Hégésippe Moreau


Les Cloches - Poem by Hégésippe Moreau

Par ma fenêtre s’est enfuie
L’illusion, et pour jamais !
Doux rêves, adieu : je m’ennuie
Au son des cloches que j’aimais.
D’interpréter leur babillage,
Poëte, à seize ans j’eus le don.
Pour fêter le saint du village,
Les cloches disaient : Allons donc !
Arrivez donc !
Arrivez donc !
Arrivez donc !

Mais je suis peu dévôt, et même
Il me souvient d’avoir osé
Faire un gai repas en carême,
Repas d’ami bien arrosé.
Hommes de Dieu, point de reproches :
Il excuse un jour d’abandon :
Puis… c’était la faute des cloches
Qui nous répétaient : Allons donc !
Grisez-vous donc !
Grisez-vous donc !
Grisez-vous donc !

Quand je donnai mon cœur à celle
Qui n’en veut plus, et l’a toujours,
Le tocsin même et la crécelle
Parlaient aux vents de nos amours.
À l’ombre des bois, sur la mousse,
Rêvant mieux que sur l’édredon,
Nous entendions, de leur voix douce,
Les cloches nous dire : Allons donc !
Aimez-vous donc !
Aimez-vous donc !
Aimez-vous donc !

Puis, j’arrivai, jeune et plein d’âme,
Dans la grand’ville en pélerin :
Le Te Deum de Notre-Dame
Alors berçait un souverain :
Mais à fêter sa bienvenue,
Quand on fatiguait le bourdon,
J’espérais, moi : car dans la nue
L’airain grommelait : Allons donc !
Armez-vous donc !
Armez-vous donc !
Armez-vous donc !

Pour moi tes cloches, pauvre France,
N’ont plus un langage aussi clair :
D’amour, de gloire et d’espérance,
Pour moi, rien ne parle dans l’air.
Je n’entends, comme tout le monde,
Qu’un éternel drelin dindon.
Que la république vous fonde !
Cloches bavardes, allons donc !
Taisez-vous donc !
Taisez-vous donc !
Taisez-vous donc !

Listen to this poem:

Comments about Les Cloches by Hégésippe Moreau

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, November 20, 2012



[Report Error]