire
Et par droite veritei croire
Qu'ele ert au Filles Deu rendue
Et qu'a une autre l'ot tolue
Qui laianz un soir l'amena,
Que par pou ne s'en forsena.
Que vos iroie je disant
Ne loi paroles devisant?
Du rioteir seroit noianz.
Mais tant fu Denize laians
Que li denier furent rendu.
Aprés n'ont gaires atendu
Qu'el fu a son grei assenee.
A un chevalier fu donee
Qui l'avoit autre fois requise.
Or ot non ma dame Denize
Et fu a mout plus grant honeur
Qu'en abit de Frere Meneur.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence li diz De Freire Denize Le Cordelier by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]