Rutebeuf


Ci encoumence la desputizons dou croisie et dou descroisie - Poem by Rutebeuf

L'autrier entour la Saint Remei
Chevauchoie por mon afaire,
Pencix, car trop sunt agrami
La gent dont Diex at plus a faire,
Cil d'Acre, qui n'ont nul ami
(Ce puet on bien por voir retraire),
Et sont si prés lor anemi
Qu'a eux pueent lancier et traire.
II
Tant fui pancis a ceste choze
Que je desvoiai de ma voie,
Com cil qu'a li meïsmes choze,
Por le penceir que g'i avoie.
Une maison fort et bien cloze
Trouvai, dont je riens ne savoie,
Et c'estoit la dedens encloze
Une gent que je demandoie.
III
Chevaliers i avoit teiz quatre
Qui bien seivent parleir fransois.
Soupei orent, si vont esbatre
En un vergier deleiz le bois.
Ge ne me voulz sor eux embatre,
Que ce me dist uns hom cortois:
'Teiz cuide compaignie esbatre
Qui la toust', c'est or sans gabois.
IV
Li dui laissent parleir les deux,
Et je les pris a escouteir,
Qui leiz la haie fui touz seux.
Si descent por moi acouteir.
Si distrent, entre gas et geux,
Teiz moz con vos m'orreiz conter.
Siecles i fut nomeiz et Deus.
De ce pristrent a desputeir.
V
Li uns deux avoit la croix prise,
Li autres ne la voloit prendre.
Or estoit de ce lor emprise,
Que li croiziez voloit aprendre
A celui qui pas ne desprise
La croix ne la main n'i vuet tendre
Qu'il la preïst par sa maitrize,
Ce ces sans ce puet tant estendre.
VI
Dit li croisiez premierement:
'Enten a moi, biaux dolz amis.
Tu seiz moult bien entierement
Que Diex en toi le san a mis
Dont tu connois apertement
Bien de mal, amis d'anemis.
Se tu en euvres sagement,
Tes loiers t'en est [ja] promis.
VII
Tu voiz et parsois et entens
Le meschief de la Sainte Terre.
Por qu'est de proesse vantans
Qui le leu Dieu lait en teil guerre?
S'uns hom pooit vivre cent ans,
Ne puet il tant d'oneur conquerre
Com, se il est bien repentans,
D'aleir le Sepulchre requerre.'
VIII
Dit li autres: 'J'entens moult bien
Por quoi vos dites tel parole.
Vos me sermoneiz que le mien
Doingne au coc et puis si m'en vole.
Mes enfans garderont li chien,
Qui demorront en la pailliole.
Hon dit: 'Ce que tu tiens, si tien!'
Ci at boen mot de bone escole.
IX
Cuidiez vos or que la croix preingne
Et que je m'en voize outre meir,
Et que les .C. soudees deingne
Por .XL. sols reclameir?
Je ne cuit pas que Deux enseingne
Que hom le doie ainsi semeir.
Qui ainsi senme, pou i veigne,
Car hom le devroit asomeir.
X
- Tu naquiz de ta mere nuz,
Dit li croisiez, c'est choze aperte.
Or iez juqu'a cet tens venuz
Que ta chars est bien recoverte.
Qu'est Dieus ne qu'est lors devenuz
Qu'a cent dobles rent la deserte?
Bien iert por mescheanz tenuz
Qui ferat si vilainne perte.
XI
Hom puet or paradix avoir
Ligierement, Diex en ait loux!
Asseiz plus, ce poeiz savoir,
L'acheta sainz Piere et sainz Poulz,
Qui de si precieux avoir
Com furent la teste et li coux
L'aquistrent, ce teneiz a voir.
Icist dui firent deus biaux coux.'
XII
Dit cil qui de croizier n'a cure:
'Je voi merveilles d'une gent
Qui asseiz sueffrent poinne dure
En amasseir un pou d'argent,
Puis vont a Roume ou en Esture,
Ou vont autre voie enchergent.
Tant vont cerchant bone aventure
Qu'il n'ont baesse ne sergent.
XIII
Hom puet moult bien en cet paÿx
Gaiaignier Dieu cens grant damage.
Vos ireiz outre mer laÿs,
Qu'a folie aveiz fait homage.
Je di que il est foux naÿx
Qui se mest en autrui servage,
Quant Dieu puet gaaignier saÿx
Et vivre de son heritage.
XIV
- Tu dis si grant abusion
Que nus ne la porroit descrire,
Qui wés sans tribulacion
Gaaignier Dieu por ton biau rire.
Dont orent fole entencion
Li saint qui soffrirent martyre
Por venir a redempcion?
Tu diz ce que nuns ne doit dire.
XV
Ancor n'est pas digne la poinne
Que nuns hom puisse soutenir
A ce qu'a la joie sovrainne
Puisse ne ne doie venir.
Por ce se rendent tuit cil moinne
Qu'a teil joie puissent venir.
Hom ne doit pas douteir essoinne
C'on ait pour Dieu juqu'au fenir.
XVI
- Sire, qui des croix sermoneiz,
Resoffreiz moi que je deslas.
Sermoneiz ces hauz coroneiz,
Ces grans doiens et ces prelaz
