Rutebeuf


Ci encoumence la complainte Maître Guillaume de Saint Amour - Poem by Rutebeuf

Vos qui aleiz parmi la voie,
Aresteiz vos et chacuns voie
C'il est deleurs teiz com la moie',
Dist sainte Esglise.
'Je sui sus ferme pierre assise;
La pierre esgrune et fent et brise,
Et je chancele.
Teil gent ce font de ma querele
Qui me metent en la berele:
Les miens ocient
Cens ce que pas ne me desfient,
Ainz sont a moi, si com il dient
Por miex confondre.
Por ce font il ma gent reponrre
Que nuns a eux n'oze respondre
Ne mais que: 'Sires'.
Asseiz pueent chanteir et lire,
Mais mout at entre faire et dire;
C'est la nature:
Li diz est douz et huevre est dure.
N'est pas tot ors quanqu'on voit lure.
Ahi! Ahi!
Com sunt li mien mort et trahi
Et por la veritei haï
Cens jugement!
Ou Cil qui a droit juge ment,
Ou il en auront vengement,
Combien qu'il tart.
Com plus couve li fex, plus art.
Li mien sunt tenu por musart,
Et jel compeire.
Pris ont Cezar, pris ont saint Peire,
Et s'ont emprisonnei mon peire
Dedens sa terre.
Cil ne le vont gaires requerre
Por qu'il encommensa la guerre,
C'om nes parsoive.
N'est mais nuns qui le ramentoive:
C'il fist folie, si la boive!
Hé! artien,
Decretistre, fisitien,
Et vos la gent Justinien
Et autre preudome ancien,
Coument soffreiz en teil lien
Maistre Guillaume,
Qui por moi fist de teste hiaume?
Or est fors mis de cest roiaume
Li boens preudom,
Qui mist cors et vie a bandon.
Fait l'aveiz de Chatel Landon
La moquerie:
Me vendeiz, par sainte Marie!
J'en doi ploreir, qui que s'en rie:
Je n'en puis mais.
Se vos estes bien et en pais,
Bien puet passeir avris et mais!
C'il encharja por moi teil fais,
Je li enorte
Que jus le mete ou il le porte,
Que ja n'iert nuns qui l'en deporte,
Ainz i morra
Et li afaires demorra.
Fasse dou miex que il porta:
Je n'i voi plus.
Por voir dire l'at hon conclus;
Or est en son païs renclus,
A Saint Amor,
Et nuns ne fait por li clamor.
Or i puet faire lonc demor
Que ja l'i lais,
Car Veriteis a fait son lais;
Ne l'oze dire clers ne lais.
Morte est Pitiez
Et Chariteiz et Amitiez;
Fors dou païs les ont getiez
Ypocrisie
Et Vainne Gloire et Tricherie
Et Faus Semblans et dame Envie
Qui tout enflame.
Saveiz por quoi chacune est dame?
C'om doute plus le cors que l'arme;
Et d'autre part
Nuns clers a provende ne part
N'a dignetei que hon depart
C'il n'est des leur.
Fauz Semblant et Morte Colour
Enporte tout: a ci doleur
Et grant contraire.
Li doulz, li franc, li debonaire,
Cui hom soloit toz les biens faire
Sont en espace;
Mais cil qui ont fauve la face,
Qui sunt de la devine grace
Plain par defors,
Cil auront Deu et les trezors
Qui de toz maux gardent les cors.
Sachiez de voir,
Moult a sainte choze en avoir,
Quant teiz genz le wellent avoir
Qui sans doutance
Ne feroient pour toute France
Juqu'au remors de conscience.
Mais de celui
Me plaing qui ne trueve nelui,
Tant ait estei ameiz de lui,
Qui le requiere;
Si me complaing en teil meniere:
Ha! Fortune, choze ligiere,
Qui oinz devant et poinz derriere,
Com iez marrastre!
Clergie, com iez ma fillastre!
Obliei m'ont prelat et pastre,
Chacuns m'esloingne.
Moult pou lor est de ma bezoigne.
Sejorneir l'estuet en Bourgoigne,
Mat et confus.
D'illuec ne se mevra il plus,
Ainz i sera se seureplus
Qu'il at a vivre,
Que ja n'iert nuns qui l'en delivre.
Escorpion, serpent et wyvre
L'ont assailli;
Par lor assaut l'ont mal bailli,
Et tuit mi droit li sont failli
Qu'il trait avant.
Il auroit pais, de ce me vant,
C'il voloit jureir par couvant
Que voirs fust fable,
Et tors fust droiz et Diex deable,
Et fors dou sans fussent renable,
Et noirs fust blans.
Mais por tant puet useir son tans
En teil estat, si com je pans,
Que ce deïst
Ne que jusque la mesfeïst,
Conment que la choze preïst,
Car ce ceroit
Desleauteiz, n'il nou feroit,
Se sai ge bien: miex ameroit
Estre enmureiz
Ou desfaiz ou defigureiz;
N'il n'iert ja si desmesureiz,
Que Diex nou wet.
Or soit ainsi com estre puet!
Ancor est Diex lai ou il suet,
Se sai ge bien:
Je ne me desconfort de rien.
Paradix est de teil marrien
C'om ne l'at pas,
Por Deu flateir, eneslepas,
Ansois couvient maint fort trespas
Au cors sofferre:
Por chemineir parmi la terre,
Por les bones viandes querre
N'est hom pas sains.
C'il muert por moi, c'iert de moi plainz.
Voir dire a moult coustei a mains
Et coustera;
Mais Diex, qui est et qui sera,
C'il wet, en poi d'eure fera
Cest bruit remaindre:
Hon at veüt remanoir graindre.
Qui verra .II. cierges estaindre,
Lors si verra
Coument Jhesucriz overra,
Qui maint orgueilleux a terre a
Plessié et mis.
Ce il est por moi cens amis,
Deux s'iert en poi d'eure entremis
De lui secorre.
Or lairra donc Fortune corre,
Qu'encontre li ne puet il corre,
C'est or la soume.
Ou il a nul si vaillant home
Qui, pour l'apostole de Roume
Ne pour le roi,
Ne vout desreer son aroi,
Ainz en at soffert le desroi
De perdre honeur?
Hon l'apeloit maitre et seigneur,
Et de touz autres le greigneur
Seigneur et maitre.
Li enfant que vos verreiz naistre
Vos feront ancor herbe paistre
Se il deviennent
De seux qui encemble se tiennent
Et c'il vivent qui les soustiennent
Que j'ai descrit.
Or prions donques Jhesucrist
Que cestui mete en son escrit
Et en son regne,
Lai ou les siens conduit et mainne;
Et si l'en prit la souvereinne
Vierge Marie
Qu'avant que il perde la vie
Soit sa volentei acomplie.'

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence la complainte Maître Guillaume de Saint Amour by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]