Arsène Houssaye


Ceux qui n'aiment plus - Poem by Arsène Houssaye

Qui l'a donc sitôt fauchée,
La fleur des moissons ?
Qui l'a donc effarouchée,
La Muse aux chansons ?

Je n'aime plus ! qu'on m'enterre,
Le ciel s'est fermé.
Je retomhe sur la terre,
Le cœur abîmé.

Te souviens-tu, ma maîtresse,
Mon cœur s'en souvient !
Des aubes de notre ivresse ?
Déjà la nuit vient.

Faut-il que je te rappelle
Les doux Alhambras
Que nous bâtissions, ma belle,
En ouvrant nos bras ?

Ta bouche fraîche, ô ma mie !
Ne m'enivre plus,
Déjà la vague endormie
Est à son reflux.

Quoi ! plus d'Eve qui m'enchante !
Plus de paradis !
Faut-il donc que mon cœur chante
Son De profundis ?

Elle est ouverte, ma tombe,
Et va se fermer.
Oui, j'en mourrai, ma colombe,
Du doux mal d'aimer.

Ou plutôt, pour cénotaphe,
Je prendrai Martha,
Qui mettra pour épitaphe :
— Il ressuscita !


Comments about Ceux qui n'aiment plus by Arsène Houssaye

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Wednesday, November 7, 2012



[Report Error]