Cui Diex est toz abandoneiz
Et dou siecle toz li solaz.
Ciz geux est trop mal ordeneiz,
Que toz jors nos meteiz es laz.
XVII
Clerc et prelat doivent vengier
La honte Dieu, qu'il ont ces rentes.
Il ont a boivre et a mangier,
Si ne lor chaut c'il pluet ou vente.
Siecles est touz en lor dangier.
C'il vont a Dieu par teile sente,
Fol sunt c'il la welent changier,
Car c'est de toutes la plus gente.
XVIII
- Laisse clers et prelaz esteir
Et te pren garde au roi de France,
Qui por paradix conquesteir
Vuet metre le cors en balance
Et ces enfans a Dieu presteir:
Li prés n'est pas en aesmance!
Tu voiz qu'il se vuet apresteir
Et faire ce dont a toi tance.
XIX
Moult a or meillor demoreir
Li rois el roiaume que nos,
Qui de son cors wet honoreir
Celui que por seignor tenons,
Qu'en crois se laissa devoreir.
Ce de lui servir ne penons,
Helas! trop avrons a ploreir,
Que trop fole vie menons.
XX
- Je wel entre mes voisins estre
Et moi deduire et solacier.
Vos ireiz outre la meir peistre,
Qui poeiz grant fais embracier.
Dites le soudant vostre meistre
Que je pri pou son menacier.
C'il vient desa, mal me vit neistre,
Mais lai ne l'irai pas chacier.
XXI
Je ne faz nul tort a nul home,
Nuns hom ne fait de moi clamour.
Je couche tost, si dor grant soume,
Et tieng mes voisins a amour.
Si croi, par saint Pierre de Roume,
Qu'il me vaut miex que je demour
Que de l'autrui porter grant soume,
Dont je seroie en grant cremour.
XXII
- Desai bees a aise vivre:
Seiz tu se tu vivras asseiz?
Di moi ce tu ceiz en queil livre
Certains vivres soit compasseiz.
Manjue et boif, et si t'enyvre,
Que mauvais est de pou lasseiz.
Tuit sont un, saches a delivre,
Et vie d'oume et oez quasseiz.
XXIII
Laz! ti dolant, la mors te chace,
Qui tost t'avra lassei et pris.
Desus ta teste tient sa mace.
Viex et jones prent a un pris.
Tantost a fait de pié eschace,
Et tu as tant vers Dieu mespris!
Au moins enxui un pou la trace
Par quoi li boen ont loz et pris.
XXIV
- Sire croiziez, merveilles voi:
Moult vont outre meir gent menue,
Sage, large, de grant aroi,
De bien metable convenue,
Et bien i font, si com je croi,
Dont l'arme est por meilleur tenue.
Si ne valent ne ce ne quoi
Quant ce vient a la revenue.
XXV
Se Diex est nule part el monde,
Il est en France, c'e[s]t sens doute.
Ne cuidiez pas qu'il se reponde
Entre gent qui ne l'ainment goute,
J'aing mieux fontainne qui soronde
Que cele qu'en estei s'esgoute,
Et vostre meir est si parfonde
Qu'il est bien droiz que la redoute.
XXVI
- Tu ne redoutes pas la mort,
Si seiz que morir te couvient,
Et tu diz que la mers t'amort!
Si faire folie dont vient?
La mauvaistiez qu'en toi s'amort
Te tient a l'ostel, se devient.
Que feras se la mors te mort,
Que ne ceiz que li tenz devient?
XXVII
Li mauvais desa demorront,
Que ja nuns boens n'i demorra.
Com vaches en lor liz morront:
Buer iert neiz qui delai morra.
Jamais recovreir ne porront,
Fasse chacuns mieux qu'il porrat.
Lor peresce en la fin plorront
Et s'il muerent, nuns nes plorra.
XXVIII
Ausi com par ce le me taille
Cuides foïr d'enfer la flame,
Et acroire et metre a la taille,
Et faire de la char ta dame.
A moi ne chaut, coument qu'il aille,
Mais que li cors puist sauver l'ame,
Ne de prison, ne de bataille,
Ne de laissier enfans ne fame.
XXIX
- Biaux sire chiers, que que dit aie,
Vos m'aveiz vaincu et matei.
A vos m'acort, a vos m'apaie,
Que vos ne m'aveiz pas flatei.
La croix preing sans nule delaie,
Si doing a Dieu cors et chatei,
Car qui faudra a cele paie,
Mauvaisement avra gratei.
XXX
En non dou haut Roi glorieux
Qui de sa fille fist sa meire,
Qui par son sanc esprecieux
Nos osta de la mort ameire,
Sui de moi croizier curieux
Por venir a la joie cleire.
Car qui a s'ame est oblieux,
Bien est raisons qu'il le compeire.'

Listen to this poem:

Comments about Ci encoumence la desputizons dou croisie et dou descroisie by Rutebeuf

There is no comment submitted by members..



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?



Poem Submitted: Tuesday, December 11, 2012



[Report Error]