Nuit De Neige Poem by Guy de Maupassant

Nuit De Neige

Rating: 5.0
 


La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
Quelque chien sans abri qui hurle au coin d'un bois.

Plus de chansons dans l'air, sous nos pieds plus de chaumes.
L'hiver s'est abattu sur toute floraison ;
Des arbres dépouillés dressent à l'horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

La lune est large et pâle et semble se hâter.
On dirait qu'elle a froid dans le grand ciel austère.
De son morne regard elle parcourt la terre,
Et, voyant tout désert, s'empresse à nous quitter.

Et froids tombent sur nous les rayons qu'elle darde,
Fantastiques lueurs qu'elle s'en va semant ;
Et la neige s'éclaire au loin, sinistrement,
Aux étranges reflets de la clarté blafarde.

Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !
Un vent glacé frissonne et court par les allées ;
Eux, n'ayant plus l'asile ombragé des berceaux,
Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;
De leur oeil inquiet ils regardent la neige,
Attendant jusqu'au jour la nuit qui ne vient pas.

COMMENTS OF THE POEM
Damien 07 November 2019

Hi I really like this poem.I think my teacher is going to be happy because I know your paragraph of this poem and I talk well French and my school is a French also

0 0 Reply
Nicole 27 January 2021

So glad, I learned this as a very young girl, yesterday it snowed and immediatly

0 0 Reply
Sarah Jones 12 April 2013

Dr Tapan Kumar Pradhan has translated Nuit de Neige of Maupassant beautifully as follows: - SNOWY EVENING The vast plain stretches white, frozen and silent: No sign of life, nor noise, nor sound; Yet sometimes we hear some shelterless hound Howling from the woods - a woeful lament. More songs in the air, more stubbles under feet But the winter has descended heavily to defy Tall trees, leaves shaven, that shoot into the sky, Their naked skeletons all spectre white. The full moon, now pale, seems to be in haste Shivering in the harsh terrains of the sky, And scans the earth with a mournful eye And hastens to leave us, it being desolate.

41 2 Reply
BEST POEMS
BEST POETS
READ THIS POEM IN OTHER LANGUAGES
Close
Error Success