Rutebeuf


Ci encoumence la complainte Rutebuef de son oeul - Poem by Rutebeuf

Ne covient pas je vos raconte
Coument je me sui mis a hunte,
Quar bien aveiz oï le conte
En queil meniere

Je pris ma fame darreniere,
Qui bele ne gente nen iere.
Lors nasqui painne

Qui dura plus d’une semainne,
Qu’el coumensa en lune plainne.
Or entendeiz,

Vos qui rime me demandeiz,
Coument je me sui amendeiz
De fame panrre.

Je n’ai qu’engagier ne que vendre,
Que j’ai tant eü a entendre
Et tant a faire,

Et tant d’anui et de contraire,
Car, qui le vos vauroit retraire,
Il durroit trop.

Diex m’a fait compaignon a Job:
Il m’a tolu a un sol cop
Quanque j’avoie.

De l’ueil destre, dont miex veoie,
Ne voi ge pas aleir la voie
Ne moi conduire.

Ci at doleur dolante et dure,
Qu’endroit meidi m’est nuit oscure
De celui eul.

Or n’ai ge pas quanque je weil,
Ainz sui dolanz et si me dueil
Parfondement,

C’or sui en grant afondement
Ce par ceulz n’ai relevement
Qui jusque ci

M’ont secorru, la lor merci.
Moult ai le cuer triste et marri
De cest mehaing,

Car je n’i voi pas mon gaaing.
Or n’ai je pas quanque je aing:
C’est mes damaiges.

Ne sai ce s’a fait mes outrages.
Or devanrrai sobres et sages
Aprés le fait

Et me garderai de forfait.
Mais ce que vaut quant c’est ja fait?
Tart sui meüz.

A tart me sui aparceüz
Quant je sui en mes laz cheüz
Ce premier an.

Me gart cil Diex en mon droit san
Qui por nous ot poinne et ahan,
Et me gart l’arme !

Or a d’enfant geü ma fame;
Mes chevaux ot brizié la jambe
A une lice;

Or wet de l’argent ma norrice,
Qui m’en destraint et m’en pelice
Por l’enfant paistre,

Ou il revanrra braire en l’aitre.
Cil sire Diex qui le fit naitre
Li doint chevance

Et li envoit sa soutenance,
Et me doint ancor alijance
Qu’aidier li puisse,

Et que miex son vivre li truisse,
Et que miex mon hosteil conduisse
Que je ne fais.

Ce je m’esmai, je n’en puis mais,
Car je n’ai douzainne ne fais,
En ma maison,

De buche por ceste saison.
Si esbahiz ne fu nunz hom
Com je sui voir,

C’onques ne fui a mainz d’avoir.
Mes hostes wet l’argent avoir
De son hosteil,

Et j’en ai presque tout ostei,
Et si me sunt nu li costei
Contre l’iver,

Dont mout me sunt changié li ver
(Cist mot me sunt dur et diver)
Envers antan.

Par poi n’afoul quant g’i enten.
Ne m’estuet pas tenneir en ten;
Car le resvuoil

Me tenne asseiz quant je m’esvuoil;
Si ne sai, se je dor ou voil
Ou se je pens,

Queil part je panrrai mon despens
De quoi passeir puisse cest tens:
Teil siecle ai gié.

Mei gage sunt tuit engaigié
Et d’enchiez moi desmenagiei,
Car g’ai geü

Trois mois, que nelui n’ai veü.
Ma fame ra enfant eü,
C’un mois entier

Me ra geü sor le chantier.
Ge [me] gisoie endementier
En l’autre lit,

Ou j’avoie pou de delit.
Onques mais moins ne m’abelit
Gesirs que lors,

Car j’en sui de mon avoir fors
Et s’en sui mehaigniez dou cors
Jusqu’au fenir.

Li mal ne seivent seul venir;
Tout ce m’estoit a avenir,
C’est avenu.

Que sunt mi ami devenu
Que j’avoie si pres tenu
Et tant amei?

Je cuit qu’il sunt trop cleir semei ;
Il ne furent pas bien femei,
Si sunt failli.

Iteil ami m’ont mal bailli,
C’onques, tant com Diex m’assailli
E[n] maint costei,

N’en vi .I. soul en mon ostei.
Je cui li vens les m’at ostei,
L’amours est morte:

Se sont ami que vens enporte,
Et il ventoit devant ma porte,
Ces enporta,

C’onques nuns ne m’en conforta
Ne tiens dou sien ne m’aporta.
Ice m’aprent

Qui auques at, privei le prent;
Et cil trop a tart ce repent
Qui trop a mis

De son avoir a faire amis,
Qu’il nes trueve entiers ne demis
A lui secorre.

Or lairai donc Fortune corre,
Si atendrai a moi rescorre,
Se jou puis faire.

Vers les bone gent m’estuet traire
Qui sunt preudome et debonaire
Et m’on norri.

Mi autre ami sunt tuit porri:
Je les envoi a maitre Horri
Et cest li lais,

C’on en doit bien faire son lais
Et teil gent laissier en relais
Sens reclameir,

Qu’il n’a en eux riens a ameir
Que l’en doie a amor clameir.
[Or prie Celui

Qui trois parties fist de lui,
Qui refuser ne set nului
Qui le reclaime,

Qui l’aeure et seignor le claime,
Et qui cels tempte que il aime,
Qu’il m’a tempté,

Que il me doint bone santé,
Que je face sa volenté]
Mais cens desroi.

Monseigneur qui est fiz de roi
Mon dit et ma complainte envoi,
Qu’il m’est mestiers,

Qu’il m’a aidé mout volentiers:
C’est li boens cuens de Poitiers
Et de Toulouze.

Il saurat bien que cil golouze
Qui si faitement se dolouze.

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence la complainte Rutebuef de son oeul by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012

Poem Edited: Tuesday, December 11, 2012


[Report Error]