Jean Ogier de Gombauld

Une effroyable horreur couvrait la terre et l'onde

Une effroyable horreur couvrait la terre et l'onde
Et déjà les démons menaient par l'univers
Les funestes oiseaux, les fantômes divers,
Et des songes légers la troupe vagabonde,

Quand Morphée emprunta la chevelure blonde,
Les roses et les lys qui n'ont jamais d'hiver,
Et mille autres appas d'un long crêpe couverts,
Dont aujourd'hui Phillis étonne tout le monde,

Et d'un pas languissant témoin de ses douleurs,
Il me la vint montrer, les yeux noyés de pleurs,
Et la bouche aux soupirs incessamment ouverte.

Qu'allez-vous entreprendre ? ô dieux trop irrités !
Si Phillis doit pleurer, qu'elle pleure ma perte,
Et que votre colère épargne ses beautés.

Poem Submitted: Tuesday, November 6, 2012

Add this poem to MyPoemList
2,7 out of 5
10 total ratings
rate this poem

Comments about Une effroyable horreur couvrait la terre et l'onde by Jean Ogier de Gombauld

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?