poet Henri Beauclair

Henri Beauclair

Scherzo

Si l’âcre désir s’en alla,
C’est que la porte était ouverte.
Ah ! verte, verte, combien verte,
Était mon âme, ce jour-là !

C’était, — on eût dit, — une absinthe,
Prise, — il semblait, — en un café,
Par un Mage très échauffé,
En l’Honneur de la Vierge sainte.

C’était un vert glougloutement
Dans un fossé de Normandie,
C’était les yeux verts d’Abadie
Qu’on a traité si durement.

C’était la voix verte d’un orgue,
Agonisant sur le pavé ;
Un petit enfant conservé
Dans de l’eau très verte, à la Morgue.

Ah ! comme vite s’en alla,
Par la porte, à peine entr’ouverte,
Mon âme effroyablement verte,
Dans l’azur vert de ce jour-là !

Poem Submitted: Monday, October 15, 2012
Poem Edited: Monday, October 15, 2012

Add this poem to MyPoemList

Rating Card

2,7 out of 5
10 total ratings
rate this poem

Comments about Scherzo by Henri Beauclair

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?